Noam-chomsky

Noam Chomsky était en visite à Gaza du 25 au 30 octobre 2012
Noam Chomsky – Impressions de Gaza

Même une seule nuit en prison suffit à donner une idée de ce que veut dire le fait de se trou­ver sous le contrôle absolu de la même force exté­rieure. Et il faut à peine plus d’une jour­née à Gaza pour com­men­cer à appré­cier ce à quoi doit res­sem­bler tenter de sur­vivre dans la plus grande prison en plein air du monde, où un mil­lion et demi de per­sonnes, dans la région la plus den­sé­ment peu­plée du monde, sont constam­ment sou­mises à la ter­reur géné­rale, sou­vent sau­vage et aux châ­ti­ments arbi­traires qui n’ont sou­vent pour but que d’humilier et avilir, ainsi que de faire en sorte que les espoirs pales­ti­niens d’un avenir décent soient anéan­tis et que soit réduit à zéro le sou­tien mon­dial majo­ri­tai­re­ment favo­rable à un arran­ge­ment diplo­ma­tique censé accor­der ces droits.

Lire la suite...
Le déclin états-unien en perspective – 2ère partie
Illustration : Matt Sesow

Illustration : Matt Sesow

Pendant les années du déclin déli­béré et auto-infligé chez nous, les « pertes » ont conti­nué ailleurs. Ces dix der­nières années, pour la pre­mière fois en 500 ans, l’Amérique du Sud a com­mencé à se libé­rer de la domi­na­tion occi­den­tale, une autre perte signi­fi­ca­tive. La région a initié son inté­gra­tion et a com­mencé à régler quelques uns des ter­ribles pro­blèmes de ces socié­tés diri­gées par des élites euro­péa­ni­sées, de minus­cules îlots de richesse extrême dans une mer de misère. Ils se sont aussi libé­rés de toutes les bases états-uniennes et du contrôle du FMI. Une nou­velle orga­ni­sa­tion, la Communauté des États latino-amé­ri­cains et cari­béens (CELAC), réunit tous les pays de l’hémisphère, excep­tés les États-Unis et le Canada. Si la CELAC arrive à s’imposer, ce sera un nou­veau signe du déclin états-unien, cette fois dans la région qui a tou­jours été consi­dé­rée comme l’« arrière-cour ».

Lire la suite...
La mondialisation poursuit sa marche en avant

A ce jour, la montée de l’indignation popu­laire n’a pas remis en cause le pou­voir des entre­prises. L’avenir dépend de ce que l’immense majo­rité est prête à sup­por­ter et de savoir si cette immense majo­rité appor­tera, col­lec­ti­ve­ment, une pro­po­si­tion construc­tive en réponse aux pro­blèmes qui sont au cœur du sys­tème capi­ta­liste de domi­na­tion et de contrôle. Sinon, l’issue pour­rait être sinistre, comme l’illustre si abon­dam­ment l’histoire.

Lire la suite...
Ma réaction à la mort d’Oussama Ben Laden

Il est de plus en plus clair que l’opération était un assas­si­nat pré­mé­dité, en com­plète vio­la­tion de mul­tiples règles élé­men­taires du droit inter­na­tio­nal. Aucune ten­ta­tive n’a semble-t-il été faite pour appré­hen­der une vic­time désar­mée, ce qui aurait pu être rai­son­na­ble­ment entre­pris par 80 com­man­dos en butte à pra­ti­que­ment aucune oppo­si­tion, à l’exception, affirment-ils, de son épouse, qui se pré­ci­pita vers eux.

Lire la suite...
Conférence au Z Media Institute
La sauvagerie de l’impérialisme états-unien – 3
Chomsky 1

Source : ZMag

Dans les 1ère et 2e par­ties de La Sauvagerie de l’impérialisme états-unien, Chomsky parle du rôle global des États-Unis, du Moyen-Orient, par­ti­cu­liè­re­ment de l’Iran et de la Palestine. Il finis­sait en évo­quant la pos­si­bi­lité, suite à une pres­sion mon­diale, d’un chan­ge­ment de la poli­tique des États-Unis et de leur éven­tuel ral­lie­ment à la solu­tion à deux États, Israël et la Palestine. Voici la trans­crip­tion de la pre­mière partie de son échange avec les étu­diants pré­sents au Z Media Institute 2010.

Lire la suite...
Ce n’est pas l’Islam radical qui préoccupe les Etats-Unis, mais l’indépendance

La nature des régimes qu’ils sou­tiennent dans le monde arabe importe moins que leur contrôle. Les sujets sont igno­rés jusqu’à ce qu’ils brisent leurs chaînes.

« Le monde arabe est en feu » annon­çait al-Jazeera la semaine der­nière, alors que par­tout dans la région, les alliés occi­den­taux « perdent rapi­de­ment leur influence ». L’onde de choc fut déclen­ché par le sou­lè­ve­ment en Tunisie qui ren­versa le dic­ta­teur sou­tenu par l’Occident, avec des réver­bé­ra­tions sur­tout en Egypte, où les mani­fes­tants ont sub­mergé la police bru­tale du dic­ta­teur.

Lire la suite...
Noam Chomsky
La sauvagerie de l’impérialisme états-unien

1. L’empire des États-Unis, le Moyen-Orient et le monde

Il est ten­tant de reprendre depuis le début. Le début c’était il y a bien long­temps, mais il est utile de revoir cer­tains points d’histoire qui pour­ront être com­pa­rés à la poli­tique actuelle des États-Unis au Moyen-Orient. Les États-Unis sont un pays très par­ti­cu­lier par bien des aspects. Ils sont pro­ba­ble­ment le seul pays au monde qui soit né empire. C’était un empire enfant – comme George Washington l’a appelé –, et les Pères fon­da­teurs étaient très ambi­tieux. Le plus libé­ral d’entre eux, Thomas Jefferson, pen­sait que l’empire enfant devait s’étendre davan­tage et deve­nir le « nid » à partir duquel le conti­nent entier serait colo­nisé. Cela signi­fiait se débar­ras­ser des « rouges », les Indiens, les­quels ont effec­ti­ve­ment été dépla­cés ou exter­mi­nés. Les Noirs devaient être ren­voyés en Afrique dès qu’on n’aurait plus besoin d’eux et les Latins seraient éli­mi­nés par une race supé­rieure.

Lire la suite...
Le président Barack Obama a éloigné les Etats-Unis de l’Amérique Latine et de l’Europe en validant le coup d’Etat militaire au Honduras
mardi 5 janvier 2010
États-Unis

Barack Obama est le qua­trième pré­sident amé­ri­cain à gagner le prix Nobel de la Paix et il rejoint ses pré­dé­ces­seurs dans cette longue tra­di­tion de « paci­fi­ca­tion » qui depuis tou­jours, a servi les inté­rêts états-uniens.

Lire la suite...
La militarisation de l’Amérique Latine
dimanche 20 septembre 2009
Gauche / Mouvements sociaux

La « guerre contre la drogue » – comme la « guerre contre le crime » et la « guerre contre le ter­ro­risme » – est menée pour d’autres rai­sons que les objec­tifs annon­cés offi­ciel­le­ment.

Les Etats-Unis ont été fondés en tant que « bébé empire », selon les termes de George Washington. La conquête du ter­ri­toire natio­nal était une expé­rience impé­riale gran­diose. Dès le tout début, l’objectif suprême avait été de contrô­ler l’hémisphère.

Lire la suite...