Thème

Communiqués / Événements

 
Les rapports sociaux de classes – Alain Bihr

Alain Bihr, Les rap­ports sociaux de classes,
Lausanne, Editions Page deux, 2012. 

Cet ouvrage s’adresse à ceux et celles qui sus­pectent les dis­cours cher­chant à faire croire que les socié­tés contem­po­raines évo­lue­raient vers la consti­tu­tion d’une « classe moyenne » englo­bant l’immense majo­rité de leur popu­la­tion. Des dis­cours qui tiennent pour négli­geable le creu­se­ment continu, mani­feste et acca­blant des inéga­li­tés sociales, qui masquent que ce sont là les effets des « lois du marché » mais aussi de poli­tiques déli­bé­rées mises en œuvre par les diri­geants des groupes indus­triels et finan­ciers et par les gou­ver­nants qui en défendent les inté­rêts.

Lire la suite...
Lancement du Webzine « Nous autres »
NOUS AUTRES se présente…

Parce que nous sommes nom­breux à être sortis de l’ombre où un capi­ta­lisme triom­phant nous avait relé­gué, nous avons res­senti le besoin de nous regrou­per pour écrire, filmer, créer. Pour témoi­gner, en somme, des évé­ne­ments extra­or­di­naires qui secouent le confort et l’indifférence du Québec. [Éditorial]

Nous y sommes. Après des mois de débats, de réflexions, d’analyses, de créa­tion, de pleurs, d’espoirs - d’indignation, sur­tout. L’indignation enfin conju­guée au Nous. Des voix qui se retrouvent dans la soif du dia­logue, de recons­truire une vie en com­mune qui nous ras­semble plutôt qu’elle nous divise.

Ce « pre­mier numéro » du maga­zine Nous Autres est à l’image de la diver­sité des expé­riences et des points de vues de ses arti­sans. Bien qu’il évo­luera dans les pro­chains jours en vous pro­po­sant de nou­velles paru­tions, il vous offre dès sa mise en ligne deux dou­zaines de textes et de docu­ments vidéos pro­duits par ses membres fon­da­teurs et quelques col­la­bo­ra­teurs externes.

Lire la suite...
Chez M éditeur : nouveautés de l’automne 2012
  • Le prin­temps des carrés rouges. Lutte étu­diante, crise sociale, loi liber­ti­cide, démo­cra­tie de la rue. 
  • La crise et la gauche. Conséquences sociales et poli­tiques de la crise finan­cière mon­diale. 
  • L’école au ser­vice de la classe domi­nante. 
  • Ne comp­tons que sur nos propres moyens. 
  • L’État rouage de notre exploi­ta­tion. 
  • Black and Red. Les mou­ve­ments noirs et la gauche aux États-Unis, 1850-2010. 
  • Indianisme et pay­san­ne­rie en Amérique latine. Socialisme et libé­ra­tion natio­nale. 
  • Hugo Chávez et la révo­lu­tion boli­va­rienne. Promesses et défis d’un pro­ces­sus de chan­ge­ment social. 

Lire la suite...
François Cyr, un homme au service du peuple et de ses luttes

François s’est joint en deux temps à notre équipe, équipe qui existe depuis 1982 et qui est com­po­sée pour l’essentiel de mili­tants pro­ve­nant d’organisations étu­diantes, syn­di­cales, de défense de droits sociaux et/​ou poli­tiques, soit une équipe à son image. Il est venu y effec­tuer son stage du Barreau en 1991 et fut notre loca­taire pen­dant 9 mois à titre d’avocat, le temps que les cama­rades de son équipe des sciences juri­diques soient prêts à ouvrir un bureau et hono­rer ainsi sa pro­messe de s’associer avec eux.

Lire la suite...
Aux « marges » : Marx sur le nationalisme, l’ethnicité et les sociétés non occidentales
Une théorie dialectique plurilinéaire du devenir social

Nous publions ici la conclu­sion d’un ouvrage impor­tant, édité en 2010 par l’University of Chicago Press (336 pages) et ayant pour titre : Marx at the Margins : On Nationalism, Ethnicity, and Non-Western Societies. L’auteur, Kevin B. Anderson, est pro­fes­seur de socio­lo­gie et de sciences poli­tiques à l’université de Californie Santa Barbara. L’ouvrage est consa­cré aux écrits de Marx dédiés au natio­na­lisme, à l’ethnicité et aux socié­tés non occi­den­tales. Cet ouvrage est, en quelque sorte, le pen­dant thé­ma­tique à la pas­sion­nante intro­duc­tion que Robin Blackburn a consa­crée à une partie des écrits de Marx sur la Guerre civile amé­ri­caine : Karl Marx/​Abraham Lincoln. Une révo­lu­tion inache­vée. Sécession, guerre civile, escla­vage et éman­ci­pa­tion aux Etats-Unis, (Éditions Syllepse, 2012, pour la tra­duc­tion fran­çaise). En se cen­trant sur ces ques­tions, l’auteur – qui par­ti­cipe au tra­vail de nou­velle publi­ca­tion des œuvres com­plètes de Marx et d’Engels (la MEGA II) – met à mal l’affirmation de ceux et celles qui font de Marx une espèce d’apologue du déve­lop­pe­ment capi­ta­liste comme pré­cur­seur d’une société socia­liste. Il met à mal éga­le­ment l’idée, assez répan­due dans cer­tains cou­rants dits mar­xistes-léni­nistes, selon laquelle sa pré­oc­cu­pa­tion exclu­sive por­tait sur les classes sociales et les rela­tions Capital-Travail.

Lire la suite...
COMMUNIQUÉ
Les Nouveaux Cahiers du Socialisme vous invitent à son université populaire d’été du 16 au 18 août 2012 à l’UQAM sous le thème : S’ORGANISER, RÉSISTER, VAINCRE
Pour diffusion immédiate

Affichette – PDF

Montréal, le 19 Juillet 2012 — Les Nouveaux Cahiers du Socialisme (NCS) invitent la popu­la­tion et les repré­sen­tants des médias à par­ti­ci­per à la troi­sième édi­tion de son uni­ver­sité popu­laire les 16, 17 et 18 août 2012, à l’UQAM. À la veille de la ren­trée, le moment est chaud. Les mou­ve­ments popu­laires, étu­diants en tête, vont pour­suivre et accen­tuer les extra­or­di­naires mobi­li­sa­tions du « prin­temps érable ». De cela s’esquisse un projet de société huma­niste, éco­lo­giste, fémi­niste. Entre-temps, les domi­nants veulent remettre cela en cri­mi­na­li­sant la dis­si­dence sociale et en espé­rant que le gou­ver­ne­ment de Jean Charest soit réélu. Tous les ingré­dients sont là pour une crise sociale pro­lon­gée qui peut débou­cher de mille manières. Ce sont ces ques­tions et d’autres que l’université des NCS pourra abor­der grâce aux apports de plus de 140 per­sonnes res­sources et de nom­breux mili­tants, mili­tantes, cher­cheurs et cher­cheurs de tous les milieux.

Lire la suite...
L’accélération comme moteur de l’aliénation

Note de lec­ture. ROSA Hartmut, Aliénation et accé­lé­ra­tion. Vers une théo­rie cri­tique de la moder­nité tar­dive, Paris, La Découverte, 2012. 153 p. 16€. Comment refon­der la théo­rie cri­tique à partir d’un point de vue uni­fi­ca­teur des tra­vers de nos socié­tés : le temps qui s’accélère et qui, de ce fait, exerce une emprise de plus en plus pres­sante sur nos vies ordi­naires ?

Lire la suite...
L’héritage explosif de Franz Fanon

La dis­pa­ri­tion de David Macey dont nous appre­nons le décès ce 7 octobre 2011 par un mes­sage de la fon­da­tion Frantz Fanon m’a choqué. Pourtant, il y a peu encore, j’ignorais jusqu’à l’existence de ce conscien­cieux bio­graphe qui s’en va à soixante-deux ans, sans avoir vu la paru­tion en fran­çais de son œuvre magis­trale, « Frantz Fanon, Une vie », prévue dans quelques jours. Ce sen­ti­ment diffus de tra­gé­die mêlée d’injustice vient peut-être d’un rap­pro­che­ment plus ou moins conscient avec de fâcheux évé­ne­ments, simi­laires ou proches. À com­men­cer par la lutte opi­niâtre de Fanon lui-même pour ter­mi­ner « Les damnés de la terre », tout en se sachant irré­mé­dia­ble­ment condamné. Vient ensuite son décès, trois mois et demi avant la signa­ture des accords d’Evian met­tant fin à la sale guerre d’Algérie, en mars 1962. Sur le même registre, le trou­blant assas­si­nat d’Amilcar Cabral, six mois avant l’indépendance de la Guinée-Bissau, le combat de sa vie. Bref, autant de coïn­ci­dences géné­rant une ultime frus­tra­tion qui laisse l’homme amer, impuis­sant et soli­taire, face à la ter­rible iné­luc­ta­bi­lité de sa des­ti­née per­son­nelle.

Lire la suite...
Réindustrialisation écologique, nouvelles coopérations

Il peut paraître para­doxal de parler de réin­dus­tria­li­sa­tion alors que l’essor de l’industrie s’est his­to­ri­que­ment accom­pa­gné d’une explo­sion des dépenses d’énergie et des émis­sions de CO2. Mais cette for­mule de « réin­dus­tria­li­sa­tion éco­lo­gique » n’est pour­tant pas un oxy­more, tout sim­ple­ment parce que toute mesure contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique implique des inves­tis­se­ments maté­riels, qu’il s’agisse par exemple d’énergies renou­ve­lables ou d’isolation des loge­ments. Le para­doxe n’est donc qu’apparent, et cette approche permet au contraire de dres­ser un pont vers un nou­veau mode de déve­lop­pe­ment qui consti­tue une alter­na­tive cohé­rente à la faillite du capi­ta­lisme.

Lire la suite...
Marx écologiste

MARX ÉCOLOGISTE de John Bellamy Foster, aux édi­tions Amsterdam

Marx éco­lo­giste ? L’opinion cou­rante est que Marx et le mar­xisme se situent du côté d’une moder­nité pro­mé­théenne, anthro­po­cen­trée, qui ne consi­dère la nature que pour mieux la domi­ner et l’exploiter, selon une logique pro­duc­ti­viste qui fut celle tant du capi­ta­lisme que du socia­lisme his­to­rique. L’écologie, comme dis­ci­pline scien­ti­fique et comme poli­tique, aurait ainsi à se construire en rup­ture avec l’héritage mar­xiste ou, du moins, au mieux, en amen­dant consi­dé­ra­ble­ment celui-ci pour qu’il soit pos­sible de lui adjoindre des pré­oc­cu­pa­tions qui lui étaient fon­da­men­ta­le­ment étran­gères.

Lire la suite...