Esther-vivas

La dignité indispensable
dimanche 30 mars 2014
Gauche / Mouvements sociaux

La rage, le ras-le-bol, l’indignation, mais, aussi, la soli­da­rité, le sou­tien mutuel et la dignité sont le com­bus­tible des « Marches de la Dignité » qui, depuis la fin mars et le début de février, par­courent tout l’État espa­gnol pour arri­ver à Madrid. Face à la spo­lia­tion de nos droits et à la sou­mis­sion poli­tique aux dik­tats de la « sainte » Troïka, les Marches exigent des emplois et des loge­ments dignes, l’arrêt des coupes et qu’on cesse payer une dette illé­gi­time. Il y a bien assez de motifs pour mar­cher.

Lire la suite...
Quand l’économie et le capitalisme se peignent en vert

Le vert fait vendre. De la « révo­lu­tion verte » en pas­sant par la « tech­no­lo­gie verte » et jusqu’à la « crois­sance verte », il s’agit tou­jours de nous faire sortir de la crise. Dernière trou­vaille en date ; l’« éco­no­mie verte ». Une éco­no­mie qui, contrai­re­ment à ce que son nom indique, n’a rien de « vert », mis à part la cou­leur des dol­lars qu’espèrent gagner ceux là même qui en font la pro­mo­tion.

Il faut dire que la nou­velle offen­sive du capi­ta­lisme global, visant à pri­va­ti­ser et à trans­for­mer mas­si­ve­ment en mar­chan­dises les biens com­muns, trouve dans l’économie verte sa plus haute expres­sion. Dans un contexte de crise éco­no­mique comme celle d’aujourd’hui, il s’agit pré­ci­sé­ment d’une des stra­té­gies du capi­tal pour récu­pé­rer des taux de pro­fits élevés, en pri­va­ti­sant les éco­sys­tèmes et en trans­for­mant le « vivant » en mar­chan­dise.

Lire la suite...
Le mouvement « d’indignation » collective dans l’Etat espagnol

Intempestif et ines­péré. Voilà com­ment on peut carac­té­ri­ser l’émergence de ce mou­ve­ment d’indignation col­lec­tive dans l’Etat espa­gnol. Si on nous avait dit, le 14 mai 2011, que le len­de­main des mil­liers de per­sonnes sor­ti­raient dans les rues, que dans les semaines sui­vantes les places seraient occu­pées, que des assem­blées s’y tien­draient et que le pou­voir serait défié par des actes de déso­béis­sance civile mas­sifs, nous ne l’aurions pas cru. Mais les choses se sont bel et bien pas­sées ainsi. Deux ans et demi après l’éclatement de la « grande crise », les gens ont alors dit « Ya basta ! », « Ca suffit ! ».

Lire la suite...
Vers un « Printemps Américain » ?
Interview de Nelini Stamp - Occupy Wall Street.

Esther Vivas : Comment le mou­ve­ment est-il né ?

Nelini Stamp : Nous avons été ins­pi­rés par le prin­temps arabe, les occu­pa­tions dans le Wisconsin et d’autres mou­ve­ments, comme le mou­ve­ment du 15 Mai espa­gnol. Le maga­zine de la fon­da­tion cana­dienne Adbuster a lancé cette idée d’occuper Wall Street, parce que ça avait déjà été fait pen­dant le mou­ve­ment « No shop » pour le « black Friday » mais ils ne l’avaient jamais vrai­ment orga­nisé.

Lire la suite...
Les supermarchés et la crise alimentaire mondiale
samedi 28 novembre 2009
Gauche / Mouvements sociaux

La crise ali­men­taire a laissé sans nour­ri­ture des mil­lions de per­sonnes dans le monde. Au chiffre de 850 mil­lions de per­sonnes souf­frant de la faim, la Banque mon­diale en a ajouté 100 de plus suite à la crise actuelle. Ce « tsu­nami » de la famine n’a rien de natu­rel, il est au contraire le résul­tat des poli­tiques néo­li­bé­rales impo­sées depuis des décen­nies par les ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales. Aujourd’hui, le pro­blème n’est pas le manque d’aliments en quan­ti­tés suf­fi­santes mais bien l’impossibilité d’y avoir accès, du fait des prix élevés.

Lire la suite...