David-mandel

Comprendre la guerre civile en Ukraine – 14 août 2014
jeudi 28 août 2014
Gauche / Mouvements sociaux

Le conflit en Ukraine, comme la plu­part des phé­no­mènes poli­tiques, est mul­ti­di­men­sion­nel et com­plexe. En tant que tel, il appelle une approche holis­tique-dia­lec­tique, si vous le sou­hai­tez. Mais à en juger par les porte-paroles du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain et de l’OTAN et des médias occi­den­taux, il n’y a qu’un seul fac­teur vrai­ment déter­mi­nant qui explique tout : l’impérialisme russe, la volonté de Poutine de domi­ner et démem­brer le reste de l’Ukraine, comme élé­ment de son plan géné­ral pour res­tau­rer l’empire sovié­tique. Selon cette vision sim­pliste, l’Ukraine, avec l’appui bien­veillant de l’Occident, serait tout à fait capable de faire face à ses pro­blèmes et serait bien­tôt en voie de deve­nir un pays pros­père et une démo­cra­tie du type occi­den­tal.

Lire la suite...
L’Ukraine entre « soulèvement démocratique » (version du gouvernement canadien) et « putsch fasciste » (version russe)
vendredi 28 mars 2014
Gauche / Mouvements sociaux

Qui connaît la scène poli­tique en Ukraine sait qu’il y a une cir­cu­la­tion conti­nue de per­son­na­li­tés poli­tiques entre gou­ver­ne­ment et oppo­si­tion : les oppo­sants de Maidan ont jadis fait partie de l’équipe dont ils contestent le pou­voir aujourd’hui.

Commençons par la ver­sion occi­den­tale : « sou­lè­ve­ment popu­laire pour la démo­cra­tie »

L’élection de Yanukovtich en 2010 a été recon­nue comme conforme aux normes démo­cra­tiques par l’Union euro­péenne ainsi que par la can­di­date défaite, Yulya Timochenko. En fait, des élec­tions rela­ti­ve­ment hon­nêtes étaient à peu près la seule consé­quence posi­tive pour le peuple de la der­nière grande mobi­li­sa­tion sur la place Maidan, la dite « Révolution orange » de décembre 2004. De nou­velles élec­tions pré­si­den­tielles étaient pré­vues pour mars 2015 ; et les son­dages pré­di­saient une défaite pour Yanukovitch. Le régime lui-même, malgré sa cor­rup­tion, tolé­rait assez bien les liber­tés poli­tiques. Entres autres, une grande partie des médias de masse sont dans les mains de l’opposition.

Lire la suite...