Ecosociete

Lancement – Lundi 12 septembre, 17h30
Le Québec en quête de laïcité
Sous la direction de Normand Baillargeon et de Jean-Marc Piotte

Qu’il s’agisse des accom­mo­de­ments rai­son­na­bles, de l’enseignement de la culture reli­gieuse à l’école, de la place de la reli­gion dans l’espace public, l’actualité qué­bé­coise ne cesse, depuis quel­ques années, de faire surgir des ques­tion­ne­ments et des débats pas­sion­nés. Les auteurs croient que ce sont autant d’indices d’une indé­ci­sion col­lec­tive et poli­ti­que rela­ti­ve­ment au modèle de laï­cité à pri­vi­lé­gier. Cette publi­ca­tion ambi­tionne de contri­buer à cette prise de déci­sion col­lec­tive.

Lire la suite...
Écosociété et les auteurs de « Noir Canada » demandent à la cour de rejeter la poursuite de Barrick Gold

Montréal, le 28 juin 2011 Les 29 et 30 juin pro­chain, les pro­cu­reurs des Éditions Écosociété et des auteurs de Noir Canada (Alain Deneault, Delphine Abadie et William Sacher) plai­de­ront le rejet de la pour­suite de Barrick Gold en vertu des dis­po­si­tions au Code de pro­cé­dure civile visant à pré­ve­nir l’utilisation abu­sive des tri­bu­naux et favo­ri­ser le res­pect de la liberté d’expression et la par­ti­ci­pa­tion des citoyens aux débats publics (loi 9).

Lire la suite...
Invitation
Décroissance versus développement durable
Lancement

Décroissance versus développement durable

Décroissance versus déve­lop­pe­ment dura­ble

Invitation

Les Éditions Écosociété sont heu­reu­ses de vous invi­ter au lan­ce­ment de l’ouvrage col­lec­tif dirigé par Yves-MarieAbraham, Louis Marion et Hervé Philippe :

Décroissance versus développement durable
Débats pour la suite du monde

Lire la suite...
Écosociété condamne la poursuite de Pétrolia
vendredi 28 janvier 2011
Communiqués / Événements

Montréal, 27 jan­vier 2011 – Les Éditions Écosociété condam­nent la pour­suite en dif­fa­ma­tion de 350 000$ dépo­sée par la société d’exploration pétro­lière et gazière Pétrolia contre Le Soleil et le porte-parole de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, Ugo Lapointe. Rappelons que cette coa­li­tion tra­vaille à infor­mer le public, de manière cri­ti­que, sur les pra­ti­ques du sec­teur minier qui appa­rais­sent pré­ju­di­cia­bles à l’environnement et aux com­mu­nau­tés du Québec. La coa­li­tion milite éga­le­ment pour une réforme en pro­fon­deur de la Loi sur les mines du Québec.

Lire la suite...
Écosociété demande au tribunal de rejeter la poursuite de Barrick
jeudi 6 janvier 2011
Communiqués / Événements

Le 8 décem­bre der­nier, les Éditions Écosociété et les auteurs de Noir Canada annon­çaient le dépôt d’une requête sur la base des nou­vel­les dis­po­si­tions au Code de pro­cé­dure civile adop­tées l’an der­nier pour mettre un frein aux pour­sui­tes-bâillons (loi 9). Après plu­sieurs mois consa­crés à la pré­pa­ra­tion de leur dos­sier, ils ont demandé à la Cour Supérieure du Québec de décla­rer abu­sive la pour­suite en dif­fa­ma­tion de Barrick Gold et d’ordonner son rejet. La requête devrait être enten­due dans les pro­chains mois.

Entourés et sou­te­nus par plu­sieurs dizai­nes de grou­pes (voir la liste com­plète ), ils ont réaf­firmé devant le Palais de jus­tice de Montréal l’importance de pro­té­ger la liberté d’expression et l’exercice du débat public.

Lire la suite...
ÉCOSOCIÉTÉ ET LES AUTEURS DE NOIR CANADA
AU TRIBUNAL DE REJETER LA POURSUITE DE BARRICK GOLD

Montréal, le 8 décembre 2010 Les Éditions Écosociété et les auteurs de Noir Canada, Alain Deneault, Delphine Abadie et William Sacher, déposent aujourdhui une requête sur la base des nouvelles dispositions au Code de procédure civile adoptées lan dernier pour mettre un frein aux poursuites-bâillons (loi 9). Après plusieurs mois consacrés à la préparation de leur dossier, ils demandent à la Cour Supérieure du Québec de déclarer abusive la poursuite en diffamation de Barrick Gold et dordonner son rejet.

Pour la publication dun livre, qui fait une analyse critique de données publiques et sérieuses sur les conséquences de la présence canadienne en Afrique, la multinationale leur réclame cinq millions à titre de dommages moraux et compensatoires et un million à titre de dommages punitifs. En matière de diffamation, les tribunaux québécois ont pourtant établi un plafond de lordre de 25 000$ en ce qui a trait à loctroi de dommages moraux à une société.

Lire la suite...