Ncs

Université populaire d'été des NCS - 2012
Soirée d’ouverture
vendredi 20 juillet 2012
Université populaire 2012

De la lutte étudiante à la lutte citoyenne : pouvons-nous encore faire une société ?

Le jeudi 16 août 2012 à 19h à l’UQAM

Avec :

Gabriel Nadeau-Dubois (CLASSE)
Francisco Figueroa (Fédération étu­diante du Chili)
Gilles Gagné (Université Laval)
Anne Latendresse (UQÀM)
Christian Laval (Université de Paris X Nanterre)
Fanny Theurillat-Cloutier (Professeure contre la hausse) 

Par
Lire la suite...
Université populaire d'été des NCS - 2012
S’organiser, résister, vaincre
Du 16 au 18 août 2012 à l'UQAM


Soirée d’ouverture

De la lutte étudiante à la lutte citoyenne : pouvons-nous encore faire une société ?

Le jeudi 16 août 2012 à 19h à l’UQAM

Avec : Gabriel Nadeau-Dubois (CLASSE), Francisco Figueroa (Fédération étudiante du Chili),  Christian Laval (Université de Paris X Nanterre) et plusieurs autres 

ENTRÉE LIBRE
Par
Lire la suite...
Nouveaux Cahiers du socialisme - Numéro 7 - Hiver 2012
Du prolétariat au précariat
Introduction au dossier
lundi 13 février 2012
Cahiers du socialisme

Pour consul­ter le numéro avec Table des matières inter­ac­tives :
CLIQUEZ ICI !

Quel sens donner au tra­vail aujourd’hui à l’ombre du capi­ta­lisme glo­ba­lisé ? Notre rap­port au tra­vail a-t-il changé ? Le tra­vail est-il plus alié­nant, plus ato­misé qu’avant lorsqu’il était soumis au régime for­diste et key­né­sien ? Ou s’est-il « libéré » comme le pré­tendent Hardt et Negri dans le sillon du capi­ta­lisme « cog­ni­tif » ? Qu’en est-il de la dite orga­ni­sa­tion scien­ti­fique du tra­vail (le tay­lo­risme) qui semble connaître une bonne for­tune dans les ate­liers délo­ca­li­sés de la grande pro­duc­tion manu­fac­tu­rière avec ses corol­laires bien connus que sont la déqua­li­fi­ca­tion, la dépro­fes­sion­na­li­sa­tion et la dés­in­té­gra­tion du lien social ? Et quelles sont les résis­tances, « anciennes » et « nou­velles » qui sont pen­sées et construites par de nou­veaux col­lec­tifs pro­lé­taires aux iden­ti­tés mobiles et chan­geantes ? Quels sont jus­te­ment ces iden­ti­tés, pro­jets, uto­pies qui se pro­posent comme des alter­na­tives au tra­vail capi­ta­liste ? Voilà quelques-unes des grandes inter­ro­ga­tions que le pré­sent numéro des Nouveaux Cahiers du socia­lisme veut explo­rer. Pour cela, nous par­tons des hypo­thèses de Marx affir­mant, en sub­stance, que le capi­ta­lisme impose un rap­port coer­ci­tif pour extor­quer du sur­tra­vail. Au cœur de cette extor­sion se situe la durée du temps de tra­vail, qui permet de déga­ger une plus-value abso­lue et de sou­mettre for­mel­le­ment le tra­vail au capi­tal.[1]

Lire la suite...
Université populaire des NCS - 2011
Le Québec des résistances, d’hier à aujourd’hui
Université d'été des NCS

Université d'été des NCS

Je participerai - FacebookJe par­ti­ci­pe­rai

Depuis 2008, la crise des crises fait sauter bien des illu­sions. Les domi­nants, dans leur achar­ne­ment à défendre le néo­li­bé­ra­lisme sont divi­sés. Les domi­nés s’interrogent éga­le­ment : peut-on « retour­ner » la crise en « oppor­tu­nité » et relan­cer la résis­tance pour avan­cer dans la lutte pour l’émancipation ?

Université populaire du CAP/NCS

  • les 25–26–27 août 2011
  • À l’UQÀM, :
    – 25 août au A-M050 (Pavillon Hubert-Aquin)
    – 26-27 août au DS-R510 (Pavillon J.-A.-De Sève)

Présentation | Programme | Présentation des contri­bu­tions Dépliant et ins­crip­tion | Affiche | Partenaires et sup­por­teurs

Soirée publique avec Susan George : entrée libre. Les inscriptions aux ateliers de vendredi et samedi pourront se faire sur place au coût de 30 $ (20 $ pour les étudiants.

Par ,
Lire la suite...
Colloque organisé par le Collectif d’analyse politique
Octobre 1970, 40 ans plus tard
Samedi 30 octobre, à l’UQAM

L’historiographie retient habi­tuel­le­ment d’octobre 1970 les évè­ne­ments dra­ma­tiques autour de l’occupation mili­taire du Québec et des enlè­ve­ments orga­ni­sés par le Front de libé­ra­tion du Québec (FLQ). Mais au-delà de cette confron­ta­tion peu banale, il y a un contexte qu’il importe de mieux com­prendre. Plus encore, cette période qui com­mence au tour­nant des années 1960 et qui s’échelonne jusque dans les années 1970 est un moment dans un cycle de luttes dont l’impact marque pro­fon­dé­ment le mou­ve­ment popu­laire. Aujourd’hui, les luttes actuelles ont certes un autre « lan­gage » et une autre iden­tité. La période de 1970 peut appa­raître comme tota­le­ment révo­lue, où rien de ce qui se fait aujourd’hui n’a un rap­port quel­conque avec les mou­ve­ments de l’époque. Mais glo­ba­le­ment, nous pen­sons que cette vision est erro­née. Le mou­ve­ment social contem­po­rain n’est pas né sur une « page blanche ». En fait aucun mou­ve­ment ne part « à zéro ». Le passé forme comme des sédi­ments, des fon­de­ments sur les­quels s’édifie le pré­sent.

Lire la suite...