Barcelone : la ville qui a vaincu le géant du capitalisme de plateforme

Charmain Levy, professeure au département de sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais

 

Au cours des 30 dernières années, le tourisme est devenu un élément central de l’économie de nombreuses villes, ce qui a influencé le bien-être et le droit à la vie urbaine de leurs citoyens. La promotion du tourisme en tant que moteur du développement par les élites politiques et économiques urbaines s’est intensifiée au cours des dernières décennies en raison de la transformation du tourisme en une industrie mondiale majeure, ainsi que du passage d’un capitalisme fondé sur la fabrication à des économies post-fordistes et de l’essor associé des industries urbaines fondées sur la consommation, la culture et les loisirs (Novy & Colomb, 2019) et de l’économie de l’expérience (Pine & Gilmore, 1999). Dans plusieurs villes, la centralité du tourisme et des touristes dans l’économie politique urbaine a produit des impacts négatifs sur la vie des citoyens et des quartiers.

C’est notamment le cas en ce qui concerne son impact sur le logement abordable, les services, la gentrification et les identités collectives. La récente économie du partage (SE) et le phénomène capitaliste de plateforme d’Airbnb ont accéléré cet impact et créé des tensions dans des villes comme Venise, Barcelone et Amsterdam. Ces centres urbains se sont retrouvés pris dans des circuits mondiaux de consommation culturelle qui extraient ou transforment les biens communs locaux afin de promouvoir l’accumulation de capital (Harvey, 2013) en termes de marchandisation du logement. Dans la plupart des cas, les décisions politiques concernant la promotion du tourisme en tant qu’activité économique centrale ne prévoient pas de consultation des citoyens, qui sont ainsi écartés du discours public, des contacts sociaux, des connaissances publiques, de l’esthétique spatiale, des sentiments et des affects publics (Mordue, 2017).

L’avènement du capitalisme de plateforme a eu un impact profond sur l’écosystème de l’hôtellerie et du tourisme au cours de la dernière décennie. Airbnb a effectivement créé une nouvelle catégorie de logements locatifs – les locations de courte durée – qui se situe à mi-chemin entre les logements locatifs résidentiels traditionnels et les hôtels. Le modèle commercial d’Airbnb est particulièrement dangereux parce qu’il fait clairement fi des réglementations existantes en matière de logement et d’aménagement du territoire dans de nombreuses, voire la plupart, des villes où il opère, et ce d’une manière qui semble saper les politiques visant à protéger l’offre de logements abordables (Wachsmuth & Weisler, 2018). Le résultat est l’embourgeoisement transnational qui se produit lorsque les écarts de loyer sont à l’échelle mondiale, et peut créer une crise importante pour les résidents locaux qui sont contraints de payer des prix de logement fixés par la demande mondiale plutôt que locale.

L’économie du partage ne représente pas seulement une nouvelle opportunité économique pour ses « utilisateurs », mais aussi une marchandisation nouvelle et peut-être sans précédent de la vie quotidienne. Les locations à court terme facilitent une intensification massive et peut-être sans précédent de la marchandisation du logement. Le processus de gentrification par la touristification a des conséquences importantes pour leurs habitants et leurs utilisateurs, ce qui aggrave les inégalités ainsi que les problèmes potentiels de la vie urbaine et des biens communs (Sequera and Nofre, 2018).

La crise économique et financière de l’après-2008 et la gouvernance néolibérale qui s’en est suivie ont eu tendance à renforcer la priorité accordée au tourisme en tant que secteur clé de l’économie urbaine dans de nombreuses villes, notamment en Europe du Sud (Cócola Gant, 2018). L’économie du partage contribue au surtourisme et au développement non durable en poussant conjointement les processus de gentrification urbaine, le dépeuplement des centres-villes et d’autres processus d’exclusion sociale et de déresponsabilisation contraires à la citoyenneté urbaine (Zmyaslony et al., 2020). Airbnb est l’exemple le plus éminent et le plus discuté du modèle économique de l’économie du partage dans le tourisme, qui a changé la logique de la chaîne de valeur mondiale et est devenu un symbole du pouvoir perturbateur de l’économie mondiale et des communautés locales vivant dans des destinations touristiques populaires (Zmyaslony et al., 2020, 4).

Le tourisme est devenu un objet de mobilisation parce qu’il est plus nombreux, dans un plus grand nombre de destinations urbaines, qu’il s’étend à des quartiers auparavant « vierges », qu’il prend de nouvelles formes, et parce qu’il n’est souvent pas assez gouverné ou réglementé – ou simplement gouverné dans l’intérêt d’un petit nombre d’acteurs (Novy, 2018). Barcelone en est un exemple: entre 2000 et 2016, le nombre de visiteurs passant la nuit dans un hébergement officiel a connu une hausse vertigineuse de 188 %, passant de 3,1 à plus de 9 millions d’hôtes. Amsterdam a vu le nombre de clients d’hôtels et d’auberges augmenter de 80 %, passant de 4 millions en 2000 à plus de 7,2 millions en 2016 (TourMIS, 2017).

En 2010, la ville de Barcelone a développé une stratégie basée sur trois principes d’un modèle touristique souhaité fondé : (i) la cohérence avec le modèle de la ville ; (ii) une relation synergique entre les visiteurs et les résidents ; (iii) la durabilité économique, sociale, environnementale et patrimoniale.

Plus récemment, le gouvernement de Barcelone en commun a inclus le tourisme dans les processus participatifs que Barcelone a développés pour engager ses citoyens dans la prise de décision par le biais du gouvernement ouvert plutôt que de créer ses propres structures.

En 2016, ce gouvernement a créé le Conseil du tourisme qui est une organe participatif destiné à permettre que le nouveau modèle touristique soit débattu et approuvé par consensus, permettant au grand public de s’impliquer dans la gouvernance de l’activité touristique et de collaborer aux actions du gouvernement en matière de politiques, lignes stratégiques et initiatives touristiques.

Les partenariats multipartites créés par le conseil municipal de Barcelone au cours des dix dernières années ont donné lieu à des travaux novateurs en matière de gestion du tourisme, les citoyens et l’industrie travaillant ensemble pour améliorer le fonctionnement du tourisme à Barcelone. Le développement de nouvelles institutions, l’exploitation de processus participatifs établis de longue date à Barcelone pour développer des solutions consensuelles à la gestion du tourisme, la création de groupes interdépartementaux au sein de la municipalité pour gérer le tourisme, la détermination à équilibrer la promotion et la gestion et la compréhension que l’utilisation du tourisme pour le développement durable de la ville ne se limite pas à avoir plus de touristes chaque année sont très inhabituels et probablement uniques.

Approuvé dans le cadre de cette stratégie, le Plan spécial d’urbanisme pour l’hébergement touristique (PEUAT) continue de garantir l’équilibre social et économique dans les zones où la pression touristique est plus forte, tout en donnant la priorité au maintien et à l’attraction de la population résidente et en évitant que l’hébergement touristique ne remplace l’usage résidentiel des propriétés. Elle prévoit également des politiques actives pour combattre l’hébergement illégal, en collaboration avec les sites web proposant des hébergements touristiques, ainsi que la création d’un service de médiation pour aider les résidents locaux et les touristes séjournant dans des hébergements locaux à vivre côte à côte.

Le développement du tourisme étant devenu incontrôlable à Barcelone, le gouvernement local a pris des mesures pour limiter l’offre d’hébergement. Un moratoire a été instauré sur les nouvelles licences d’hébergement touristique, ce qui affecte les hôtels et les futurs projets de développement, et peu de nouveaux établissements hôteliers voient le jour. Ceux qui le font doivent se conformer aux nouvelles lois du plan d’urbanisme spécial pour l’hébergement touristique (PEUAT).

Les locations à court terme ont également fait l’objet d’une surveillance étroite, avec des licences requises pour louer des chambres pour moins de 30 jours, conformément à la loi catalane sur le tourisme, ainsi que des inspecteurs chargés de veiller au respect de la réglementation, et la fermeture de 615 exploitations illégales. Le gouvernement local a également interdit les permis de changement d’utilisation nécessaires pour les locations à court terme et a imposé un séjour minimum à des acteurs tels qu’Airbnb. Pour assurer l’application de la loi, 40 inspecteurs sont en poste, et 100 au total sont prévus, afin d’éradiquer les locations illégales, 7 000 propriétés illégales ayant été signalées sur 16 000 propriétés à louer (Goodwin, 2018).

En plus, la ville a mis en place une ligne d’assistance téléphonique pour signaler les locations illégales, un site Web touristique très visible permettant aux touristes de vérifier la légalité de leur location, ainsi que des partenariats avec l’administration fiscale locale pour vérifier si les propriétaires qui louent leurs propriétés paient les impôts appropriés. Ces initiatives ont permis de réduire le nombre de locations illégales de milliers à moins de 100 en 2020. L’approche de Barcelone en matière de gestion des plateformes de partage de maison a été exemplaire et peut servir pour d’autres villes qui sont exploitées par le capitalisme de plateforme.

Bibliographie

Cócola Gant A (2016) Holiday Rentals: The New Gentrification Battlefront. Sociological Research Online 21 (3): 10.

Goodwin, Harold (2018) Responsible Tourism Partnership Working Paper 1 (2nd edition), Responsible Tourism Partnership Working Paper http://responsibletourismpartnership.org/overtourism/

Harvey, D. (2013) Rebel cities: from the right to the city to the urban revolution. London, Verso.

Mordue, Tom (2017) New urban tourism and new urban citizenship: researching the creation and management of postmodern urban public space, International Journal of Tourism Cities, Vo. 3, No.4, 399-405.

Novy, Johannes, (2018) « Urban tourism as a bone of contention: four explanatory hypotheses and a caveat », International Journal of Tourism Cities, https://doi.org/10.1108/IJTC-01-2018-0011

Novy, Johannes & Colomb, Claire (2019) Urban Tourism as a Source of Contention and Social Mobilisations: A Critical Review, Tourism Planning & Development, 16:4, 358-375.

Pine, B.J. and Gilmore, J.H. (1999) The Experience Economy: Work Is Theatre & Every Business a Stage. Harvard Business School Press, Boston.

Sequera, J., & Nofre, J. (2018). Shaken, not stired. New debates on touristification and the limits of gentrification. City, 22 (5–6), 843–855.

TourMIS (2017) City tourism in Europe, available at: www.tourmis.info

Wachsmuth D. & Weisler A. (2018) Airbnb and the rent gap: Gentrification through the sharing economy. Environment and Planning A: Economy and Space. 50(6):1147-1170.

Zmyślony, Piotr; Leszczyński, Grzegorz; Waligóra, Anna; Alejziak, Wiesław. (2020) « The Sharing Economy and Sustainability of Urban Destinations in the (Over)tourism Context: The Social Capital Theory Perspective » Sustainability 12, no. 6: 2310. https://doi.org/10.3390/su12062310