Thème

Entretien / Portrait / Hommage

François Cyr, un homme au service du peuple et de ses luttes

François s’est joint en deux temps à notre équipe, équipe qui existe depuis 1982 et qui est com­po­sée pour l’essentiel de mili­tants pro­ve­nant d’organisations étu­diantes, syn­di­cales, de défense de droits sociaux et/​ou poli­tiques, soit une équipe à son image. Il est venu y effec­tuer son stage du Barreau en 1991 et fut notre loca­taire pen­dant 9 mois à titre d’avocat, le temps que les cama­rades de son équipe des sciences juri­diques soient prêts à ouvrir un bureau et hono­rer ainsi sa pro­messe de s’associer avec eux.

Lire la suite...
Bonne St-Jean !
T’en souviens-tu, Godin ?

t’en sou­viens-tu, Godin
qu’il faut rêver aujourd’hui
pour savoir ce qu’on fera demain ?

En ce jour de la St-Jean 2012, au len­de­main d’un prin­temps qué­bé­cois à nul autre pareil, alors que le tra­di­tion­nel défilé de la St-Jean découvre un nou­veau géant aux cou­leurs de Michel Chartrand, il appa­raît de mise de rap­pe­ler à notre mémoire la poésie de Gérald Godin, cet autre géant de notre vil­lage d’Astérix. Le poète et le mili­tant de l’indépendance et du socia­lisme. Le fon­da­teur et direc­teur de la revue Parti-Pris. Le poète empri­sonné en Octobre ’70. Le poète direc­teur de l’information de Québec-Presse. Le poète qui a osé se mettre les mains dans le cam­bouis de l’action poli­tique par­ti­sane. Le poète député de Mercier qui n’a jamais hésité à ques­tion­ner le député. Le poète qui a osé congé­dier son député, au nom de prin­cipes, d’espoir et de rêve.

Voici deux poèmes de Gérald Godin qui témoignent de deux époques dans cette quête de l’indépendance et du socia­lisme, l’un de 1983, au len­de­main de la défaite réfé­ren­daire, et l’autre de 1993, à l’aube du virage néo-libé­ral qui s’amorçait au PQ et qui allait porter Lucien Bouchard au pou­voir.

Lire la suite...
Québec : la démocratie en crise
Entretien avec Christian Nadeau

Après l’échec des négo­cia­tions, la crise sociale s’enlise et s’envenime au Québec. Selon Christian Nadeau, pro­fes­seur à l’Université de Montréal, le conflit dépasse le champ uni­ver­si­taire : il met en jeu un véri­table choix de société et bou­le­verse en pro­fon­deur la vie poli­tique qué­bé­coise. Les mesures d’exception pro­mul­guées par le gou­ver­ne­ment révèlent les pres­sions qui pèsent aujourd’hui sur la social-démo­cra­tie et la néces­sité de la défendre.

Lire la suite...
Fredric Jameson, mode d’emploi

Le moment semble venu de pro­po­ser un mode d’emploi du tra­vail de Fredric Jameson, notam­ment au vu de sa récente récep­tion fran­çaise.

Trois pre­mières tra­duc­tions sont parues en 2007, Le Postmodernisme ou la logique cultu­relle du capi­ta­lisme tardifArchéologies du futur. Le désir nommé utopie, et La Totalité comme com­plot (pre­mière partie de The Geopolitical Aesthetic) ; ont ensuite été publiés la deuxième partie d’Archéologies du futur et de The Geopolitical AestheticFictions géo­po­li­tiques et aujourd’hui L’Inconscient poli­tique. Le récit comme acte socia­le­ment sym­bo­lique, accom­pa­gné d’un article essen­tiel, « Métacommentaire »1.

Lire la suite...
Notre camarade François Cyr (1952-2012)

Notre ami François est décédé aujourd’hui samedi 5 mai à l’hôpital Charles Lemoyne après une courte et ful­gu­rante mala­die. Il venait d’avoir 60 ans et jusqu’à la der­nière minute, il s’est activé entre ses mul­tiples enga­ge­ments pro­fes­sion­nels et poli­tiques. Beaucoup de monde vont le regret­ter.

Lire la suite...
Cérémonie commémorative
Vibrant hommage à Madeleine Parent

MONTRÉAL – 1er avril 21021 – Près de 500 per­sonnes, se sont ras­sem­blées, lors d’une céré­mo­nie com­mé­mo­ra­tive, au Centre Funéraire Côte-Des-Neiges, en mémoire de Madeleine Parent. L’événement fut empreint de bonne humeur grâce aux pres­ta­tions de la cho­rale « Les voies fémi­nistes » de la Maison Parent-Roback, des Mémés déchaî­nées et de Viviane Michel, du mou­ve­ment Femmes autoch­tones du Québec.

Par
Lire la suite...
À ne pas manquer
Victor Serge l’insurgé
de Carmen Castillo

On admi­rera, pour sa qua­lité ciné­ma­to­gra­phique, son intel­li­gence de cœur et son intel­li­gence tout court, le por­trait que Carmen Castillo vient de faire de celui que Susan Sontag, peu avant sa mort, évo­quait comme « l’un des héros moraux et lit­té­raires les plus envoû­tants du XXe siècle ». On eût sou­haité que Carmen dis­po­sât de bien plus que ces cin­quante-deux minutes, pour ce tra­vail consi­dé­rable où elle a béné­fi­cié notam­ment des apports de l’érudit Jean Rière, mais aussi des réflexions de Michaël Löwy et de Régis Debray (« L’intelligence plus le carac­tère, ça vous tue un homme »), ainsi que des sou­ve­nirs de Vlady Kibaltchitch, le grand fres­quiste mexi­cain et fils de Victor Serge, dont il rap­pelle ce trait caus­tique, bien dans le style sans jamais ater­moie­ments de l’indomptable qu’il était : « De défaites en défaites jusqu’à la vic­toire finale ! »

Lire la suite...
Twitter la Révolution
Interview de Paul Mason (Red Pepper)

(Red Pepper) : Vous sou­li­gnez les points com­muns entre les dif­fé­rentes révoltes de 2011, mais com­ment com­prendre la dif­fé­rence entre une révolte contre un régime auto­ri­taire et une démo­cra­tie qui s’épuise ?

Paul Mason : Je cherche leurs points com­muns plutôt que des géné­ra­li­tés. D’abord, les révoltes s’alimentent les unes les autres et il ne faut pas sous-esti­mer le lien phy­sique entre elles : encore et encore, parmi ceux qui étaient impli­qués dans la marche du 26 mars en Grande-Bretagne, dans J14 en Israël, dans le Wisconsin, on croi­sait des gens qui étaient pré­sents à Tahrir.

L’Espagne n’est pas la Grèce, et Tahrir et la Tunisie n’ont rien à voir. Mais il existe un arché­type d’une jeu­nesse édu­quée dont l’avenir a été assom­bri par la conjonc­tion d’une crise éco­no­mique et d’un régime qu’ils réa­lisent ne peut plus durer.

Lire la suite...
Le socialisme québécois.
Entretien avec Jean-Marc Piotte

Entretien paru dans Philosopher au Québec. Deuxièmes entre­tiens [3], dir. Christian Frenette, Presses de l’Université Laval, 2011, p. 79-96.

1) Puisque vous êtes consi­déré, dans cer­tains milieux, comme le père du mar­xisme qué­bé­cois, j’aimerais ouvrir cet entre­tien sur la per­ti­nence et l’actualité de la pensée mar­xiste. Sartre nous disait que le mar­xisme était la phi­lo­so­phie indé­pas­sable de notre temps, plus hum­ble­ment, est-ce que vous pensez tou­jours que le mar­xisme est la phi­lo­so­phie qui doit ins­pi­rer la théo­rie cri­tique de la société ?

Lire la suite...
Entretien avec Alain Deneault
« Ils vont créer des institutions… par insurrection »

La rédac­tion du site A l’Encontre a trans­crit l’entretien entre Ruth Stégassy et l’auteur qué­bé­cois Alain Deneault. Ruth Stégassy anime l’émission Terre à terre, émis­sion qui passe, tous les same­dis matin, à 7h05, sur France Culture. Nous don­nons la parole à Ruth Stégassy : « Nous fai­sons ce matin, 18 février 2012, un petit tour au Québec avec le livre d’Alain Deneault tout juste paru : « Faire l’économie de la hainepoint de haine de l’économie là où on nous fait aimer l’argent à tout prix. Point de haine de l’économie mais une éco­no­mie de la haine. Le pro­gramme : faire l’économie de la haine. Haïr sans qu’il y paraisse. Ainsi inves­tit-on dans l’asservissement à l’argent. » Cette cita­tion, Alain Deneault, elle est tirée de votre der­nier livre, Faire l’économie de la haine, paru aux Editions Ecosociété, en novembre 2011. Il y en a eu un cer­tain nombre de ce genre de livres, on va les sur­vo­ler, tous. Vous aller nous racon­ter ce que vous y avez mis. Il y a eu Offshore. Paradis fis­caux et sou­ve­rai­neté cri­mi­nelle, qui été éga­le­ment publié en France (Editions La Fabrique, avril 2010). Et Noir Canada. Pillage, cor­rup­tion et cri­mi­na­lité en Afrique (Editions Ecosociété, juin 2008) qui a eu une étrange his­toire que vous nous racon­te­rez et puis Paul Martin et com­pa­gnie (Editions Vib, sep­tembre 2005), un livre très qué­bé­cois qui raconte une his­toire bien de chez vous.

Lire la suite...