Andrea-levy

Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Comprendre le capitalisme aujourd’hui
Capitalisme et crise

Nous assis­tons depuis les trois der­nières décen­nies à des chan­ge­ments impor­tants dans l’expérience de tra­vail liées à la vic­toire du néo­li­bé­ra­lisme et son assaut mul­ti­di­men­sion­nelle sur les pro­tec­tions modestes offertes aux tra­vailleurs sous le régime for­diste. Entre autre, nous obser­vons le phé­no­mène de la pré­ca­ri­sa­tion crois­sante du tra­vail. C’est une triste ironie que le mou­ve­ment syn­di­cal se bat actuel­le­ment afin de pré­ser­ver les ves­tiges des gains obte­nus dans la seconde partie du 20e siècle sous la forme d’avantages sociaux comme les régimes de retraites par­rai­nées par les entre­prises, les régimes d’assurance santé sup­plé­men­taire, les congés de mala­die et les vacances payées, au même moment his­to­rique où le fon­de­ment de ces pro­tec­tions, c’est à dire l’emploi stable à plein temps, est en train de s’écrouler et le 9 à 5 cède la place à la main d’œuvre « juste à temps ».

Lire la suite...
Aux armes contre la crise écologique ?
mardi 20 octobre 2009
Écologie

Face à la ques­tion envi­ron­ne­men­tale, la droite est par­fois aussi inquié­tante quand elle prend la crise au sérieux que lorsqu’elle s’en méfie. Déjà dans les années 70, des com­men­ta­teurs de gauche s’attendaient à un virage auto­ri­taire et mili­ta­risé de la part des pays capi­ta­listes indus­tria­li­sés face à une aggra­va­tion impor­tante de la crise éco­lo­gique. Durant les 15 der­nières années, il y a eu des signes d’une telle évo­lu­tion, notam­ment sous la forme de ce qu’on appelle dans la lit­té­ra­ture, la « sécu­ri­ta­ri­sa­tion » de la crise envi­ron­ne­men­tale et plus par­ti­cu­liè­re­ment du chan­ge­ment cli­ma­tique.

Lire la suite...