Paul-krugman

Obama, la déception, et ce qui va s’en suivre.
dimanche 6 décembre 2009
États-Unis

Quels sont les pers­pec­tives pour les USA ? Paul Krugman, qui conti­nue de juger que la relance amé­ri­caine a été insuf­fi­sante, s’attend à plu­sieurs années de stag­na­tion, avec un chô­mage élevé per­sis­tant, et une notion de la pros­pé­rité qui devra être « revue à la baisse ». Dans cette situa­tion sociale dif­fi­cile, avec une admi­nis­tra­tion qui n’a pas su s’imposer face à Wall Street et aux ban­quiers, il pré­voit que ce sont les Républicains qui devraient béné­fi­cier du mécon­ten­te­ment popu­laire lors des élec­tions de mi-mandat. Obama pour­rait-il se res­sai­sir d’ici là ? « Le temps est passé où l’on pou­vait faire confiance à l’administration pour qu’elle entre­prenne ce qui est néces­saire – tout porte à croire qu’elle ne le fera pas de sa propre ini­tia­tive, » conclut-il, sans dis­si­mu­ler sa décep­tion.

Lire la suite...
La fin de la récession ne signifie pas la fin de la crise
dimanche 20 septembre 2009
Inégalités / Classes sociales

Ben Bernanke a indi­qué hier [15 sep­tembre 2009] que la réces­sion était « très pro­ba­ble­ment ter­mi­née. » Est-ce à dire que la crise appar­tient au passé ? Non répond Krugman, qui rap­pelle que la baisse d’activité récente – qu’il évalue à 1000 mil­liards de dol­lars sur un an – ne sera pas com­blée avant long­temps, même si la réces­sion, au sens tech­nique du terme, est ter­mi­née. Mettant en garde d’autre part contre l’effet d’optique qui peut naître des varia­tions de stocks, il n’écarte pas la pos­si­bi­lité d’une réces­sion en deux temps, ayant la forme d’un W.

Lire la suite...