Thème

X – Archives

 
Quelques leçons de la gauche radicale méditerranéenne
vendredi 6 mars 2015
Gauche / Mouvements sociaux

La vic­toire de Syriza aux élec­tions légis­la­tives grecques du 25 jan­vier 2015 ouvre une brèche dans l’ordre établi de l’oligarchie finan­cière. Cette « coa­li­tion de la gauche radi­cale », formée en 2004 par l’articulation de nom­breuses for­ma­tions socia­listes, euro­com­mu­nistes, éco­lo­gistes, euros­cep­tiques et anti­ca­pi­ta­listes, jouit d’une pro­gres­sion ful­gu­rante au Parlement grec, pas­sant de 4,6 % des voix en octobre 2009 à 26,9 % en juin 2012, pour enfin gagner 149 sièges sur 300 avec 36,3 % en jan­vier 2015.

Lire la suite...
World Social Forum, Tunis, March 2015
Resist, Build, Fight to win
jeudi 5 mars 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Intercoll

Resist, Build, Fight

Intercoll is a col­lec­tive com­po­sed of social move­ments, acti­vists and intel­lec­tuals invol­ved in daily and concrete struggles, wor­king to reno­vate cri­ti­cal thin­king on the nega­tive impact of global capi­ta­lism as well as deve­lo­ping eco­no­mic, social, poli­ti­cal and eco­lo­gi­cal alter­na­tives that allow popu­lar move­ments to ‘reinvent’ the world. Out of these tre­men­dous and dis­per­sed efforts, a new col­lec­tive intel­lec­tual emerges along the lines sug­ges­ted in ear­lier times by Gramsci and Bourdieu.

Par
Lire la suite...
Manifeste de profs contre tout ce qui vient avec l’austérité
LA GUERRE QU’ON NOUS FAIT
mercredi 4 mars 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Nous refu­sons l’appauvrissement humain, social, poli­tique et intel­lec­tuel que l’offensive anti­so­ciale appe­lée aus­té­rité fait subir au monde, lui don­nant ce visage pati­bu­laire, cynique, ser­vile, tout juste navré, médiocre, un brin sadique.

Cette offen­sive menée pour satis­faire les inté­rêts des élites éco­no­miques vise à sou­mettre, sec­teur par sec­teur, les per­sonnes et les choses au règne contrai­gnant de la mar­chan­di­sa­tion et du profit tout-puis­sant.

Lire la suite...
Forum social Tunis, Mars 2015
Résister, construire et vaincre
Programmation du Québec
lundi 2 mars 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Programme intercoll final 24 février-1Intercoll

Intercoll vise à créer un espace ouvert où des mou­ve­ments popu­laires, des mili­tants et des intel­lec­tuels, tous et toutes enga­gés dans des luttes concrètes et quo­ti­diennes, contri­buent à construire et à renou­ve­ler les cadres d’interprétation et de dénon­cia­tion des injus­tices, à toutes les échelles – locales comme glo­bales. L’objectif est éga­le­ment de déve­lop­per des alter­na­tives éco­no­miques, sociales, poli­tiques et éco­lo­giques qui per­mettent de repen­ser le monde selon les che­mins de l’émancipation et de la soli­da­rité. De tous ces efforts par­tout sur la pla­nète émerge peu à peu un nouvel « intel­lec­tuel col­lec­tif » (dans le sens de Gramsci et Bourdieu) qui cherche à dépas­ser les fron­tières entre les mou­ve­ments et les réseaux de recherche et d’éducation popu­laire.

Lire la suite...
Antimilitarisme et anti-impérialisme aujourd’hui
vendredi 27 février 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Toujours votre société vio­lente et chao­tique, même quand elle veut la paix, même quand elle est en l’état d’apparent repos, porte en elle la guerre comme la nuée dor­mante porte l’orage.

Jean Jaurès le 7 mars 1985

Le Haut com­mis­sa­riat aux réfu­giés de l’ONU vient de l’annoncer : avec 51 mil­lions en 2013, le nombre de réfu­giés et per­sonnes dépla­cées (IDP) est, pour la pre­mière fois, plus élevé que dans l’immédiat après la Seconde Guerre mon­diale. Le XXIe siècle n’est pas cet espace paci­fié dont rêvaient cer­tains après la guerre froide, mais un monde de crises, de frayeurs, de mili­ta­ri­sa­tion et de guerres qui s’étendent en méta­stases.

Lire la suite...
Le détour irlandais (3)
L’épopée des mouvements de libération nationale
L’heure des brasiers (1927-1978)
mercredi 25 février 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Au tour­nant du ving­tième siècle, la tem­pête est en gestatDetour_3epartie dernier check up333ion. Des mou­ve­ments se fau­filent dans le dédale des luttes, créant de nou­velles résis­tances. Des mobi­li­sa­tions anti­co­lo­niales d’une ampleur sans pré­cé­dent ont lieu en Chine, au Vietnam, en Afrique et en Amérique latine. Comme le dit le révo­lu­tion­naire et poète cubain José Marti (1853-1895), c’est « l’ère des bra­siers ». Avec la Deuxième Guerre mon­diale, le mou­ve­ment de libé­ra­tion connaît un nouvel élan. Dans plu­sieurs autres pays asia­tiques, les partis com­mu­nistes créent de vastes coa­li­tions anti-impé­ria­listes et anti­co­lo­niales où sont amal­ga­mées les reven­di­ca­tions sociales (notam­ment celles qui concernent le vaste monde paysan) et natio­nales, avec au centre la reven­di­ca­tion de l’indépendance. En Asie, ces luttes abou­tissent à de gigan­tesques vic­toires en Chine (1948) où Mao Zedong pro­pose une nou­velle stra­té­gie. Pour Mao, l’agenda de la révo­lu­tion chi­noise doit récon­ci­lier deux impé­ra­tifs : mettre fin à la domi­na­tion impé­ria­liste sur la Chine et libé­rer le monde rural par le moyen d’une immense réforme agraire redis­tri­buant les terres aux pay­sans. « Le carac­tère de notre révo­lu­tion, affirme Mao, est celui d’une révo­lu­tion démo­cra­tique bour­geoise, menée prin­ci­pa­le­ment contre l’impérialisme et le féo­da­lisme, dont les forces motrices fon­da­men­tales sont le pro­lé­ta­riat, la pay­san­ne­rie et la petite bour­geoi­sie urbaine »[1]. Au Vietnam, une lutte immense s’échelonne pen­dant trente ans, d’abord contre le colo­nia­lisme fran­çais, puis contre l’impérialiste amé­ri­cain. Le génial géné­ral Giap, archi­tecte de la révo­lu­tion viet­na­mienne, explique :

Lire la suite...
Lutte contre l’austérité : pour un dialogue stratégique
lundi 23 février 2015
Gauche / Mouvements sociaux

« Il n’y a pas lieu de craindre ou d’espérer, mais de cher­cher de nou­velles armes » disait Deleuze. Face aux nom­breuses attaques du gou­ver­ne­ment libé­ral, il y a lieu rapi­de­ment de trou­ver de nou­velles armes. Mais trou­ver de nou­velles armes ne signi­fie pas qu’il faut cesser de se battre pen­dant qu’on les cherche. Car par­fois la récu­pé­ra­tion d’anciennes armes comme celles de l’information accom­pa­gnée des débats au sein des mou­ve­ments sociaux et syn­di­caux pour aug­men­ter la mobi­li­sa­tion et le rap­port de force peut porter des fruits. Le prin­temps étu­diant de 2012 s’est déroulé de cette manière : s’approprier la réa­lité sociale, débattre sur la manière de chan­ger le monde social et éco­no­mique et se mobi­li­ser pour obte­nir ce chan­ge­ment en déve­lop­pant des alliances larges. Il s’agit en fait de res­tau­rer de vieilles armes, mais en tenant compte cepen­dant que nous évo­luons dans un contexte poli­tique rela­ti­ve­ment nou­veau : celui de l’étatisme auto­ri­taire.

Lire la suite...
SOS PKP !
mercredi 18 février 2015
Gauche / Mouvements sociaux

« Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve », disait le poète alle­mand Hölderlin. Il en va ainsi du mou­ve­ment sou­ve­rai­niste, qui atten­dait un sau­veur pour relan­cer le Parti qué­bé­cois après l’une des pires défaites de son his­toire. Comme le sou­ligne Gramsci, « le césa­risme exprime tou­jours la solu­tion par “arbi­trage”, confié à une grande per­son­na­lité, d’une situa­tion his­to­rico-poli­tique carac­té­ri­sée par un équi­libre des forces annon­cia­teur de catas­trophe ». On aurait donc tort de décla­rer la fin de vie utile d’un véhi­cule poli­tique à cause d’un diag­nos­tic pré­ma­turé sur l’issue d’une crise, car celle-ci peut être le signe du cré­pus­cule d’une cer­taine idée de la sou­ve­rai­neté et l’aube d’un nou­veau projet. Contre ceux qui croient naï­ve­ment que Pierre Karl Péladeau est une coquille vide qui n’a pas de stra­té­gie, ils oublient la pre­mière leçon fon­da­men­tale de l’action poli­tique : nos adver­saires ont tou­jours un plan der­rière la tête.

Lire la suite...
Le capitalisme canadien soluble dans l’impérialisme
lundi 16 février 2015
Gauche / Mouvements sociaux

De prime abord, le Canada ne semble guère se qua­li­fier comme pays impé­ria­liste. Il ne domine aucun autre pays poli­ti­que­ment ou éco­no­mi­que­ment. Il n’a pas la capa­cité mili­taire et diplo­ma­tique pour pro­té­ger les inté­rêts des mul­ti­na­tio­nales cana­diennes à l’étranger. Son éco­no­mie est struc­tu­rel­le­ment liée à celle des États-Unis, tant par les débou­chés pour ses pro­duits que par l’interconnexion des conseils d’administration d’entreprises, dont bon nombre sont des filiales. Tout au long de son his­toire, le Canada a plutôt subi les pres­sions des impé­ria­lismes bri­tan­nique et état­su­nien.

Lire la suite...
L’Afrique devant l’impérialisme

On a l’impression que ça bouge en Afrique actuel­le­ment. Comment com­prendre les évé­ne­ments actuels en regard avec l’irruption des mou­ve­ments popu­laires ?

Il n’y a pas si long­temps, les médias nous mon­traient des mil­liers de Tunisiens et de Tunisiennes en liesse, ravis d’avoir ren­versé le régime. Peu après, l’insurrection égyp­tienne for­çait le départ du dic­ta­teur Moubarak, au pou­voir depuis 30 ans. Un peu par­tout sur le conti­nent, de Johannesburg à Lagos en pas­sant par Addis-Abeba, la colère des masses a fait irrup­tion. Pour faire échec à ce mou­ve­ment popu­laire, les pays occi­den­taux ont pla­ni­fié l’invasion de la Libye, sous le cou­vert de l’humanitarisme. L’OTAN, ce dis­po­si­tif au ser­vice de l’oligarchie finan­cière de la pla­nète, tente d’éradiquer cette montée de l’anti-impérialisme en Afrique, mais en réa­lité, la vague de résis­tance est loin d’être ter­mi­née[1].

Pourquoi l’Afrique est-elle dans l’épicentre de la résis­tance ?

Lire la suite...