Catherine-samary

Pour une mondialisation socialiste
La nou­velle phase de glo­ba­li­sa­tion capi­ta­liste s’opère sur la base d’une crise pro­fonde du projet socia­liste de trois points de vue fon­da­men­taux :
  1. Derrière le dis­cré­dit du « mot » s’opère une offen­sive capi­ta­liste très bar­bare dans les pays dits socia­listes ;
  2. De mul­tiples inter­ro­ga­tions voire des doutes se sont répan­dus sur le « sujet » (social et poli­tique) de la révo­lu­tion socia­liste ;
  3. la bour­geoi­sie et ses orga­ni­sa­tions mon­diales détiennent au contraire une capa­cité sans pré­cé­dent d’intervention pour impo­ser leur choix de société.

Pourtant, de ces trois ensembles de fai­blesses, la lutte pour le socia­lisme peut tirer des atouts pour un projet de mon­dia­li­sa­tion socia­liste bien plus radi­ca­le­ment éman­ci­pa­teur que par le passé.

Lire la suite...