Ncs

UNIVERSITÉ POPULAIRE DES NCS – 2016
Luttes de classes made in the USA
FSM 2016 : Espace Émancipation

Jeudi 11 août 2016 à 13 h, à l’UQAM, DS-4375

Ce pays est ton pays, ce pays est mon pays
Ce pays a été fait pour toi et moi
Alors que je mar­chais – j’ai vu un signe ici
Et ce signe disait – Défense d’entrer
Mais sur l’autre côté… ça ne disait rien !
Eh bien, ce côté a été fait pour toi et moi
Woody Guthrie

Militant 15$On connaît les États-Unis comme le pays cham­pion du capi­ta­lisme néo­li­bé­ral sans limites : des mil­lions de pauvres qui dépendent de l’aide ali­men­taire, le chô­mage et le pré­ca­riat occul­tés der­rière les « Mcjobs » et les mil­lions de tra­vailleurs et de tra­vailleuses sans statut, sys­tème poli­tique cor­rompu au profit des mil­lion­naires, etc. Et, en plus, une vio­lence anti­po­pu­laire sys­té­ma­tique qui s’exerce notam­ment contre les Afro-Américains et les Latinos. S’il y a encore des gens pour appe­ler cela le « modèle amé­ri­cain », cela témoigne de la for­mi­dable machine de pro­pa­gande qui com­mence par Hollywood et qui s’étend dans tous les médias de la pla­nète.

MilitanteMais les États-Unis, c’est aussi une autre his­toire. Dès la conquête euro­péenne, les Autochtones ont résisté. Les mil­lions d’esclaves qui se sont révol­tés sous la ban­nière Sojourner Truth et de John Brown. Des socia­listes et des syn­di­ca­listes ont défié les struc­tures de l’exploitation dans les grandes usines de Détroit et de Chicago. Dans les années 1960, le gigan­tesque mou­ve­ment des droits civiques a tenu tête avec des per­son­na­li­tés extra­or­di­naires comme Malcolm X et Martin Luther King, pen­dant que les étu­diants et les étu­diantes sor­taient par mil­lions pour dire Non à la guerre impé­ria­liste au Vietnam et que les femmes reven­di­quaient l’égalité. Aujourd’hui, les États-Unis connaissent un regain des luttes popu­laires autour de mou­ve­ments spec­ta­cu­laires (Occupy, Black Lives Matter) ou plus dis­crets comme les grèves des ensei­gnants et des ensei­gnantes de Chicago ou les occu­pa­tions de McDonald dans la cam­pagne pour les 15 $ de l’heure. Tout cela secoue la société au point où un poli­ti­cien qui s’affirme socia­liste, Bernard Sanders, devient un point de réfé­rence. Ce pays états-unien « alter­na­tif », c’est ce dont nous vou­lons parler au FSM.

Intervenants et les intervenantes

• Bhaskar Sunkara (direc­teur de la revue Jacobin)
• Jodi Dean (pro­fes­seure au Hobart and William Smith Colleges)
• Jerome Scott (ani­ma­teur du Project South)
• Jennifer Cox (ani­ma­trice du US Social Forum)

Par
Lire la suite...
UNIVERSITÉ POPULAIRE DES NCS – 2016
À gauche, un nouveau dialogue Québec-Canada
FSM 2016 : Espace Émancipation

Jeudi 11 août 2016 à 9 h, à l’UQAM, R-M120

Forum Social des PeuplesLes domi­nants au Canada cherchent à conso­li­der leur pou­voir et à divi­ser les mou­ve­ments popu­laires. Par ailleurs, les mou­ve­ments et les luttes, du côté qué­bé­cois comme du côté cana­dien, ont leurs rythmes et leurs cultures propres. Peut-on faire conver­ger ces résis­tances ? Dans quelle mesure le Québec peut-il avoir un effet d’entrainement ? Comment les mou­ve­ments cana­diens peuvent-ils jouer un rôle dans la lutte d’émancipation natio­nale du peuple qué­bé­cois ? Comment bâtir la soli­da­rité ?

Intervenant-e-s

  • André Frappier (QS)
  • David Bush (Rank and File, Toronto)
  • Leslie Thompson (mili­tante syn­di­cale d’Halifax)
  • Hassan Husseini (mili­tant syn­di­cal d’Ottawa)
  • Sarah Beuhler (mili­tante envi­ron­ne­men­tale, Vancouver)
  • Andrea Levy (Canadian Dimension et NCS)
Par
Lire la suite...
UNIVERSITÉ POPULAIRE DES NCS – 2016
Les héritages du mouvement populaire au Québec
FSM 2016: Espace Émancipation

Jeudi 11 août 2016 à 13 h, à l’UQAM, DS-3375

Marche des femmesLa néces­sité de saisir les chan­ge­ments induits par le néo­li­bé­ra­lisme nous amène à porter un nou­veau regard sur l’histoire du mou­ve­ment popu­laire depuis les années 1960 au Québec où a fleuri un réseau dense de résis­tances et de construc­tion d’alternatives. Comment les luttes popu­laires et syn­di­cales se sont-elles trans­for­mées depuis les années 1960-1970 ? Comment le mou­ve­ment com­mu­nau­taire peut-il récon­ci­lier le tra­vail de pres­ta­tion de ser­vices et la lutte contre l’État ? Les mou­ve­ments citoyens spon­ta­nés peuvent-ils ins­pi­rer les mou­ve­ments ?

Les intervenant-e-s

• Eric Shragge (mili­tant, Centre des tra­vailleurs et tra­vailleuses immi­grants)
• Jocelyne Lamoureux (pro­fes­seure au dépar­te­ment de socio­lo­gie, UQAM)
• Jean Panet-Raymond (mili­tant et socio­logue)
• Suzanne-G. Chartrand (membre des NCS)

Par
Lire la suite...
UNIVERSITÉ POPULAIRE DES NCS – 2016
L’impérialisme et le colonialisme made in Canada
FSM 2016: Espace Émancipation

Jeudi 11 août 2016 à 9 h, à l’UQAM, DS-3375

Idle No MoreMilitaire Impérialisme

Cette ses­sion va décryp­ter les formes par­ti­cu­lières adop­tées par l’État cana­dien pour colo­ni­ser le ter­ri­toire et se posi­tion­ner comme maillon du dis­po­si­tif impé­ria­liste sous le com­man­de­ment amé­ri­cain. Parallèlement, l’atelier va ana­ly­ser les formes par­ti­cu­lières et les stra­té­gies déployées par le capi­ta­lisme glo­ba­lisé contem­po­rain. En quoi les pra­tiques colo­niales cana­diennes et impé­ria­listes se dis­tinguent-elles ? Où en est le Canada comme allié-subal­terne de l’Empire ?

Par
Lire la suite...
UNIVERSITÉ POPULAIRE DES NCS – 2016
Lutter contre les structures de la suprématie blanche
FSM 2016: Espace Émancipation

Mercredi 10 août 2016 à 13 h, à l’UQAM, DS-4375

Black Lives MatterAujourd’hui, les ins­ti­tu­tions de la supré­ma­tie blanche fon­dées sur le mythe d’une hié­rar­chie raciale ima­gi­naire sont confron­tées par les peuples afri­cains et afro­des­cen­dants. Les luttes conti­nuent contre l’esclavage, le tra­vail forcé, l’exploitation raciale, la colo­ni­sa­tion et la domi­na­tion des cor­po­ra­tions trans­na­tio­nales et du capi­tal finan­cier (la « glo­ba­li­sa­tion »). Parallèlement, on résiste contre le pro­fi­lage racial qui s’inscrit dans des lois et des pra­tiques hos­tiles aux immi­grantes et aux immi­grants, notam­ment contre les popu­la­tions afro­des­cen­dantes. Depuis l’an passé, la Décennie des peuples afro­des­cen­dants (décré­tée par l’ONU, elle se ter­mine en 2024) est une occa­sion pour se mobi­li­ser contre les struc­tures locales, natio­nales et inter­na­tio­nales d’un racisme per­ma­nent qui déshu­ma­nise les peuples. Il faut reven­di­quer un vaste pro­ces­sus de « répa­ra­tion », mais aussi, déco­lo­ni­ser le pou­voir et la connais­sance.

Par
Lire la suite...
UNIVERSITÉ POPULAIRE DES NCS – 2016
L’hypothèse communiste
FSM 2016: Espace Émancipation

Mercredi 10 août 2016 à 13 h, à l’UQAM, SH-3220

La théo­rie comme boîte à outils, cela veut dire qu’il s’agit de construire non un sys­tème, mais un ins­tru­ment, une logique propre aux rap­ports de pou­voir et aux luttes qui s’engagent autour d’eux.
Michel Foucault*

Pour nous, le com­mu­nisme n’est pas un état de choses qu’il convient d’établir, un idéal auquel la réa­lité devra se confor­mer. Nous appe­lons com­mu­nisme le mou­ve­ment réel qui abolit l’état actuel des choses. Les condi­tions de ce mou­ve­ment résultent des don­nées préa­lables telles qu’elles existent actuel­le­ment.

Karl Marx**

Depuis long­temps, nos ancêtres luttent pour le « bien commun », un patri­moine, un envi­ron­ne­ment et des droits appar­te­nant à tous et à toutes. Cette lutte, défi­nie plus tard de « com­mu­niste » par les mou­ve­ments popu­laires, a permis d’imaginer un monde où domi­ne­raient la coopé­ra­tion et la soli­da­rité. Aujourd’hui, alors que le mot de « com­mu­nisme » évoque davan­tage des régimes tota­li­taires, qu’en est-il de cette lutte pour le commun ? Au-delà du capi­ta­lisme, quels sont les contours d’une société post-capi­ta­liste qui répon­draient aux luttes d’émancipation ?

Intervenant-e-s

Jodi DeanJodi Dean pro­fes­seure aux Collèges Hobart et William Smith (É.-U.), auteure de The Communist Horizon (2012) et Crowds and the Party (2016). Elle a fait des études sur l’Union sovié­tique avant de diri­ger ses tra­vaux sur la phi­lo­so­phie poli­tique, la psy­cha­na­lyse et l’action contes­ta­taire. Pour elle, le com­mu­nisme exprime un « désir col­lec­tif pour la com­mu­nauté ». Aux États-Unis, estime-t-elle, la gauche regroupe des par­ti­sans d’un « hori­zon » post-capi­ta­liste tout en aidant les mou­ve­ments de masse à éla­bo­rer des stra­té­gies.

Simon Tremblay-PepinSimon Tremblay-Pepin pro­fes­seur en études poli­tiques à l’Université Saint-Paul d’Ottawa, Simon est éga­le­ment cher­cheur à l’Institut de recherche et d’informations socio-éco­no­miques. Il a éga­le­ment agi à titre de conseiller aux com­mu­ni­ca­tions pour Québec soli­daire. Sa thèse de doc­to­rat (non publiée) se veut une « Contribution à une éco­no­mie poli­tique de l’émancipation ».

Par
Lire la suite...
UNIVERSITÉ POPULAIRE DES NCS – 2016
Le moment républicain
FSM 2016: Espace Émancipation

Mercredi 10 août 2016 à 13 h, à l’UQAM, DS-3375

Celui qui ne sait pas d’où il vient ne peut savoir où il va.
Antonio Gramsci

Rébellion 37-38Outre ses figures légen­daires, tels Louis-Joseph Papineau et Robert Nelson, le mou­ve­ment patriote a été un mou­ve­ment popu­laire dont l’originalité ren­voie à une coa­li­tion inédite de pay­sans, d’urbains et de membres éclai­rés de l’élite, tous portés par l’idéal répu­bli­cain. Outre la sépa­ra­tion de l’Église et de l’État, la décla­ra­tion d’indépendance de 1838 affir­mait « les droits égaux pour les Blancs et les autoch­tones, l’abolition du régime sei­gneu­rial, la liberté de presse et l’égalité des langues fran­çaise et anglaise ». Comment en expli­quer l’échec ? Comment le moment répu­bli­cain allait-il trans­fi­gu­rer notre rap­port au poli­tique et, par­tant, poser les jalons d’une iden­tité natio­nale ?

Les intervenant-e-s

• Gilles Laporte (his­to­rien et pro­fes­seur au cégep du Vieux-Montréal)
• Claire Portelance (his­to­rienne et pro­fes­seure au cégep Lionel-Groulx)
• Jean-Claude Germain (auteur et conteur)
• Danic Parenteau (Collège mili­taire royal de Saint-Jean
• Julien Vadeboncoeur (Collège Kiuna)

Par
Lire la suite...
UNIVERSITÉ POPULAIRE DES NCS – 2016
Après Bernie : Débats et perspectives de la gauche américaine
FSM 2016: Espace Émancipation

Mercredi 10 août 2016 à 9 h, à l’UQAM, DS-4375

La cam­pagne de Bernard Sanders a été une bouf­fée d’air frais dans un pay­sage poli­tique dis­lo­qué par l’incapacité de l’administration Obama de sortir des sen­tiers battus depuis huit ans, tant par rap­port aux enjeux sociaux internes que par rap­port à la poli­tique exté­rieure. La montée du popu­lisme de droite, aux accents fas­cistes et racistes, semble capter l’attention d’une partie impor­tante des couches popu­laires et moyennes. Quelles sont les options pour les pro­gres­sistes amé­ri­cains, non seule­ment en vue de l’élection pré­si­den­tielle d’octobre pro­chain, mais à moyen et long terme ? Est-ce qu’une conver­gence pro­gres­siste est pos­sible ?

Les intervenant-e-s

Bhaskar Sunkara

Bhaskar Sunkara (édi­teur du maga­zine Jacobin)

Immanuel Wallerstein

Immanuel Wallerstein (Université Yale)

Rose M Brewer

Rose M. Brewer (Université du Minnesota)

Donald Cuccioletta

Donald Cuccioletta (NCS)

Par
Lire la suite...
UNIVERSITÉ POPULAIRE DES NCS – 2016
Les mouvements populaires au cœur de la transformation
FSM 2016: Espace Émancipation

Mercredi 10 août 2016 à 9 h, à l’UQAM au R-M120

Aujourd’hui, les mou­ve­ments popu­laires sont inter­pel­lés par plu­sieurs ques­tions. Comment penser concrè­te­ment la société que nous vou­lons, au-delà des luttes défen­sives que nous menons ? Comment bâtir un rap­port de forces avec le dis­po­si­tif du pou­voir ? Quelles alliances pour­raient construire un réel contre-pou­voir ? Comment arti­cu­ler réflexion stra­té­gique et action radi­cale ? Comment tri­co­ter tout cela dans un projet d’égaliberté à la hau­teur des attentes et des besoins popu­laires ? Les orga­ni­sa­tions qui luttent pour la jus­tice sociale et éco­lo­gique sont plus que jamais les piliers d’une société civile résis­tante. Elles se retrouvent au coeur des pro­ces­sus sociaux et poli­tiques et essaient de construire des alter­na­tives en uti­li­sant de nou­velles métho­do­lo­gies. On construit des réseaux décen­tra­li­sés. On apprend à pro­duire de nou­velles connais­sances dans la jonc­tion entre la théo­rie et la pra­tique. On forme de nou­velles et de nou­veaux intel­lec­tuels œuvrant dans les luttes popu­laires. On s’efforce de tracer de nou­veaux che­mins pour la conver­gence en uti­li­sant des outils aptes à saisir l’intersectionnalité des luttes. On résiste aux assauts venant de l’État et du 1 % qui cherchent à briser l’autonomie des orga­ni­sa­tions popu­laires, à les trans­for­mer en relais du régime ou en sous-trai­tants de la ges­tion de la pau­vreté.

Par
Lire la suite...