Thème

Féminisme

Entrevue avec Alexa Conradi
Un engagement féministe qui s’approfondit dans les luttes

NCS Alexa, de quelle ori­gine es-tu ?

A.C. Mon père qui est nor­vé­gien d’origine a vécu aux États-Unis, en Norvège et en Suisse avant d’immigrer à Montréal avec ses parents, ses frères et sa sœur dans les années 1950, années où les immi­grants s’intégraient au milieu anglo­phone (la famille par­lait le nor­vé­gien, le suisse-alle­mand et l’anglais). Ma mère est une Anglo-cana­dienne ayant grandi à Montréal en anglais. Je suis née en Angleterre en 1971, alors que mon père y tra­vaillait dans le domaine finan­cier. Nous y avons habité deux fois, soit de 1971 à 1975 et entre 1981 et 1985. À part un séjour de deux ans à Toronto, j’ai grandi à Montréal où j’ai fré­quenté une école d’immersion fran­çaise. En 1990, ma famille a démé­nagé à Calgary à cause du tra­vail de mon père, mais moi, je suis restée à Montréal. Mes parents accor­daient beau­coup d’importance à l’engagement envers sa com­mu­nauté et à l’éducation ; ils nous ont aussi incul­qué le sens de l’effort, de la dis­ci­pline et du dépas­se­ment de soi.

Lire la suite...
Contrer les violences sexuelles à l’université : un maillage de résistance

Les com­mu­nau­tés uni­ver­si­taires qué­bé­coises font actuel­le­ment face à la mise au jour de la pré­va­lence, en leur sein, de situa­tions de vio­lences sexuelles. Les résul­tats de l’enquête ESSIMU (Enquête Sécurité, sexua­lité et inter­ac­tions en milieu uni­ver­si­taire) montrent que le phé­no­mène n’est ni rare ni nou­veau : une per­sonne sur trois ayant par­ti­cipé à l’étude rap­porte avoir vécu une forme ou l’autre de vio­lence sexuelle dans le cadre de ses études ou de son tra­vail depuis son arri­vée à l’université(2). Face à l’institutionnalisation crois­sante de ce pro­blème désor­mais ins­crit à l’ordre du jour poli­tique, pro­ces­sus dont on peut légi­ti­me­ment craindre qu’il obli­tère tout ancrage militant(3), il m’apparait impor­tant de sou­li­gner une chose ou deux que révèle l’examen des mobi­li­sa­tions fémi­nistes contre les vio­lences sexuelles en milieu uni­ver­si­taire. En guise de « bilan de luttes » et de mon point de vue – lar­ge­ment situé à l’UQAM – de mili­tante fémi­niste et de cher­cheure dans l’équipe ESSIMU, je pro­pose donc de faire un bref retour socio­his­to­rique sur ces mobi­li­sa­tions, afin d’exposer le maillage de résis­tance fémi­niste qui a rendu pos­sible la mise sur pied de notre équipe de recherche(4) et contri­bué de manière déci­sive aux avan­cées en matière de lutte contre la culture du viol en milieu uni­ver­si­taire. Cet angle d’approche m’amène à éclai­rer le rôle des ins­ti­tu­tions dans la (re)production de ce que l’on qua­li­fie désor­mais de culture du viol dans les éta­blis­se­ments d’enseignement supé­rieur.

Lire la suite...
Soirée de réflexion
Vrais problèmes…FAUX DÉBATS !
Comment penser une charte pour tout le monde ?
Activité organisé par les les NCS

Cliquez pour obte­nir une ver­sion PDF

Jeudi 24 octobre 2013 à 19 h 
UQÀM > 320, rue Sainte-Catherine Est 
Pavillon J.-A.-DeSève, local DS-R340 
Métro Berri/​UQÀM

ENTRÉE LIBRE

Bienvenue à tous et à toutes !

Dans ce débat sur le projet de charte des valeurs qué­bé­coises, il faut abor­der des enjeux impor­tants mais géné­ra­le­ment occul­tés, notam­ment la dis­cri­mi­na­tion et l’exclusion qui frappent des com­mu­nau­tés immi­grantes et qui se tra­duisent par un taux de chô­mage hal­lu­ci­nant, la non-recon­nais­sance des diplômes, l’accès au loge­ment plus dif­fi­cile, sans comp­ter le mépris, le pro­fi­lage, l’humiliation.

Lire la suite...
La démocratie du Jasmin
Deuxième partie
Islamophobies
La charte des valeurs "québécoises"

Après le 11 septembre 2001

Au tournant des années 1990, les États-Unis se lancent dans une nouvelle tentative pour « dompter » les arabo-musulmans au Moyen-Orient.

Lire la suite...
Le débat autour de la "Charte des valeurs québécoises"
Le projet de Charte est mal parti

Comme tout le monde le sait, le projet sur la Charte des valeurs qué­bé­coises pola­rise et confond. Plusieurs pro­blé­ma­tiques sont impli­cites plutôt qu’explicites dont celle de l’immigration, où plu­sieurs « vraies » ques­tions ne sont pas posées, dont le pro­fi­lage, la dis­cri­mi­na­tion dans l’emploi et le loge­ment. En cen­trant le « pro­blème » sur les « accom­mo­de­ments rai­son­nables » et les signes reli­gieux dits osten­ta­toires, on aggrave une fausse pola­ri­sa­tion entre « eux » et « nous », d’où les malaises res­sen­tis par une grande partie de la popu­la­tion, immi­grante ou non-immi­grante.

Lire la suite...
UNIVERSITÉ POPULAIRE D'ÉTÉ DES NCS - 2013
Origine et nature du patriarcat – Une vision féministe
Axe: La pensée critique aujourd'hui

1e PARTIE : L’origine de la subordination des femmes

Lire la suite...
Le féminisme en mouvements – Nancy Fraser

L’ouvrage de Nancy Fraser n’est pas une his­toire des mou­ve­ments fémi­nistes aux États Unis mais un recueil d’articles de l’auteure, écrits entre les années 1980 et les années 2000[1]. Dans l’introduction, N. Fraser pré­sente l’évolution des théo­ries fémi­nistes aux États Unis depuis les années 1970 comme « un drame en trois actes » : il y aurait eu tout d’abord le « fémi­nisme insur­rec­tion­nel » dans les années 1970, puis le « fémi­nisme dompté » dans les années 1980-1990, et enfin les années 2000 ver­raient s’ouvrir la pos­si­bi­lité d’un « fémi­nisme renais­sant ». N. Fraser en appelle à une sorte de syn­thèse des fémi­nismes « de la dis­tri­bu­tion » des années 1970 et « de la recon­nais­sance » des années 1980 pour éla­bo­rer une théo­rie fémi­niste cri­tique du néo­li­bé­ra­lisme.

Lire la suite...
Droits des femmes : « Un retour au XIXe siècle » aux Etats-Unis

Dans cette période élec­to­rale aux Etats-Unis, les attaques contre l’égalité entre femmes et hommes, y com­pris le droit à l’avortement, pro­li­fèrent. Le corps fémi­nin devient le champ de bataille des cou­rants conser­va­teurs les plus rétro­grades.

On pour­rait mettre les récentes attaques contre les femmes sur le compte du climat sur­chauffé symp­to­ma­tique de la période élec­to­rale. Cependant, une fois de plus, les atteintes au droit à l’autodétermination fémi­nine reflètent des posi­tions sexistes et clas­sistes qui, dans le cas états-unien, se cachent tant bien que mal der­rière des argu­ments de liberté reli­gieuse et éco­no­mique.

Lire la suite...
Rassemblement pour une retraite décente pour tout le monde
Signature collective d’un Manifeste

Montréal, le 4 avril 2012 – Le Rassemblement pour une retraite décente pour tout le monde, tenu à Montréal ce matinest le reflet d’une mobi­li­sa­tion qui prend de l’ampleur.

La Fédération des femmes du Québec (FFQ), le Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au tra­vail (CIAFT) et le Régime de retraite des groupes com­mu­nau­taires et de femmes ont accueilli des per­sonnes pro­ve­nant de groupes com­mu­nau­taires, fémi­nistes, étu­diants, syn­di­caux et de retraité.e.s pour dénon­cer la déci­sion du gou­ver­ne­ment du Québec de miser sur des Régimes volon­taire d’épargne retraite (RVER) et de condam­ner la déci­sion du gou­ver­ne­ment Harper d’augmenter l’âge d’accès à la Pension de la sécu­rité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti aux dépens d’une boni­fi­ca­tion des régimes publics.

Par
Lire la suite...