Forum social des thématiques (FST) de Porto Alegre

Bloquer le projet d’économie « verte »

Par Mis en ligne le 04 février 2012

Julien Terrié – Quel bilan tirez vous de ce Forum Social Thématique de Porto Alegre ?

José Correa – Je pense que le FST a été un moment impor­tant et a été un succès. Ce n’était pas gagné d’avance, mais on a compté entre 50.000 et 60.000 per­sonnes ayant par­ti­cipé à 600 acti­vi­tés ayant pour thème le sommet des peuples de Rio+20, la crise capi­ta­liste, la jus­tice sociale et la jus­tice envi­ron­ne­men­tale. Je crois que le pre­mier point très posi­tif a été la construc­tion de la mobi­li­sa­tion vers le contre-sommet de Rio +20.

Que va t-il se passer à Rio ?

L’ONU va orga­ni­ser, 20 ans après la pre­mière Conférence sur le Climat de Rio, une confé­rence sur une des stra­té­gies de sortie de crise qu’est l’économie « verte ». L’importance du FST a été de faire la lumière sur ce projet nommé « draft zéro » qui est une avan­cée sans pré­cé­dent sur la mar­chan­di­sa­tion de la nature, tota­le­ment inac­cep­table par tous les mou­ve­ments sociaux. La ques­tion aussi de la nou­velle gou­ver­nance de cette éco­no­mie « verte » sera posée aussi à Rio, par exemple, si les gou­ver­ne­ments euro­péens décident une taxe car­bone sur les vols, il faut des ins­ti­tu­tions pour appli­quer cette règle à l’échelle glo­bale. A Rio sera donc décidé une nou­velle forme de régu­la­tion du capi­ta­lisme qui n’a d’autre but de garan­tir encore plus de pro­fits sur la base de nou­veaux mar­chés « verts ».

Quelle est la démarche du Forum contre cette éco­no­mie « verte » ?

Tout d’abord nous avons com­pris que nous avions à anti­ci­per le pro­ces­sus parce que les accords entre gou­ver­ne­ments vont vite être bou­clés, main­te­nant nous pour­rons inter­ve­nir dans le pro­ces­sus de négo­cia­tion pour tenter, en réa­lité, de blo­quer les négo­cia­tions ou les ini­tia­tives qui cherchent à légi­ti­mer ou jus­ti­fier une nou­velle avan­cée de la mar­chan­di­sa­tion de la nature. Il faut vrai­ment blo­quer cela c’est une attaque aux biens com­muns et néces­site une forte réac­tion de tous les mou­ve­ments sociaux de la pla­nète. Pour cela nous avons arti­cu­ler dif­fé­rem­ment ce forum pour qu’il soit réel­le­ment force de proposition.

Quelles pro­po­si­tions sortent de ce forum ?

Nous avons mis en place des groupes de tra­vails (biens com­muns, finance, santé, édu­ca­tion, …) qui ont pro­duit des ana­lyses et pro­po­si­tions et vont conti­nuer à tra­vailler jusqu’en Mai. Nous avons mis en place une com­mis­sion de sys­té­ma­ti­sa­tion avec Pablo Solon, Genevieve Azam, Edgardo lander et moi-même. Elle agira en dis­cus­sion avec la coor­di­na­tion géné­rale des mou­ve­ments sociaux et du sommet des peuples pour rédi­ger un contre projet au « Draft zéro » qui sera pro­posé à la négo­cia­tion pen­dant la confé­rence des nations-unies de Rio. Nous vou­lons pro­po­ser une vision alter­na­tive de société que les mou­ve­ments sociaux pour­rons s’approprier. Nous vou­lions réel­le­ment des bases pro­gram­ma­tiques nou­velles alter­na­tives au sys­tème capi­ta­liste et pour l’union des mou­ve­ments sociaux à l’échelle planétaire.

Des cam­pagnes concrètes ont été mises en place ?

Nous par­tons de Porto Alegre avec des ini­ta­tives impor­tantes : La mise en place d’une cam­pagne inter­na­tio­nale contre l’économie « verte » qui sort d’ici bien struc­tu­rée. Il est arrivé quelque chose de très impor­tant, sur­tout pour l’Amérique Latine, une union entre les orga­ni­sa­teurs du Forum et les acteurs qui pri­vi­lé­giaient l’assemblée des mou­ve­ments sociaux. Ce rap­pro­che­ment se fait sur la base d’une éva­lua­tion que nous entrons dans une nou­velle période his­to­rique, qu’il y a des nou­veaux acteurs, de nou­velles formes de lutte, de nou­velles ques­tions de société posées. Et nous devons conso­li­der ce pro­ces­sus d’union d’une manière ou d’une autre.

Comment se maté­ria­lise cette union ?

Une concré­ti­sa­tion de cette union sera pen­dant la jour­née de mobi­li­sa­tion mon­diale le 5 juin 2012 contre la crise capi­ta­liste et la des­truc­tion de l’environnement déci­dée pen­dant l’assemblée des mou­ve­ments sociaux du 28 jan­vier pen­dant le Forum. Un autre point impor­tant, nous avons dis­cuté de ces ini­tia­tives, pour qu’ils s’y asso­cient, avec les mou­ve­ment indi­gnés euro­péens (Espagne, Grèce), les mou­ve­ment « occupy » (USA et Angleterre), des mili­tants du prin­temps Arabe et le mou­ve­ment Chilien dont nous avions invité des repré­sen­tants ici à Porto Alegre. Par exemple, Occupy Wall Street va orga­ni­ser une action diri­gée vers l’ONU pen­dant Rio+20 dans le cadre de leur « prin­temps amé­ri­cain » qui com­men­cera le 1er mai 2012.

Quel est le calen­drier des rendez-vous internationaux ?

Première étape, nous fai­sons un sémi­naire en mai à Rio pour unir le tra­vail des groupes thé­ma­tiques et rédi­ger un contre « draft zéro ». Puis, nous bâtis­sons la plus mas­sive mobi­li­sa­tion pos­sible à l’échelle pla­né­taire pour le 5 juin 2012. A Rio+20 du 18 au 23 juin, pen­dant le sommet des peuples, nous allons conti­nuer le pro­ces­sus d’union des mou­ve­ments sociaux notam­ment ceux issus de la crise et tenter de blo­quer la mise en place de l’économie « verte ». Puis en juillet se tien­dra le Forum social du Magreb/​macherk qui aura lieu à Monastir (près de Tunis) du 10 au 14 juillet 2012 avec, nous l’espérons, une dyna­mique régio­nale très impor­tante. Le but est d’alimenter pro­gram­ma­ti­que­ment et par échange d’expérience les mou­ve­ments sociaux à l‘échelle planétaire.

Les commentaires sont fermés.