Bernard-rioux

Démocratie, entre dérives et recomposition
Comment dépasser la crise de la forme « parti » et démocratiser la politique
Enjeux contemporains
vendredi 27 décembre 2019
No. 17 - Hiver 2017

Un hori­zon poli­tique en appa­rence bouché

Les partis des élites connaissent actuel­le­ment un déclin pro­fond par­semé de crises à répé­ti­tions, pour­tant, ils tiennent le fort. C’est entre autres obser­vable aux États-Unis. Les partis domi­nants, démo­crate comme répu­bli­cain, appa­raissent comme des appa­reils au ser­vice de l’enrichissement de la classe domi­nante, minés par la cor­rup­tion et res­pon­sables de la dété­rio­ra­tion des condi­tions d’existence de la popu­la­tion. Ils n’ont aucune volonté de répondre aux besoins de cette der­nière et n’ont qu’un rap­port ins­tru­men­tal aux aspi­ra­tions de la majo­rité popu­laire. Ils uti­lisent leur contrôle sur les médias de masse pour occu­per la tota­lité des espaces de dis­cus­sion. La désaf­fec­ta­tion envers ces partis, y com­pris lors des exer­cices élec­to­raux, est immense et, malgré tout, ils s’imposent tou­jours.

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
Le nouveau projet républicain Avec Ronald Cameron, Nora Loreto, Emiliano Arpin-Simonetti, Jean-Marie Van der Maren, Niki Ashton et André Frappier
Axe 1 - Le Canada, d’hier à aujourd’hui : capitalisme, patriarcat et colonialisme
dimanche 22 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

Des dyna­miques dis­tinctes

La gauche sociale du « Reste du Canada » (ROC) est faible, frag­men­tée sur une base pro­vin­ciale et concen­trée dans les prin­ci­pales villes. Elle n’a pas de pers­pec­tive glo­ba­li­sante. Pour cette gauche, la défense du droit à l’autodétermination se mani­feste par un appui réservé aux Premières Nations, et son sup­port à l’autodétermination du Québec reste mar­gi­nal. Ce blo­cage repose sur le refus de tenir une réflexion et de prendre posi­tion sur la réa­lité du fédé­ra­lisme cana­dien. La dis­per­sion et la frag­men­ta­tion des luttes sociales et de cette gauche consti­tuent la base maté­rielle sur laquelle repose cette atti­tude. Le Québec, pour sa part, est un maillon faible de l’État cana­dien en raison de son double statut de pro­vince et de ter­ri­toire natio­nal d’un peuple opprimé dans cet État. Cette situa­tion assure un cadre natio­nal à la résis­tance popu­laire qui faci­lite la cen­tra­li­sa­tion, le ren­for­ce­ment et l’impact des luttes sociales. Au Québec, le mou­ve­ment sou­ve­rai­niste dirigé par le Parti qué­bé­cois (PQ) qui a struc­turé le mou­ve­ment indé­pen­dan­tiste depuis 50 ans est en déroute. Il a repris à son compte les poli­tiques néo­li­bé­rales et la défense du libre-échange. Il s’est replié sur une poli­tique iden­ti­taire faute de stra­té­gie concrète de lutte pour l’indépendance.

Lire la suite...
Les résultats des élections québécoises de 2014
La nouvelle donne et les défis posés à la gauche sociale et politique
mercredi 7 mai 2014
Gauche / Mouvements sociaux

Les résul­tats des élec­tions du 7 avril 2014 ouvrent une nou­velle période poli­tique mar­quée par le retour au pou­voir d’un vieux parti néo­li­bé­ral cor­rompu, par une défaite his­to­rique du Parti qué­bé­cois qui sera tra­versé par des crises à répé­ti­tion, par la mise en place d’un par­le­ment dominé par des partis de droite au ser­vice de l’oligarchie. Face à tout ça, une oppo­si­tion par­le­men­taire de gauche repré­sen­tée par les députéEs de Québec soli­daire aura des défis majeurs à rele­ver et aura bien besoin d’être relayée par une oppo­si­tion extra­par­le­men­taire active et mili­tante.

Lire la suite...
La vraie couleur et la véritable nature des alliances électorales

Depuis quelques mois, la crise du PQ n’a pas quitté les colonnes de la presse et fait à répé­ti­tion les nou­velles des médias radio­té­lé­vi­sés. La montée d’une nou­velle force de droite, la CAQ, qui a absorbé sans coup férir ce qui res­tait de l’ADQ, qui a accueilli des dépu­tés trans­fuges du PQ et qui cara­cole dans les son­dages, pose la ques­tion de la survie en tant que parti impor­tant à l’Assemblée natio­nale du PQ, car il risque d’être laminé lors des pro­chaines élec­tions. D’où les dif­fé­rentes manœuvres de dépu­tés et de membres ten­tant soit de démis­sion­ner la cheffe, Pauline Marois, soit de chan­ger le régime interne du parti ou encore soit d’envisager une « alliance » élec­to­rale avec Québec soli­daire. C’est à la demande du PQ qu’il y a eu des ren­contres avec QS. Et c’est sans doute cer­tains élé­ments du PQ qui sont à l’origine dans les médias de la nou­velle d’une alliance élec­to­rale pos­sible entre les deux for­ma­tions.

Lire la suite...
La crise du PQ ou la décomposition d’un bloc social sous hégémonie des élites nationalistes

Après la démis­sion de cinq députéEs, Pauline Marois fait main­te­nant face à la fronde et aux menaces de députéEs qui craignent de voir leur siège emporté par une vague qui balaie­rait le Parti qué­bé­cois aux pro­chaines élec­tions pro­vin­ciales.

Les son­dages qui se suc­cèdent leur amènent le même constat : le Parti qué­bé­cois se retrouve au niveau des inten­tions de vote autour de la barre des 20 %. Avec le sys­tème de scru­tin uni­no­mi­nal que nous connais­sons, cela pour­rait signi­fier une catas­trophe pour le Parti qué­bé­cois. CertainEs res­pon­sables en appellent au ral­lie­ment et à la dis­ci­pline.

Lire la suite...
Crise du souverainisme péquiste et stratégie alternative
dimanche 3 juillet 2011
Québec / Canada

Aux der­nières élec­tions fédé­rales, le Bloc qué­bé­cois est passé de 47 à 4 dépu­tés. C’est un pilier impor­tant du sou­ve­rai­nisme péquiste qui dis­pa­rais­sait.

Quelques semaines plus tard, des dépu­tés sou­ve­rai­nistes quit­taient le Parti qué­bé­cois. Un groupe de « jeunes » dépu­tés invi­taient Jacques Parizeau à ne pas inter­ve­nir dans les débats du Parti qué­bé­cois et à ne pas ques­tion­ner leur ral­lie­ment à la gou­ver­nance sou­ve­rai­niste qui reporte aux calendes grecques la tenue d’un réfé­ren­dum sur la sou­ve­rai­neté du Québec.

Lire la suite...
Contre Harper, un panorama utile

Contre Harper, tel est le titre d’un bref traité phi­lo­so­phique contre la révo­lu­tion conser­va­trice au Canada. Le livre de Christian Nadeau a l’avantage de pré­sen­ter une bonne syn­thèse des mau­vais coups du gou­ver­ne­ment de Stephen Harper depuis que son parti a été porté au pou­voir.

Lire la suite...
En réponse à Pierre Beaudet et François Cyr
Le défi de Québec solidaire, devenir un parti de transformation écologique et sociale…

François Cyr et Pierre Beaudet nous indiquent dans leur texte que Québec Solidaire a actuel­le­ment pour tâche “de com­po­ser une large coa­li­tion pour vaincre la droite et que pour y arri­ver il faut consen­tir aux com­pro­mis néces­saires au niveau du pro­gramme”.

Lire la suite...
La stratégie de positionnement mondial de la bourgeoisie canadienne à l’ère des réseaux (1 de 4)

Voici la pre­mière partie d’un article qui ana­lyse un docu­ment qui pré­sente les orien­ta­tions que pré­co­nisent les intel­lec­tuels orga­niques de la classe domi­nante cana­dienne. Ces orien­ta­tions tracent en poin­tillés les attaques qui seront menées contre les classes ouvrière et popu­laires afin d’imposer ces orien­ta­tions à l’ensemble de la popu­la­tion cana­dienne.

Lire la suite...