Richard-poulin

Nouveaux Cahiers du socialisme - No. 6, Automne 2011
Crises écologiques, inégalités sociales et écosocialisme
Texte intégral d'introduction au dossier principal du numéro 6 des Nouveaux Cahiers du socialisme

Des partis poli­tiques bour­geois se parent de valeurs envi­ron­ne­men­ta­listes ver­tueuses. Or, par leurs acti­vi­tés et leur idéo­lo­gie de la crois­sance capi­ta­liste, ces partis ont promu pen­dant des décen­nies des poli­tiques qui ont concouru à la dégra­da­tion de l’environnement. Simple déma­go­gie de leur part ? Non, sans doute pas, même si cela s’avère sou­vent le cas, par­ti­cu­liè­re­ment lorsqu’il est ques­tion de l’exploitation extrê­me­ment pol­luante des sables bitu­mi­neux[1], des gaz de schiste[2] ou du nucléaire[3].

Lire la suite...
Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Histoire du socialisme
Le socialisme au pouvoir

À la veille de la Première Guerre mon­diale, la IIe Internationale, ou l’Internationale ouvrière, repré­sen­tait une force poli­tique impres­sion­nante. Elle regrou­pait des mil­lions de membres en Europe et était repré­sen­tée par des cen­taines de dépu­tés dans les par­le­ments. Jusqu’en juillet 1914, les prin­ci­paux partis sociaux-démo­crates répé­tèrent le ser­ment de s’opposer à la guerre par tous les moyens (ce ser­ment avait été énoncé dans le congrès de Stuttgart en 1907 puis réaf­firmé dans ceux de Copenhague en 1910 et de Bâle en 1912). Puis, le 1er août, sous pré­texte de défense natio­nale, la social-démo­cra­tie appuya pra­ti­que­ment par­tout l’entreprise de bri­gan­dage de sa propre bour­geoi­sie impé­ria­liste. Ce fut « l’Union sacré ». La IIe Internationale était morte comme orga­ni­sa­tion révo­lu­tion­naire, comme ins­tru­ment inter­na­tio­na­liste de lutte contre le capi­ta­lisme. Elle avait non seule­ment trahi son rôle his­to­rique, mais éga­le­ment ses propres prises de posi­tion contre la guerre.

Lire la suite...
Le trafic des migrantEs

La pau­pé­ri­sa­tion de régions entières du globe ainsi que la crois­sance des inéga­li­tés sociales dans les pays et entre les pays ont créé les condi­tions pro­pices à toutes les formes de trafic et de traite des êtres humains. Les plus tou­chéEs pro­viennent prin­ci­pa­le­ment des pays du Sud et de l’Est. À l’échelle de ces régions, le bou­le­ver­se­ment des struc­tures sociales dû au triomphe de l’économie capi­ta­liste néo­li­bé­rale favo­rise l’économie infor­melle et les déstruc­tu­ra­tions sociales. De même, l’extension de l’économie de marché et la crois­sance des inéga­li­tés sociales, ren­for­cées par les plans d’ajustement struc­tu­rel, les endet­te­ments des États ainsi que la finan­cia­ri­sa­tion de l’économie sont loin d’exclure ou de mar­gi­na­li­ser ses victimes.

Lire la suite...
La Cour supérieure de l’Ontario, la prostitution et la démocratie
dimanche 3 octobre 2010
Féminisme, Québec / Canada

Même si son juge­ment recon­naît que le seul consen­sus qui existe sur la pros­ti­tu­tion au Canada, c’est l’absence de consen­sus (p. 5), la juge Himel a tran­ché. Au nom de la Cour supé­rieure de l’Ontario, elle a inva­lidé la plu­part des articles du code cri­mi­nel en matière de pros­ti­tu­tion, esti­mant qu’ils contri­buent à mettre en danger les per­sonnes pros­ti­tuées et les proxé­nètes qui, dans la nov­langue néo­li­bé­rale, sont désor­mais des « tra­vailleurs du sexe ».

Lire la suite...
Ap­parence, hy­per­sex­ual­isa­tion et pornographie
dimanche 5 septembre 2010
Féminisme, Gauche / Mouvements sociaux

Sé­duire, c’est mourir comme réal­ité et se pro­duire comme leurre.
— Jean Bau­drillard[1]

Lire la suite...
Luttes, oppressions, rapports sociaux de sexe
Présentation du Numéro 4

Socialismes, féminismes et émancipation humaine


S’il y a, chez les socialistes, des traditions en faveur de l’émancipation des femmes1, il n’en reste pas moins qu’elles ont connu une éclipse avec la social-démocratisation des organisations du mouvement ouvrier (adaptation au capitalisme2) et la bureaucratisation du « communisme ». La deuxième vague féministe3 des années 1960-1970 a changé cela, bien que plusieurs groupes aient été, à l’époque, réfractaires à ce mouvement. Aujourd’hui, la gauche et les mouvements alternatifs se réclament pratiquement tous de l’émancipation des femmes, ce qui n’était pas le cas voici 30 ans.

Lire la suite...
1983 : Grenade et la restauration de l’ordre capitaliste mondial,
un prélude aux catastrophiques années 1980
vendredi 18 septembre 2009
Gauche / Mouvements sociaux

Il y a 30 ans, le 13 mars 1979, la pre­mière révo­lu­tion de Noir-es anglo­phones réus­sis­sait à ren­ver­ser le régime néo­co­lo­nial de Sir Eric Gairy et éta­blis­sait un gou­ver­ne­ment révo­lu­tion­naire dans l’île de Grenade. Cette révo­lu­tion connaî­tra une double défaite : à l’intérieur avec le coup d’État opéré par une fac­tion sta­li­nienne[1] diri­gée par Bernard Coard ; à l’extérieur avec l’invasion des marines amé­ri­caines, le 25 octobre 1983.

Lire la suite...