Pierre-dubuc

Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Faire de la politique autrement ?

Faire de la poli­tique autre­ment, c’est d’abord et avant tout s’intéresser aux ques­tions poli­tiques fon­da­men­tales de notre époque et cher­cher à en com­prendre la dyna­mique. Notre époque, c’est celle de la mon­dia­li­sa­tion, de la domi­na­tion du capi­ta­lisme finan­cier à l’échelle du globe. La crise finan­cière actuelle en témoigne élo­quem­ment. Les États s’endettent pour ren­flouer les banques et les banques prennent pré­texte de l’endettement des États pour exiger qu’ils leur cèdent à rabais les biens publics ! Avec, à l’horizon, des pri­va­ti­sa­tions, des déré­gle­men­ta­tions, des sup­pres­sions de pro­grammes sociaux d’une ampleur encore jamais vue, l’avenir est sombre pour les peuples du monde. Mais, déjà, la résis­tance se mani­feste, des pays arabes à l’Espagne, à la Grèce et, bien­tôt, à bien d’autres pays. Mais il serait illu­soire et naïf de s’attendre à un affron­te­ment simul­tané à l’échelle mon­diale avec, d’un côté, les repré­sen­tants du capi­tal finan­cier et, de l’autre, les peuples de la pla­nète. La lutte des classes et des peuples est un phé­no­mène beau­coup plus com­plexe, qui s’inscrit dans un cadre natio­nal selon les par­ti­cu­la­ri­tés de chaque pays.

Lire la suite...
Vers un « printemps arabe » québécois ?

À chaque période de son his­toire, le Québec a subi l’influence des grands mou­ve­ments sociaux et poli­tiques de l’époque. La Rébellion des Patriotes s’inscrivait dans la mou­vance des révo­lu­tions démo­cra­tiques du XIXe siècle et la Révolution tran­quille était le reje­ton qué­bé­cois du vaste mou­ve­ment de déco­lo­ni­sa­tion de l’après-guerre.

Lire la suite...