Irene-pereira

Revue de littérature
Après le capitalisme, le bien vivre
Adieux au capitalisme: Autonomie,société du bien vivre et multiplicité des mondes
lundi 24 mars 2014
Gauche / Mouvements sociaux

Résumé : Jérôme Bachet s’attaque à deux fétiches : l’Etat et le capi­ta­lisme. Il pro­pose des pistes pour passer d’une société de la quan­ti­fi­ca­tion mar­chande, à des socié­tés du bien-vivre.

Avec Adieux au capi­ta­lisme1, l’historien Jérôme Bachet, déjà auteur d’un des livres de réfé­rence sur le mou­ve­ment du Chiapas, La Rebellion zapa­tiste2, se donne pour ambi­tion, non seule­ment de penser une cri­tique du capi­ta­lisme, mais éga­le­ment comme le titre l’indique, sa fin. Il ne s’agit pas en effet de se conten­ter d’aménager ce sys­tème – posi­tion qu’il dénonce sous le terme de capi­tu­lisme -, mais de penser au-delà de cette hégé­mo­nie éco­no­mique, un « bien- vivre ».

Lire la suite...
« Partir des rapports sociaux de production capitalistes pour penser la pluralité apparente des rapports sociaux »

L’ouvrage d’Alain Bihr, Les rap­ports sociaux de classes,confor­mé­ment aux objec­tifs de la col­lec­tion Empreinte des édi­tions Page 2, entend consti­tuer une intro­duc­tion syn­thé­tique à l’analyse des rap­ports sociaux de classes. L’auteur adopte une approche mar­xiste actua­li­sée.

L’introduction de l’ouvrage part d’un constat : l’existence de socié­tés contem­po­raines qui se pré­sentent comme « seg­men­tées, hié­rar­chi­sées et conflic­tuelles » (p.5). Ce qui conduit l’auteur à s’interroger sur la nature d’un tel état de fait. Il dis­tingue alors trois pistes de solu­tion pos­sibles à cette ques­tion. Ces trois orien­ta­tions pos­sèdent des enjeux à la fois socio­lo­giques et poli­tiques : l’analyse maté­ria­liste mar­xiste, l’approche plu­ra­liste – classes éco­no­miques, groupes de statut et partis poli­tiques – webe­rienne et enfin l’analyse indi­vi­dua­liste qui tend en défi­ni­tive à dis­soudre les classes sociales. L’auteur jus­ti­fie ensuite le posi­tion­ne­ment mar­xiste qui est le sien dans la suite de l’ouvrage. Trois élé­ments consti­tuent pour lui l’apport incon­tour­nable de Marx : a) le fait de consi­dé­rer les classes sociales comme consti­tuées à partir des rap­ports sociaux b) la base métho­do­lo­gique maté­ria­liste c) l’appréhension des classes sociales selon une triple dimen­sion d’exploitation, de domi­na­tion et d’aliénation.

Lire la suite...