Thème

Internationale / Mondialisation / Rapports Nord-Sud

Face à « l’économie verte » de Rio+20, le Sommet des peuples pour la justice sociale et écologique
JPEG - 111.6 ko

Observatoire latino-amé­ri­cain des conflits envi­ron­ne­men­taux : www​.olca​.cl

Mémoire des luttes sera partie pre­nante du « Sommet des peuples pour la jus­tice sociale et éco­lo­gique, contre la mar­chan­di­sa­tion de la vie et pour la défense des biens com­muns » qui se tien­dra à Rio de Janeiro du 15 au 23 juin à l’occasion de la tenue de la Conférence des Nations unies « Rio+20 » sur le déve­lop­pe­ment durable (20-22 juin).

Dans cette pers­pec­tive, l’association, qui sera repré­sen­tée sur place par Bernard Cassen et Christophe Ventura, est enga­gée dans les mobi­li­sa­tions du col­lec­tif regrou­pant les orga­ni­sa­tions fran­çaises impli­quées dans la pré­pa­ra­tion de ce Sommet des peuples.

Lire la suite...
À quoi peut servir Rio+20 ?

Dans quelques jours, du 20 au 22 juin 2012, va se tenir la pro­chaine Conférence des Nations Unies pour le déve­lop­pe­ment durable, à Rio de Janeiro au Brésil. Cette confé­rence est aussi appe­lée « Rio+20 », parce qu’elle doit mar­quer le ving­tième anni­ver­saire d’une autre confé­rence, tenue au même endroit, avec un inti­tulé légè­re­ment dif­fé­rent (Conférence des Nations Unies pour l’Environnement et le Développement). La notion de « déve­lop­pe­ment durable » doit une part de son essor à cette confé­rence de juin 1992. Le « déve­lop­pe­ment durable » était censé deve­nir un nou­veau modèle, conci­liant déve­lop­pe­ment éco­no­mique, amé­lio­ra­tion des condi­tions de vie de l’humanité, et pré­ser­va­tion des res­sources et des équi­libres natu­rels.

Lire la suite...
Les paradis fiscaux
L’aveuglement volontaire du ministère québécois des Finances

Résumé : Rapport méthodologique soumis au Secrétariat intersyndical des services publics (SISP)

EN SE RÉFÉRANT À DES FISCALISTES ET DES STATISTICIENS spé­cia­listes de l‘évasion fis­cale, le minis­tère des Finances du Québec (MFQ) s‘est essayé à esti­mer, selon une métho­do­lo­gie éprou­vée, les fonds que l‘évasion fis­cale fait perdre au Trésor public, notam­ment dans une livrai­son de 2005 de son pério­dique Études éco­no­miques, fis­cales et bud­gé­taires inti­tu­lée « L‘évasion fis­cale au Québec ». Or, les approches que pré­co­nise le minis­tère sont essen­tiel­le­ment tour­nées vers le marché inté­rieur et portent sur des tran­sac­tions com­mer­ciales de type mar­chand rela­tives au Produit inté­rieur brut, quand ce n‘est pas sur les tra­fics atten­dus de la petite cri­mi­na­lité. Par consé­quent, ces lec­tures ne lui per­mettent d‘appréhender qu‘une caté­go­rie d‘acteurs, celle des petits frau­deurs et d‘entreprises de moyenne enver­gure. Bien que pour expli­quer l‘évasion fis­cale cer­tains des experts qu‘il cite lorgnent éga­le­ment du côté des légis­la­tions extra­ter­ri­to­riales, en les­quelles on devine les para­dis fis­caux, le minis­tère ne se donne guère les moyens cog­ni­tifs de saisir com­ment, pour trom­per le fisc, les grands frau­deurs et cri­mi­nels à cra­vate recourent à des moyens et à des réseaux spé­ci­fiques qui sont étran­gers aux stra­ta­gèmes de petits filous. Il finit donc erro­né­ment par consi­dé­rer ces der­niers comme for­mant, en matière fis­cale, la prin­ci­pale caté­go­rie sociale de hors-la-loi.

Lire la suite...
Frais de scolarité dans l’enseignement supérieur
Arguments et résistance internationale

Les étudiant·e·s québécois·es sont en grève contre la hausse des frais d’inscription de 1600 dol­lars cana­dien sur 5 ans. Une his­toire mili­tante déjà riche est en train de s’écrire : déjà plus de 100 jours de grève, 30 mani­fes­ta­tions noc­turnes, des mil­liers d’heures d’assemblée géné­rale. Une pro­po­si­tion du gou­ver­ne­ment aux portes-paroles étu­diants, le 27 avril, a été refu­sée par 115 asso­cia­tions repré­sen­tant plus de 300 000 étudiant·e·s.

Depuis la démis­sion de la ministre Line Beauchamp le 14 mai, le gou­ver­ne­ment passe à la répres­sion. La nou­velle loi 78, « loi matraque », votée le ven­dredi 18 mai, entrave le droit de mani­fes­ter, inter­dit les piquets de grève et ferme les campus les plus mobi­li­sés jusqu’à mi-août. Face à cette répres­sion la mobi­li­sa­tion s’étend et, en France, un pre­mier ras­sem­ble­ment en soli­da­rité s’est tenu mardi 22 mai à Paris à l’initiative du col­lec­tif SoDé-Québec.

D’autres pays connaissent ou ont connu des luttes simi­laires récem­ment : en Espagne et au Mexique cette année, en Angleterre et au Chili en 2011, à New York et en Californie en 2010. En France, l’augmentation des frais se dis­cute au minis­tère de l’économie depuis plu­sieurs années et a été étudié par l’INSEE dans une enquête1commanditée par la confé­rence des pré­si­dents d’université (CPU). Au-delà de l’aspect direc­te­ment éco­no­mique, la hausse des frais de sco­la­rité par­ti­cipe d’une poli­tique néo­li­bé­rale de trans­for­ma­tion de l’enseignement supé­rieur. Tour d’horizon de cette poli­tique, en 3 argu­ments fallacieux2 et 3 pro­cé­dés insi­dieux.

Lire la suite...
Indignés de tous les pays, unissez-vous !
Indignés / d'Athène à Wall Street, échos d'une insurrection des consciences
INDIGNÉS ! D’ATHÈNES À WALL STREET, ÉCHOS D’UNE INSURRECTION DES CONSCIENCES
Collectif
Éditeur : ZONES/LA DÉCOUVERTE
192 pages
Résumé : Un recueil d’articles et de témoi­gnages sur un phé­no­mène mon­dial.
Lire la suite...
Les peuples du monde face à l’avancée du capitalisme : Rio +20 et au delà

Du 20 au 22 juin 2012, des gou­ver­ne­ments du monde entier vont se ras­sem­bler à Rio de Janeiro au Brésil dans le but de com­mé­mo­rer les 20 ans du « Sommet de la terre »,la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le déve­lop­pe­ment durable(CNUDD) qui, pour la pre­mière fois en 1992, éta­blit un calen­drier mon­dial pour le« déve­lop­pe­ment durable ». C’est lors de ce sommet qu’ont été adop­tées la Conventionsur la Diversité bio­lo­gique (CDB), la Convention des Nations Unies sur le Changementclimatique (CNUCC) et la Convention sur la Lutte contre la Désertification. Chacune deces conven­tions pro­met­tait de mettre en place un ensemble de mesures des­ti­nées àpro­té­ger la terre et la vie sur la pla­nète tout en contri­buant à la dignité de tous lesêtres humains.

Lire la suite...
Grèce
Syriza : le manifeste économique pour les prochaines élections

Le mani­feste du SYRIZA sur les poli­tiques sociales et éco­no­miques se com­pose de neuf points prin­ci­paux et est à la base du pro­gramme éco­no­mique mis à jour et amé­lioré par le parti de la Coalition de la gauche.

Une pré­sen­ta­tion com­plète du pro­gramme par Alexis Tsipras a eu lieu le ven­dredi 1 Juin, à midi, à Athinaida.

Par
Lire la suite...
L’International des services publics appuie les étudiantes et étudiants du Québec

Appui de l’International des ser­vices publics à la lutte des étu­diantes et étu­diants au Québec.

Les membres du comité exé­cu­tif de l’Internationale des ser­vices publics venus des quatre coins du monde pour leur réunion annuelle à Genève ont mani­festé leur appui aux étu­diantes et étu­diants du Québec.

Lire la suite...
L’Émancipation des travailleurs. Une histoire de la première internationale

Mathieu Léonard,
L’Émancipation des tra­vailleurs. Une his­toire de la pre­mière inter­na­tio­nale,
Paris, La Fabrique, 2011.

Pourquoi reve­nir sur la Première Internationale ? Parce qu’elle est mécon­nue, sou­vent cari­ca­tu­rée ? Est-ce uni­que­ment parce que se crée alors une diver­gence qui struc­ture le mou­ve­ment ouvrier entre par­ti­san d’une « syn­di­ca­li­sa­tion géné­ra­li­sée » de la société et socia­listes dit éta­tistes, insis­tant au contraire sur la néces­sité de conqué­rir l’Etat ? Comment com­prendre sa dis­lo­ca­tion finale ? Est-elle avant tout l’histoire d’un échec ou d’une fon­da­tion ? L’histoire de la Première inter­na­tio­nale est-elle riche d’autres ensei­gne­ments ?

Lire la suite...
Ce qui est en jeu à Rio + 20

Communiqué du Groupe d’articulation inter­na­tio­nal du Sommet des peuples pour la jus­tice sociale et envi­ron­ne­men­tale, pour l’unité et la mobi­li­sa­tion des peuples pour la vie et les biens com­muns, contre la mar­chan­di­sa­tion de la nature et l' »éco­no­mie verte ».

A un mois de la confé­rence des Nations Unies Rio+20, les peuples du monde ne constatent aucunes avan­cées posi­tives dans le pro­ces­sus de négo­cia­tion qui se déroule au sein de la confé­rence offi­cielle. En effet, on ne parle ni du bilan des accords conclus à Rio 92, ni des moyens pour agir sur les causes de la crise. Les dis­cus­sions se foca­lisent sur un ensemble de pro­po­si­tions trom­peuses appelé “éco­no­mie verte” et l’instauration d’un nou­veau sys­tème de gou­ver­nance envi­ron­ne­men­tale inter­na­tio­nal, qui faci­li­te­rait leur mise en place.

Lire la suite...