Thème

Communiqués / Événements

 
NOUS SOMMES TOUS DES QUÉBÉCOIS !
TODOS SOMOS QUEBEQUENSES!

Les sous­si­gnés, uni­ver­si­taires et diri­geants étu­diants chi­liens, dénon­çons devant l’opinion publique natio­nale et inter­na­tio­nale la per­sé­cu­tion contre le mou­ve­ment étu­diant du Québec, Canada, décou­lant de la loi 78, adop­tée le jeudi 17 mai par le gou­ver­ne­ment du pre­mier ministre Jean Charest.

La loi 78, appe­lée « Loi matraque », est la plus dure depuis la Loi sur les mesures de guerre, lors de la crise d’Octobre 1970, et a été dénon­cée par nul autre que le pré­sident du Barreau de la pro­vince, ainsi que par Aministie inter­na­tio­nale, la Ligue des droits et liber­tés, les quatre prin­ci­pales cen­trales syn­di­cales et dif­fé­rentes corps uni­ver­si­taires. Cette loi res­treint les liber­tés fon­da­men­tales des citoyennes et citoyens du Québec, res­treint la liberté d’expression, la liberté de mani­fes­ter et la liberté d’association consa­crées par la Constitution et la Chartre des droits et liber­tés du Québec.

Lire la suite...
Fredric Jameson, mode d’emploi

Le moment semble venu de pro­po­ser un mode d’emploi du tra­vail de Fredric Jameson, notam­ment au vu de sa récente récep­tion fran­çaise.

Trois pre­mières tra­duc­tions sont parues en 2007, Le Postmodernisme ou la logique cultu­relle du capi­ta­lisme tardifArchéologies du futur. Le désir nommé utopie, et La Totalité comme com­plot (pre­mière partie de The Geopolitical Aesthetic) ; ont ensuite été publiés la deuxième partie d’Archéologies du futur et de The Geopolitical AestheticFictions géo­po­li­tiques et aujourd’hui L’Inconscient poli­tique. Le récit comme acte socia­le­ment sym­bo­lique, accom­pa­gné d’un article essen­tiel, « Métacommentaire »1.

Lire la suite...
« Partir des rapports sociaux de production capitalistes pour penser la pluralité apparente des rapports sociaux »

L’ouvrage d’Alain Bihr, Les rap­ports sociaux de classes,confor­mé­ment aux objec­tifs de la col­lec­tion Empreinte des édi­tions Page 2, entend consti­tuer une intro­duc­tion syn­thé­tique à l’analyse des rap­ports sociaux de classes. L’auteur adopte une approche mar­xiste actua­li­sée.

L’introduction de l’ouvrage part d’un constat : l’existence de socié­tés contem­po­raines qui se pré­sentent comme « seg­men­tées, hié­rar­chi­sées et conflic­tuelles » (p.5). Ce qui conduit l’auteur à s’interroger sur la nature d’un tel état de fait. Il dis­tingue alors trois pistes de solu­tion pos­sibles à cette ques­tion. Ces trois orien­ta­tions pos­sèdent des enjeux à la fois socio­lo­giques et poli­tiques : l’analyse maté­ria­liste mar­xiste, l’approche plu­ra­liste – classes éco­no­miques, groupes de statut et partis poli­tiques – webe­rienne et enfin l’analyse indi­vi­dua­liste qui tend en défi­ni­tive à dis­soudre les classes sociales. L’auteur jus­ti­fie ensuite le posi­tion­ne­ment mar­xiste qui est le sien dans la suite de l’ouvrage. Trois élé­ments consti­tuent pour lui l’apport incon­tour­nable de Marx : a) le fait de consi­dé­rer les classes sociales comme consti­tuées à partir des rap­ports sociaux b) la base métho­do­lo­gique maté­ria­liste c) l’appréhension des classes sociales selon une triple dimen­sion d’exploitation, de domi­na­tion et d’aliénation.

Lire la suite...
Ordre et nécessité : la pensée de droite

PENSER À DROITE
Emmanuel Terray
Éditeur : GALILÉE
161 pages /23,75 €

Résumé : Un ouvrage pas­sion­nant pro­po­sant de défi­nir un corpus cohé­rent d’axiomes de la pensée de droite. 

Dans un ouvrage lim­pide, Emmanuel Terray se pro­pose de déga­ger les inva­riants de la pensée de droite, ce qui ne l’empêche pas d’en sou­li­gner les ten­sions internes, ces der­nières étant notam­ment le pro­duit des rela­tions avec l’extrême droite et l’Eglise catho­lique.

Lire la suite...
Loi spéciale
Les chargées et chargés de cours universitaires outrés

Outrés par la façon dont le gou­ver­ne­ment traite les étu­diantes et les étu­diants du Québec, les syn­di­cats du Regroupement uni­ver­sité de la Fédération natio­nale des ensei­gnantes et des ensei­gnants du Québec (FNEEQ-CSN), réunis en ins­tance à Rimouski, ont tenu à dénon­cer l’adoption d’une loi spé­ciale et à confir­mer clai­re­ment leur appui aux étu­diants en adop­tant la pro­po­si­tion sui­vante : 

Par
Lire la suite...
Ce ne sont pas des terroristes

Nous sommes étu­diant-e-s, chargé-e-s de cours et pro­fes­seur-e-s à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM).

Nous vou­lons aujourd’hui expri­mer notre inquié­tude concer­nant le recours par le minis­tère public à la loi anti-ter­ro­riste pour juger les 4 étu­diant-e-s qui se sont rendu-e-s à la police la semaine der­nière après la publi­ca­tion de leur signa­li­sa­tion, à titre de sus­pects, dans les grands médias. Le dis­po­si­tif juri­dique de cette loi a été pensé après les évè­ne­ments du 11 sep­tembre 2001. Il donne des pou­voirs extra­or­di­naires aux corps poli­ciers. Il entraîne éga­le­ment des ten­sions sociales intenses et pour­rait avoir des réper­cus­sions désas­treuses sur la vie et l’avenir de ces quatre étu­diant-e-s. La lour­deur des charges rete­nues est mani­fes­te­ment dis­pro­por­tion­née et par­ti­cipe de la ten­dance à la cri­mi­na­li­sa­tion des mou­ve­ments sociaux.

Lire la suite...
Note de lecture
Pour sauver la planète, sortez du capitalisme

Pour sauver la pla­nète, sortez du capi­ta­lisme
Hervé Kampf
Seuil

Ce livre est à lire. Déjà par la masse des infor­ma­tions qu’il contient, ensuite par la dénon­cia­tion (à partir d’éléments par­ti­cu­liè­re­ment pro­bants et démons­tra­tifs) de la logique mor­ti­fère du capi­ta­lisme. Enfin par les pistes d’actions- de haute teneur civi­li­sa­tion­nelle – qu’il sug­gère. Même si l’on peut en contes­ter cer­taines. Une cri­tique pre­nant cer­tai­ne­ment sa source dans une appré­cia­tion dif­fé­rente non pas des dégâts pro­vo­qués à la nature et aux hommes mais de la logique propre du capi­ta­lisme.

Lire la suite...
Assurance-emploi
Un processus antidémocratique
Par
Lire la suite...
Soirée d’hommage à François Cyr (1952-2012)
COMMUNIQUÉ
Une violence inacceptable et une enquête publique et indépendante exigée

En confé­rence de presse, la Coalition oppo­sée à la tari­fi­ca­tion et à la pri­va­ti­sa­tion des ser­vices publics, qui a orga­nisé la grande mani­fes­ta­tion uni­taire à Victoriaville le 4 mai der­nier en marge du Conseil géné­ral du Parti libé­ral du Québec, a tenu à faire connaître à la presse cer­tains faits majeurs, et incon­nus, concer­nant les abus poli­ciers qui ont eu lieu dans le cadre de cette mani­fes­ta­tion. « On recense envi­ron 400 bles­sures mineures trai­tées par des médics, dont des plaies ouvertes (cer­taines néces­si­tant des points de suture), des brû­lures aux yeux, des ecchy­moses cau­sées par des pro­jec­tiles, des dif­fi­cul­tés res­pi­ra­toires dues aux gaz, des che­villes fou­lées. C’est ça le mes­sage de dia­logue que veut lancer le gou­ver­ne­ment ? », s’exclame Johanne Nasstrom, de la Coalition des Tables Régionales d’Organismes Communautaires (CTROC) et co-porte-parole de la Coalition oppo­sée à la tari­fi­ca­tion et à la pri­va­ti­sa­tion des ser­vices publics.

Par
Lire la suite...