Antoine-casgrain

Éducation supérieure - Culture, marchandise et résiatance
Chili : les universités au pays du libre marché
Luttes et résistance
jeudi 27 février 2020
No. 8 - Automne 2012

Le grand prin­temps étu­diant qué­bé­cois se joint à plu­sieurs résis­tances étu­diantes dans les Amériques. Au cours de 2011, le Honduras, la Colombie, le Brésil et le Chili ont tous connu les sou­bre­sauts des mou­ve­ments étu­diants. À la dif­fé­rence d’autres pays, où l’on défend l’université publique et son héri­tage, au Chili, les étu­diantes sont à l’offensive et com­battent un sys­tème d’éducation de libre marché. Tant par sa lon­gueur (près de huit mois) que par sa radi­ca­lité (plus de 300 col­lèges et uni­ver­si­tés occu­pés), la grève étu­diante de 2011 a été, sans doute, la plus grande d’Amérique latine depuis la grève de l’Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM) en 2000. Les mani­fes­ta­tions étu­diantes se sont éten­dues à toutes les régions du pays et se sont élar­gies à de larges pans de la société, sapant du coup la popu­la­rité du gou­ver­ne­ment. Le mou­ve­ment étu­diant a récolté un appui citoyen si grand que des mani­fes­ta­tions spon­ta­nées ont déferlé dans les quar­tiers rési­den­tiels en appui à la cause étu­diante[1].

Lire la suite...