Frapru

Le FRAPRU reprend la route pour le logement social

Dans un contexte alar­mant où de nom­breuses incer­ti­tudes planent sur le finan­ce­ment de nou­veaux loge­ments sociaux et sur la pro­tec­tion de ceux qui existent déjà, le FRAPRU repren­dra la route pour le loge­ment social à l’automne, lors de la Journée Mondiale de l’Habitat. Une cara­vane de plu­sieurs dizaines de loca­taires, beau­coup plus ambi­tieuse que celle orga­ni­sée en février der­nier, pren­dra la route du 3 au 9 octobre pro­chain pour inter­pel­ler les gou­ver­ne­ments fédé­ral et pro­vin­cial, en démon­trant toute l’ampleur et la diver­sité des pro­blèmes de loge­ment.

Par
Lire la suite...
Élections fédérales
Le FRAPRU installe des tentes rouges devant des centres de recrutement de l’armée canadienne

Le mardi 19 avril, 75 per­sonnes ont par­ti­cipé à une mani­fes­ta­tion du FRAPRU au centre-ville de Montréal. Elles ont ins­tallé des tentes rouges, sym­bole de l’urgence des pro­blèmes de loge­ment et d’itinérance, devant un centre de recru­te­ment des Forces armées cana­diennes. Une quin­zaine de per­sonnes ont posé le même geste à Rimouski.

Le FRAPRU veut accen­tuer la pres­sion sur les partis poli­tiques, et en par­ti­cu­lier sur le Parti conser­va­teur de Stephen Harper qui n’a encore pris aucun enga­ge­ment en matière de loge­ment social, pour qu’ils s’engagent à chan­ger radi­ca­le­ment de cap, en rédui­sant les dépenses mili­taires et en accrois­sant l’aide fédé­rale aux mal-logés et aux sans-abri du Canada.

Par
Lire la suite...
Christian Paradis et Lawrence Cannon ciblés par des actions du FRAPRU
Des milliards $ pour le logement, pas pour l’armement

Thetford Mines et Gatineau, le 13 avril 2011 – « Des mil­liards $ pour le loge­ment, pas pour l’armement ». C’est ce mes­sage que plu­sieurs dizaines de membres du Front d’action popu­laire en réamé­na­ge­ment urbain (FRAPRU), pro­ve­nant de Sherbrooke, font entendre depuis 10h15, en occu­pant les bureaux de cam­pagne du ministre Christian Paradis, lieu­te­nant qué­bé­cois de Stephen Harper, à Thetford Mines. Plus d’une cen­taine d’autres membres du FRAPRU mani­festent au même moment devant les bureaux élec­to­raux du can­di­dat vedette du Parti conser­va­teur, Lawrence Cannon, dans le sec­teur Buckingham, à Gatineau.

Par
Lire la suite...
Le FRAPRU qualifie de « bien minces » les engagements du Parti libéral du Canada

Même s’il est sou­lagé que le Parti libé­ral de Michael Ignatieff soit devenu le pre­mier parti fédé­ral à faire connaître ses enga­ge­ments en matière de loge­ment, le FRAPRU consi­dère ceux-ci comme beau­coup trop minces, compte tenu de l’ampleur des pro­blèmes de loge­ment et d’itinérance.

Tout en pro­met­tant un nou­veau cadre de finan­ce­ment à long terme du loge­ment abor­dable, éla­boré en col­la­bo­ra­tion avec les autres ordres de gou­ver­ne­ment, le seul enga­ge­ment concret du Parti libé­ral est l’investissement de 275 mil­lions $ par année pen­dant deux ans. Selon le FRAPRU, la part que le Québec rece­vrait de cette somme lui per­met­trait tout juste de sub­ven­tion­ner 900 loge­ments par année dans le cadre de son pro­gramme AccèsLogis, ce qui est beau­coup trop peu, compte tenu que 261 000 ménages y ont des besoins pres­sants de loge­ment, selon les chiffres mêmes du gou­ver­ne­ment fédé­ral. La seule région métro­po­li­taine de Montréal compte à elle seule 156 000 ménages loca­taires en dif­fi­culté.

Par
Lire la suite...
Plus un sou du gouvernement fédéral pour de nouveaux logements sociaux

C’est aujourd’hui, le 31 mars, que prennent fin tous les inves­tis­se­ments du gou­ver­ne­ment fédé­ral pour la construc­tion de nou­veaux loge­ments sociaux. Selon le Front d’action popu­laire en réamé­na­ge­ment urbain (FRAPRU), la contri­bu­tion fédé­rale se retrouve à zéro, avec la fin simul­ta­née du Plan d’action éco­no­mique du Canada lancé en 2009 et de l’Initiative en matière de loge­ment abor­dable (ILA) en place depuis 2002. Le Québec se retrouve privé de 85,6 mil­lions $ par année. Ces sommes étaient uti­li­sées dans le pro­gramme qué­bé­cois AccèsLogis où elles repré­sen­taient l’équivalent des sub­ven­tions pour 1223 loge­ments sociaux par an.

Par
Lire la suite...