Bernard-gensane

George Corm
Le nouveau gouvernement du monde
Idéologies, structures, contre-pouvoirs

La démarche de Georges Corm ne laisse pas d’étonner. Son ana­lyse des struc­tures et des super­struc­tures qui, ces der­nières décen­nies, ont sous-tendu le capi­ta­lisme finan­cier tout en étant pro­duites ou pro­fon­dé­ment modi­fiées par lui, est très fouillée et radi­cale. Mais il s’inscrit dans une pers­pec­tive prag­ma­tique, non socia­liste et cer­tai­ne­ment pas mar­xiste. Pour lui, le capi­ta­lisme est, par essence, per­for­mant, mais il ne pro­cède plus du tout à une répar­ti­tion équi­table des pro­fits. Cet ouvrage est néan­moins très utile de par sa remar­quable dénon­cia­tion d’un néo­li­bé­ra­lisme qui a réussi à faire dépé­rir l’État et ses fonc­tions de pro­tec­tion de la société. Sans oublier, au pas­sage, de faire appel à lui en temps de crise (2008-2009). Le rou­leau com­pres­seur a d’autant mieux fonc­tionné que, dans les milieux poli­tiques et uni­ver­si­taires, on n’a constaté pra­ti­que­ment aucune remise en cause véri­table de la nature de la glo­ba­li­sa­tion et des formes qu’elle a prises. Bien au contraire. « La crise a été presque exclu­si­ve­ment trai­tée comme un pro­blème de tech­niques et de pra­tiques ban­caires et finan­cières à réfor­mer ou mieux contrô­ler. »

Lire la suite...
Le fantôme de Karl Marx
Peut-on raconter Karl Marx et le marxisme aux enfants ?
Ronan de Calan, Donatien Mary
jeudi 25 novembre 2010
Recension / Notes de lecture
Yes, we can !

Dans une récente col­lec­tion qui s’est atta­quée à Kant, Ricœur, Socrate, et même à Lao-Tseu, on trouve ce char­mant livre consa­cré au phi­lo­sophe rhénan.

Il n’est pas simple d’expliquer des choses com­pli­quées aux enfants. Cela s’appelle faire de la péda­go­gie. Mais, me direz-vous, on frôle la pro­pa­gande ? Marx, c’est connoté, ce n’est pas neutre ! À peine moins que Ken et Barbie ou les Winx. La pro­pa­gande se situe, par exemple, ici : http://​www​.legrand​soir​.info/​P​a​rlons… parce qu’elle déverse des flots d’idéologie sans le dire. Mais quand on ne se cache pas der­rière son doigt, quand on appelle un chat un chat, quand on pré­cise clai­re­ment le lieu d’où l’on parle, quand on montre les tenants et les abou­tis­sants, bref quand on contex­tua­lise, on écrit l’histoire, on enri­chit la science, on sti­mule les cer­veaux.

Lire la suite...
Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle

Il s’agit là d’un ouvrage aussi impor­tant que pas­sion­nant. Les conclu­sions poli­tiques laissent par­fois un peu à dési­rer, mais la démarche socio­lo­gique est de pre­mier plan. Et puis, dis­po­ser d’un point de vue d’outre-Rhin, en la matière, permet de réflé­chir à partir d’autres réfé­rents, d’autres hié­rar­chies aussi.

Lire la suite...