Michel-husson

LE NÉOLIBÉRALISME TRIOMPHANT
Vingt ans d’État antisocial

Avec la période de la fin des années 1980, le capi­tal va prendre sa revanche avec une bru­ta­lité insoup­çon­née. Les bou­le­ver­se­ments en chaîne dans tout le bloc sovié­tique en Europe de l’Est ouvrent la voie à la mon­dia­li­sa­tion libé­rale. Le triom­pha­lisme libé­ral s’affirmant, il assi­mile déjà la libé­ra­li­sa­tion abso­lue de l’économie à la ren­ta­bi­lité maxi­male des entre­prises. La réfé­rence au risque devient omni­pré­sente, les socié­tés contem­po­raines mutent vers des « socié­tés du risque », « parce que les régu­la­tions col­lec­tives font de plus en plus défaut pour maî­tri­ser tous les aléas de l’existence », écrit Robert Castel (1).

Lire la suite...
La crise commence
mercredi 2 septembre 2009
Gauche / Mouvements sociaux

C’était pré­vi­sible : le moindre fré­mis­se­ment de la conjonc­ture allait être inter­prété comme le signal du début de la fin de la crise. Un tri­mestre de crois­sance non néga­tive a suffi pour que les tra­ders et les bonus repartent comme en qua­rante. On cherche à se ras­su­rer comme on peut. Ainsi, l’institut patro­nal Rexecode sou­ligne que «  l’ajustement à la baisse des effec­tifs dans la phase réces­sive actuelle a été plus faible que celui qui avait été observé dans des pré­cé­dentes phases réces­sives ».

Lire la suite...
Le dogmatisme n’est pas un marxisme
jeudi 27 août 2009
Philo / Socio / Politique

L’un des enjeux de la crise actuelle est la refon­da­tion d’un anti­ca­pi­ta­lisme moderne, d’un double point de vue, théo­rique et poli­tique. Il s’agit de mon­trer que cette crise touche aux fon­de­ments mêmes du capi­ta­lisme, qu’il est dans une impasse dont on ne peut sortir que par une remise en cause des rap­ports sociaux essen­tiels de ce sys­tème. C’est une tâche urgente et prio­ri­taire dans la conjonc­ture actuelle : avec la crise, une course de vitesse est ouverte entre la bar­ba­rie et la trans­for­ma­tion sociale et cette alter­na­tive est d’autant plus cen­trale que la crise éco­lo­gique sur­plombe l’ensemble.

Lire la suite...
La crise commence
vendredi 21 août 2009
Gauche / Mouvements sociaux

C’était pré­vi­sible : le moindre fré­mis­se­ment de la conjonc­ture allait être inter­prété comme le signal du début de la fin de la crise. Un tri­mestre de crois­sance non néga­tive a suffi pour que les tra­ders et les bonus repartent comme en qua­rante. On cherche à se ras­su­rer comme on peut. Ainsi, l’institut patro­nal Rexecode sou­ligne que « l’ajustement à la baisse des effec­tifs dans la phase réces­sive actuelle a été plus faible que celui qui avait été observé dans des pré­cé­dentes phases réces­sives ».

Lire la suite...