Accueil- Actualités et conjoncturesAugmenter les taux d'intérêt, c'est arnaquer les travailleurs et travailleuses

Augmenter les taux d’intérêt, c’est arnaquer les travailleurs et travailleuses

La droite d'aujourd'hui espère résoudre la crise de l'inflation comme elle l'a fait dans les années 1970 : en augmentant les taux d'intérêt, en supprimant les salaires et en battant les travailleurs déjà en difficulté. C'est ainsi que les économistes mènent la guerre des classes.

Margaret Thatcher a peut-être mis fin à la crise des années 1970, mais elle l’a fait en plongeant des millions de personnes dans la pauvreté et en créant une économie qui a fonctionné pour une petite élite dans le sud de l’Angleterre. (Levan Ramichvili / Flickr)

 

PAR GRACE BLAKELEY

Avec une inflation dépassant les 5 % pour la première fois depuis la crise financière, les décideurs sont perplexes. La réponse orthodoxe à une inflation élevée est d’augmenter les taux d’intérêt. L’augmentation du coût d’emprunt est censée réduire les dépenses et les investissements, réduisant ainsi la pression sur les ressources qui peut faire grimper les prix lorsque l’économie est en croissance rapide.

Mais l’inflation n’est pas toujours causée par des taux élevés de croissance économique se heurtant à des ressources limitées. Elle peut être causée par tout ce qui génère un déséquilibre soudain entre la demande et l’offre d’un produit particulier. Aujourd’hui, ces matières premières sont des combustibles fossiles.

La hausse des prix du pétrole et du gaz naturel – héritage d’une pandémie au cours de laquelle l’activité économique, et donc la consommation de carburant, est tombée à des niveaux très bas entraînant une réduction de l’offre – a un impact sur les prix de presque tous les autres produits de base. Cet effet domino s’est particulièrement manifesté dans le domaine alimentaire en raison du rôle important des engrais dérivés du gaz naturel.

Le résultat a été une augmentation particulièrement forte de l’inflation des importations de produits alimentaires, de carburant et d’autres biens de consommation au Royaume-Uni – exacerbée par les perturbations des chaînes d’approvisionnement également causées par la pandémie. Ce type d’inflation affecte principalement les pauvres, et près de 5 millions de personnes  ont maintenant du mal à se nourrir au Royaume-Uni en raison de la hausse des prix.

Cette situation inhabituelle soulève une question importante : que sont censés faire les décideurs lorsque l’inflation est élevée, mais que la croissance et l’investissement sont faibles ?

Des questions similaires ont été posées dans les années 1970, juste à l’aube de la révolution néolibérale. Au Royaume-Uni, la croissance et l’investissement ont été faibles mais l’inflation a été élevée, encore une fois en raison de la hausse des prix de l’énergie résultant de la formation de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

La rupture de la relation entre l’emploi et l’inflation intervenue durant cette période est désormais considérée comme le glas du consensus keynésien. Étant donné que l’inflation n’était pas alimentée par une forte demande, elle ne pouvait pas simplement être résolue en réduisant les dépenses publiques, en augmentant les taux d’intérêt ou en négociant la modération salariale avec les syndicats. Le problème était l’énergie.

Naturellement, ce fait a donné aux travailleurs du secteur de l’énergie beaucoup plus de pouvoir. Les mineurs en particulier s’organisent durant cette période pour obtenir des augmentations de salaires et freiner le déclin de leur industrie.

Au même moment, les économistes néolibéraux ont cherché à utiliser la « crise de stagflation » comme une opportunité pour détruire les derniers vestiges de l’accord social-démocrate. Ils ont fait valoir que l’inflation était alimentée par des gouvernements irresponsables injectant trop d’argent dans l’économie et ne parvenant pas à affronter des syndicalistes trop militants exigeant des salaires plus élevés.

Les interprétations divergentes de la crise ont conduit à une confrontation épique entre le capital et le travail qui a abouti à l’hiver du mécontentement, à l’introduction d’une semaine de trois jours et, finalement, à l’élection de Margaret Thatcher.

Thatcher a immédiatement entrepris d’institutionnaliser la vision néolibérale de l’inflation en augmentant drastiquement les taux d’intérêt. Les néolibéraux soutenaient que l’inflation était «toujours et partout un phénomène monétaire» : en d’autres termes, lorsque les prix augmentaient, c’était parce que les gouvernements avaient perdu le contrôle de la masse monétaire. L’augmentation des taux d’intérêt – parallèlement à la réduction des dépenses publiques – découragerait l’emprunt et limiterait donc la croissance de la masse monétaire.

Cette théorie n’a jamais fonctionné dans la pratique. Grâce à la déréglementation financière, les emprunts sous Thatcher ont augmenté plus rapidement qu’à n’importe quel moment de l’histoire. Mais la hausse drastique des taux d’intérêt n’a jamais été destinée à réduire la masse monétaire – elle était censée créer une récession qui disciplinerait le travail organisé.

Le monétarisme est discrètement tombé en disgrâce parmi les banquiers centraux au cours des années 1980, car il est devenu clair qu’il n’y avait pas de moyen facile d’utiliser les taux d’intérêt pour contrôler la masse monétaire. Mais le choc des taux d’intérêt de Thatcher – repris par le choc Volcker qui a eu lieu aux États-Unis – est demeuré dans les mémoires comme une étape nécessaire et décisive pour endiguer la « spirale salaires-prix » des années 1970.

Thatcher a peut-être mis fin à la crise des années 1970, mais elle l’a fait en plongeant des millions de personnes dans la pauvreté et en créant une économie qui a fonctionné pour une petite élite dans le sud de l’Angleterre. Une part importante de la tourmente politique et économique que nous vivons aujourd’hui remonte aux décisions prises sous son gouvernement.

De plus, l’inflation a fini par baisser à long terme en raison de la stabilisation des prix du pétrole, ce qui se serait produit de toute façon avec la normalisation du rôle de l’OPEP sur les marchés mondiaux de l’énergie.

La réussite singulière de Thatcher n’a pas été de trouver comment utiliser la politique monétaire pour faire baisser l’inflation ; il s’agissait de trouver comment utiliser la politique monétaire pour discipliner la classe ouvrière. Aujourd’hui, ses descendants tentent de faire exactement la même chose.

Les partisans d’une hausse des taux d’intérêt savent que le problème auquel nous sommes confrontés n’est pas la surchauffe de l’économie, mais les répercussions du choc de la hausse des prix de l’énergie. Rendre l’emprunt plus cher ne fera que contraindre encore plus une économie stagnante, freinant la consommation et l’investissement – ​​et donc les salaires et la création d’emplois.

Mais tout comme dans les années 1980, le capital doit discipliner le travail afin de protéger les profits. Certains travailleurs ont eu beaucoup de congés payés ou ont passé plus de temps à travailler à domicile et ne veulent pas revenir aux conditions de travail lamentables des années pré-pandémiques.

D’autres ont eu moins de chance, passant ces dernières années à gagner de maigres salaires dans des conditions dangereuses. Mais bon nombre de ces travailleurs s’organisent – ​​nous constatons une légère augmentation de l’adhésion et de l’activité syndicale qui pourrait commencer à renverser un déclin de plusieurs décennies.

Il est peu probable que nous soyons encore en face d’une thérapie de choc monétaire à la Thatcher. En dehors de toute autre chose, les syndicats restent dans une position si faible qu’une hausse spectaculaire des taux d’intérêt (par opposition à celle récemment annoncée) est une tactique inutile étant donné le chaos qu’elle causerait.

Mais la droite tente déjà dans son discours de rendre les travailleurs et travailleuses responsables de l’augmentation actuelle de l’inflation afin de justifier une réponse disciplinaire de l’État. Il suffit de regarder le plaidoyer du gouverneur de la Banque d’Angleterre pour la modération salariale (qui a été ridiculisé à juste titre depuis qu’il est apparu qu’il gagnait plus d’un demi-million de livres par an).

L’un des rares “problèmes” auxquels l’économie britannique ne fait absolument pas  face est l’inflation des salaires. Les travailleurs britanniques ont connu la plus longue période de stagnation salariale depuis les années 1800 . Et bien qu’il y ait eu des augmentations de salaire après la pandémie dans certains secteurs associés à des pénuries, celles-ci ont été limitées et seront probablement temporaires, car les travailleurs réagissent en comblant les lacunes.

La dernière analyse du Congrès des syndicats (TUC) montre que les salaires hebdomadaires sont désormais inférieurs de 3 £ à ceux du moment du krach financier de 2008. La trajectoire générale des salaires après la pandémie n’est pas encore claire, mais les premiers indicateurs suggèrent que la croissance des salaires – en particulier dans les secteurs les moins bien rémunérés – revient aux niveaux d’avant la pandémie.

Dans ce contexte, la hausse des taux d’intérêt aura deux effets. Premièrement, cela augmentera l’impact de l’inflation sur les ménages les plus pauvres en rendant leurs emprunts plus chers. En fait, cela risque d’enfoncer des millions de familles dans l’endettement.

Deuxièmement, cela découragera les investissements dans une économie où les investissements productifs étaient déjà dangereusement bas avant le début de la pandémie. Cela se traduira par moins d’emplois, une baisse de la productivité et une croissance des salaires plus faible à long terme.

En d’autres termes, des taux d’intérêt plus élevés se traduiront par un niveau de vie encore plus bas pour les millions de personnes déjà gravement touchées par une inflation élevée. De plus, ils n’auront pas d’impact sur l’inflation tant que les prix de l’énergie ne baisseront pas, ce qui n’arrivera qu’avec une augmentation de l’offre.

Plutôt que d’augmenter les taux d’intérêt, nous devrions plaider pour un contrôle des prix à court terme et un soutien public à la fourniture des produits de première nécessité à long terme – peut-être par le biais d’un service alimentaire national .

L’investissement dans les énergies renouvelables est essentiel pour de nombreuses raisons : maintenir les prix bas, maintenir la sécurité énergétique, décarboner, créer des emplois et se remettre de la pandémie.

L’inflation est toujours politique – l’inflation elle-même et la réponse à celle-ci profitent à certains groupes et nuisent à d’autres. Nous ne pouvons pas permettre à la droite de s’en tirer en blâmant les travailleurs pour un ensemble de problèmes causés par le capital.

Après tout, nous ne serions pas confrontés à ce problème si les gouvernements précédents avaient pris au sérieux la nécessité d’investir dans les sources d’énergie renouvelables. Et les sociétés énergétiques comme Exxon Mobil et BP enregistrent des bénéfices exceptionnels en raison de la hausse des prix du pétrole et du gaz naturel.

Les travailleurs ont supporté le coût de toutes les crises au cours des cinquante dernières années au moins – ils ne peuvent pas et ne seront pas obligés de supporter tous les coûts de celle-ci.

Traduction NCS

SourceJacobin