Thème

X – Archives

 
Résistances autochtones
lundi 8 juin 2015
Gauche / Mouvements sociaux

La pro­chaine uni­ver­sité popu­laire des NCS accorde beau­coup d’attention à la ques­tion autoch­tone qui sera dis­cu­tée sous l’angle de l’histoire, de l’État, du capi­ta­lisme et des résis­tances.

Depuis 2006, Stephen Harper a entre­pris de mettre de l’avant son projet de refon­der l’État cana­dien autour d’un capi­ta­lisme « pur et dur » doté d’une arma­ture reli­gieuse conser­va­trice. Tel qu’évoqué au début, les nations autoch­tones n’existent pas dans cet ima­gi­naire néo­con­ser­va­teur, au-delà d’images folk­lo­ri­sées. Les reven­di­ca­tions ter­ri­to­riales sont inac­cep­tables. Plus encore, le sys­tème des admi­nis­tra­tions autoch­tones doit être déman­telé. Pour jus­ti­fier ce tour­nant, le gou­ver­ne­ment avec l’appui des médias déclenche une vaste cam­pagne de déni­gre­ment. Pour autant, les peuples autoch­tones per­sistent et signent, comme la nation ati­ka­mekw qui bloque des routes sur ses ter­ri­toires pour limi­ter l’accès des exploi­tants aux res­sources fores­tières.

Lire la suite...
« 100 jours de gouvernance : bilan et perspectives pour la Grèce »
Vision pour une Europe en mutation
Extraits du Discours prononcé par A. Tsipras lors du colloque organisé par The Economist
vendredi 5 juin 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Nous appe­lons aussi au ral­lie­ment vous toutes et vous tous, et en par­ti­cu­lier la grande majo­rité sociale qui nous fait confiance et dont les inté­rêts et les aspi­ra­tions guident et motivent tous les jours notre tra­vail. Ensemble, nous pou­vons non seule­ment défendre les lignes natio­nales de négo­cia­tion, mais aussi construire l’avenir d’une société juste et une éco­no­mie qui se redresse et se déve­loppe. Parce que notre pays dis­pose d’un poten­tiel pro­duc­tif inépui­sable, que nous devons mettre en valeur pour sortir de la crise avec dignité et avec la tête haute.

Lire la suite...
Le mouvement syndical et l’action politique
La prochaine université populaire des NCS (20-23 août) abordera la place du mouvement syndical dans la construction des résistances populaires
mercredi 3 juin 2015
Gauche / Mouvements sociaux

On a entendu beau­coup de cri­tiques envers le mou­ve­ment syn­di­cal qué­bé­cois au cours des der­nières années, en pro­ve­nance de la gauche. Plusieurs groupes ou per­sonnes lui repro­chaient de ne pas être très actif sur la scène des luttes sociales. On peut consi­dé­rer que le mou­ve­ment syn­di­cal sort beau­coup trop peu de son chemin cor­po­ra­tiste. Mais la ques­tion reste la même : compte tenu de l’importance que pour­rait avoir le « joueur syn­di­cal » sur la pati­noire des batailles pro­gres­sistes, com­ment amé­lio­rer son impli­ca­tion ?

Lire la suite...
Le NPD et le Québec
L’université populaire des NCS (20-23 août 2015) abordera la question des alternatives politiques au Canada.
lundi 1 juin 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Dans cha­cune des grandes confron­ta­tions avec le Québec autour de la réforme consti­tu­tion­nelle, le NPD s’est retrouvé dans le camp du gou­ver­ne­ment fédé­ral. Ainsi sous la direc­tion d’Ed Broadbent, le NPD a appuyé le rapa­trie­ment uni­la­té­ral de la Constitution par le gou­ver­ne­ment Trudeau et l’adoption d’une nou­velle Constitution qui prive le Québec de son droit de veto sur les modi­fi­ca­tions consti­tu­tion­nelles tout en impo­sant une Charte des Droits pou­vant inva­li­der des par­ties impor­tantes de la Charte de la langue fran­çaise. Au moment du réfé­ren­dum de 1995, le NPD s’est coa­lisé avec les autres partis fédé­ra­listes contre la sou­ve­rai­neté, fina­le­ment en 2000 lors d’une ini­tia­tive pour blo­quer la sou­ve­rai­neté (la loi dite sur la « Clarté »), les dépu­tés du NPD (sauf deux) ont appuyé le gou­ver­ne­ment fédé­ral libé­ral.

Lire la suite...
Recension
Le commerce, c’est la guerre
vendredi 29 mai 2015
Recension / Notes de lecture

Depuis déjà plu­sieurs années, la mon­dia­li­sa­tion néo­li­bé­rale et ses nom­breux ava­tars ont été décor­ti­qués et cri­ti­qués au point où des ins­ti­tu­tions phares, asso­ciées à ce virage, ont changé de voca­bu­laire. La Banque mon­diale, le FMI, l’Organisation mon­diale du com­merce (OMC) et l’Organisation pour la coopé­ra­tion et le déve­lop­pe­ment éco­no­mique (OCDE) pré­fèrent main­te­nant parler de « lutte contre la pau­vreté », de « bonne gou­ver­nance », de l’importance de limi­ter les inéga­li­tés.

Lire la suite...
Lutte à la radicalisation : La nouvelle mode
vendredi 22 mai 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Il y a quelques semaines, Montréal a créé un Centre contre la radi­ca­li­sa­tion piloté par le SPVM qui inter­vien­dra, en pre­mier lieu au Collège Maisonneuve. On a vu passer plu­sieurs « modes sur la vio­lence et nos jeunes » en trente ans. Violence dans les médias, vio­lence dans les rela­tions amou­reuses, dans les cours d’école, le sui­cide, la vio­lence ver­bale, la lutte aux gangs de rue, l’intimidation, la cybe­rin­ti­mi­da­tion, les troubles ali­men­taires, la menace de tireur fou et cette fois ; la radi­ca­li­sa­tion reli­gieuse dans les Cégeps. Diverses formes d’un seul et même phé­no­mène, la vio­lence : sociale, contre l’autre et envers soi.

Lire la suite...
À l’origine du 1er mai : Lucy Parsons, la veuve des martyrs de Chicago
vendredi 1 mai 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Peu avant sa pen­dai­son, Albert écri­vit à Lucy : « Tu es une femme du peuple, et je te confie au peuple… ». Le Congrès des ouvriers socia­listes qui se tenait à Paris en 1889 déclara le 1er mai comme la jour­née inter­na­tio­nale des Travailleurs et des Travailleuses. C’était en hom­mage aux cinq mar­tyrs de Chicago. L’année sui­vante, cette jour­née fut com­mé­mo­rée pour la pre­mière fois. Lucy était déjà connue comme « La veuve mexi­caine des mar­tyrs de Chicago ».

Encore, en 1920, la police de Chicago consi­dé­rait Lucy Gonzàles comme « plus dan­ge­reuse que mille révo­lu­tion­naires ».

Lire la suite...
Les affres de la croissance zéro chez les économistes bien en cour
L’hétérodoxie économique dans tous ses états (3)
vendredi 24 avril 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Patrick Artus et Marie-Paule Virard se penchent dans Croissance zéro, Comment éviter le chaos ? (Fayard, 2015) sur le débat qui fait rage aux États-Unis et qui gagne la France, depuis que l’économiste Robert Gordon a émis de sérieux doutes sur la pos­si­bi­lité pour le capi­ta­lisme de pour­suivre sa croissance.[1]

La pro­duc­ti­vité de quoi, de qui ?

Les deux auteurs affirment d’emblée que la cause prin­ci­pale du ralen­tis­se­ment de long terme de la crois­sance éco­no­mique est l’affaiblissement de l’augmentation de la pro­duc­ti­vité glo­bale des fac­teurs de pro­duc­tion. Les auteurs sont trop savants pour igno­rer ce que sont la pro­duc­ti­vité dite glo­bale et sa varia­tion. Mais le lec­teur doit se conten­ter d’une défi­ni­tion fourre-tout : « reflet du pro­grès tech­nique (l’effort d’innovation, l’amélioration de la qua­lité des pro­duits et des pro­ces­sus de pro­duc­tion) et de l’amélioration du capi­tal humain (l’effort d’éducation). À ces fac­teurs déter­mi­nants, il fau­drait ajou­ter – pour que la for­mule soit com­plète – la struc­ture sec­to­rielle de l’économie, l’organisation de la pro­duc­tion dans les usines et dans les bureaux, etc. Finalement, tout ce qui fait qu’avec le même nombre d’euros de capi­tal et le même nombre de sala­riés, une entre­prise va quand même pro­duire davan­tage d’une année sur l’autre. » (p. 33-34).

Lire la suite...
Déclaration finale du Sommet des peuples – Panama 2015
lundi 20 avril 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Nous, les peuples de Notre Amérique, ras­sem­blés au Sommet des peuples, des syn­di­cats et des mou­ve­ments sociaux à l’Université du Panama les 9, 10 et 11 avril 2015, repré­sen­tons plus de 3500 déléguéEs de cen­taines d’organisations ouvrières, syn­di­cales, pay­sannes, autoch­tones, étu­diantes, femmes et du mou­ve­ment social et popu­laire.

13 avril 2015

Dans le cadre d’un débat uni­taire, fra­ter­nel et soli­daire, les par­ti­ci­pants aux confé­rences et à 15 ate­liers du Sommet des peuples,

DÉCLARONS :

Nous, les peuples de Notre Amérique, nous expri­mons notre ferme sou­tien à la pro­cla­ma­tion de l’Amérique latine et des Caraïbes comme une zone de paix libre du colo­nia­lisme, comme cela a été convenu à l’unanimité par tous les gou­ver­ne­ments des Amériques en jan­vier 2014 par le deuxième Sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC).

Lire la suite...
Les soldats israéliens en Amérique latine
vendredi 17 avril 2015
Gauche / Mouvements sociaux

Un évé­ne­ment récent nous donne l’occasion de parler des sol­dats israé­liens en Amérique latine (AL). En effet, l’Argentine vient de déchoir de leur natio­na­lité les sol­dats israé­liens qui ont par­ti­cipé aux mas­sacres à Gaza (1).

Le der­nier mas­sacre du peuple pales­ti­nien par les troupes de l’armée israé­lienne à Gaza en 2014, qua­li­fié de crimes de guerre et contre l’humanité par la FIDH dans un rap­port du 26 mars 2015, et dont le bilan en vic­times civiles, selon un rap­port de l’ONU publié le 25 mars 2015, dépasse celui de la Guerre des Six Jours de 1967, avait pro­vo­qué des réac­tions diverses de la part des gou­ver­ne­ments d’AL.

Lire la suite...