Bienvenue dans la cage digitale  

Michael Hoechsmann, Université Lakehead

Je me souviens de ce que le commis qui m’a vendu mon premier smartphone m’a dit : « Il fait tellement plus qu’un simple téléphone. Je ne peux pas imaginer ma vie sans elle ».  À l’époque, je pensais que ce type pourrait être différent de moi, un peu plus obsédé par les bizarreries de la technologie. Or, que se passe-t-il maintenant ? Je suis devenu adapté et dépendant de mon mini-ordinateur portable et polyvalent.

Le smartphone me donne l’illusion du choix et de ma propre singularité. J’ai posté sur cet appareil une sélection de photos, de musique, de préférences, de recherches, d’emplacements et de contacts. Il sait si je suis à la maison ou ailleurs. Il connaît mes goûts, mes bizarreries, mes soucis, mes souhaits et mes désirs. Mon téléphone sait si je suis agité ou en paix. Il connaît les contours de mes réseaux, pas seulement ceux que je connais et avec qui je m’associe, mais aussi des détails agrégés sur les types de personnes avec lesquelles je passe du temps, la musique qu’ils écoutent, la marque de soda qu’ils sont susceptibles de consommer, pour qui ils voteraient, s’ils croient en Dieu et s’ils ont assez d’argent pour mettre à niveau leurs téléphones.

Ainsi, j’habite un espace qui est très contraint et où mes mouvements, mes actions et mes attitudes sont suivis et comparés à tous ceux avec qui je m’associe, ainsi qu’à ceux que je ne connais pas ou que je pourrai rencontrer un jour. Le contrôle que j’exerce sur mon téléphone est illusoire. Je peux le tenir dans ma main et en dépendre pour me réveiller, pour me garder en contact, pour me divertir, pour m’informer et pour me servir (pizza, par exemple), mais je sers aussi mon téléphone.

Je ne suis qu’un commis aux données dans une « cage numérique ». Oui, je vis à l’ère numérique, mais les murs de la cage se referment de plus en plus dans ce présent algorithmique. Le smartphone est le médicament de passerelle ; il stimule un appel et une réponse qui m’insèrent dans une économie de dopamine. Il m’insère dans un jeu complexe de plates-formes, d’applications et d’appareils d’une part, et de bases de données, d’algorithmes et d’intelligence artificielle d’autre part. Le côté consommateur des équations est bien connu : nos mouvements, actions et énoncés sont de plus en plus tracés, suivis, modelés et reconditionnés pour nous-mêmes et pour les autres. Moins connu est le côté production : comment les algorithmes sont écrits et adaptés pour être utilisés. À ce jour, les producteurs d’algorithmes ont réussi à préserver la mystique sur leur travail, bien que les types de choix écrits dans le code soient simples et faciles à comprendre.

L’éducation aux médias d’aujourd’hui est prise en train de courir après la queue de cette pratique de production médiatique établie et enracinée qui a transformé les médias en une présence caméléon en constante évolution. Deux personnes debout côte à côte peuvent recevoir des descriptions et des instructions différentes sur le même concept ou problème et en fonction de l’heure de la journée, de l’emplacement et même d’une conversation récemment conclue. Elles peuvent recevoir un message spécifique et nuancé.  La danse algorithmique dont nous faisons partie est comme un croisement entre une danse en ligne et un speed dating – les actions sont conditionnées et répétitives, mais le partenaire de danse ne cesse de changer.

Structurer le débat sur les plateformes et les algorithmes, c’est aussi faire la distinction entre le colonialisme des données et la pauvreté des données. Aujourd’hui, la colonisation par la Coca, le colonialisme des données est le résultat de la somme totale des messages – du goût, de la préférence, de la visibilité, de l’invisibilité à la publicité, aux ventes, aux arguments politiques – absorbés par nous tous et stratifiés via le revenu, l’âge, la région, la race, le sexe et d’autres formes de privilèges sociaux, politiques et économiques. De l’autre côté de la médaille, littéralement, la pauvreté des données fait référence au manque de participation à l’alimentation des algorithmes qui régissent nos vies. Si vous êtes du mauvais côté de la fracture numérique – comme c’est le cas pour environ 50% de l’humanité – vos préférences, vos questions et vos inquiétudes ne nourriront pas l’IA qui détermine le prochain mouvement de la danse algorithmique. Il faut participer sur le plateau de danse numérique pour avoir une influence sur l’algorithme, mais, pour ce faire, il faut se soumettre à l’IA colonialiste.

Cela a une corrélation supplémentaire avec les discours entourant la vie privée en ligne, dont le paradoxe ultime est que les murs que l’on érige autour de soi coupent l’impact sur les logiques de l’IA. Bien sûr, le silence peut être une position discursive, donc se murer de la cacophonie numérique est une sorte de déclaration qui peut avoir un petit impact sur le torrent déchaîné des protocoles d’IA.

Les médias d’aujourd’hui sont moins une masse d’objets matériels qu’un ensemble de processus qui régissent nos pensées et nos actions. La médiation est maintenant une condition fondamentale de la vie sociale dans la plupart des sociétés et, bien qu’il ait fallu du temps pour que tout le poids et l’impact de cette réalité s’installent, nous sommes de moins en moins en mesure de sortir nos identités, nos attitudes et nos actions d’une danse algorithmique dans laquelle nous sommes profondément ancrés. C’est ce que nous pourrions appeler la vie dans la cage numérique.

L’éducation aux médias a toujours répondu aux conditions sociales, culturelles, politiques et éducatives de son époque. Dans de nombreuses régions du monde, elle a commencé comme un mouvement populaire d’enseignants ou d’organisations communautaires préoccupés par le fait que les conceptions imprimées de l’alphabétisation sont insuffisantes dans un monde où une grande partie de la communication primaire est visuelle, auditive, textuelle et maintenant dans le code, et aussi de plus en plus empêtrée dans le spectacle, le fétichisme des marchandises et les relations publiques.  Même avec la centralité accrue des technologies de l’information dans l’éducation, la culture, la société et le commerce, l’éducation aux médias a lutté pour être reconnue dans les milieux éducatifs. C’est un élément central de la citoyenneté, de la participation et de l’appartenance essentielles, mais celui-ci opère à tellement de niveaux dans la vie des individus et des groupes qu’il est difficile de se limiter à l’engagement civique. Son rôle est en général de fournir, d’éveiller et d’inspirer les ressources culturelles, sociales, psychologiques et éducatives pour permettre la bonne vie (buen vivir) dans un monde très perturbé. À mesure que ce monde continuera d’évoluer, l’éducation aux médias continuera de s’y adapter.