Marie-claude-goulet

La santé malade du capitalisme
La santé malade du capitalisme
Introduction au dossier
samedi 9 mai 2020
No 12 - Automne 2014

Bien qu’au Québec et au Canada le domaine des soins de santé soit, depuis plus de 40 ans, majo­ri­tai­re­ment dans le giron public, l’influence du capi­ta­lisme sur la santé se fait sentir de plu­sieurs manières. On la retrouve bien sûr dans la forme par­ti­cu­lière qu’ont prise les pra­tiques médi­cales et l’organisation du sys­tème de soins à tra­vers les époques, et elle pénètre éga­le­ment, jusque dans ses replis les plus intimes, le rap­port plus géné­ral que nous entre­te­nons, en tant qu’individus, mais aussi en tant que société, à la santé. Ce sont ces rap­ports contra­dic­toires et com­plexes entre santé et capi­ta­lisme que le pré­sent numéro des Nouveaux Cahiers du socia­lisme pro­pose d’explorer.

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
L’intelligence artificielle : entre promesses et périls
Axe 2 – La révolution numérique et les enjeux pour les 99 %
jeudi 26 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

Montréal est deve­nue une des plaques tour­nantes de la recherche et du déve­lop­pe­ment en intel­li­gence arti­fi­cielle (IA). Selon Yoshua Bengio, direc­teur de l’Institut des algo­rithmes d’apprentissage de Montréal (MILA), nous sommes « à l’aube d’une nou­velle révo­lu­tion indus­trielle ». Les deux paliers de gou­ver­ne­ment ont ouvert les vannes avec des sub­ven­tions impor­tantes pour l’avancée des connais­sances dans ce domaine. De grandes mul­ti­na­tio­nales (Google, Microsoft, Facebook et Amazon) offrent des mil­lions aux ins­ti­tuts tra­vaillant au déve­lop­pe­ment de l’intelligence arti­fi­cielle. La pro­messe d’une meilleure vie où les machines aide­raient les humains semble pro­vo­quer un inté­rêt géné­ra­lisé. Comment poser un autre regard sur ce « pro­grès » annoncé ?

Lire la suite...
Article paru dans le no 12 des NCS, La santé malade du capitalisme, Automne 2014
Système de santé : bien commun ou marchandise ?
Quand la gouvernance entrepreneuriale remplace la gestion publique
jeudi 20 novembre 2014
Gauche / Mouvements sociaux

Nous vivons actuel­le­ment le rêve éveillé de la gou­ver­nance par les nombres, qui nous dis­pen­se­rait de la com­pré­hen­sion et de la confron­ta­tion des expé­riences, nous épar­gne­rait ainsi de la peine de juger et donc de penser. Ce rêve ne peut tour­ner qu’au cau­che­mar. Prétendre « éva­luer » la qua­lité d’un tra­vail au moyen d’indicateurs de per­for­mance décon­nec­tés de l’expérience sin­gu­lière de ce tra­vail est à la fois des­truc­teur, illu­soire et patho­gène. Postuler la jus­tice de la dis­tri­bu­tion des reve­nus qui résulte de l’« ordre spon­tané du marché » conduit à creu­ser des inéga­li­tés aussi ver­ti­gi­neuses qu’injustifiables[2].

Lire la suite...
Nouveaux Cahiers du socialisme
La santé malade du capitalisme
Numéro 12, Automne 2014
vendredi 29 août 2014
Gauche / Mouvements sociaux
COUV-NCS12-C1 Catalogue Sodep

La santé malade de capi­ta­lisme

Bien qu’au Québec et au Canada le domaine des soins de santé soit, depuis plus de 40 ans, majo­ri­tai­re­ment dans le giron public, l’influence du capi­ta­lisme sur la santé se fait sentir de plu­sieurs manières.

On la retrouve bien sûr dans la forme par­ti­cu­lière qu’ont prise les pra­tiques médi­cales et l’organisation du sys­tème de soins à tra­vers les époques, et elle pénètre éga­le­ment, jusque dans ses replis les plus intimes, le rap­port plus géné­ral que nous entre­te­nons, en tant qu’individus, mais aussi en tant que société, à la santé.

Ce sont ces rap­ports contra­dic­toires et com­plexes entre santé et capi­ta­lisme que le pré­sent numéro des Nouveaux Cahiers du socia­lisme pro­pose d’explorer.

Lire la suite...