Alliances électorales avec le PQ, pas question !

Par Mis en ligne le 26 janvier 2012

C’est un membre que QS très en colère qui vous écrit sur le coup de la nou­velle. Le ton de ma lettre est fort peu aimable mais il est à la mesure de ma colère. Je suis tel­le­ment déçu d’apprendre ce matin que QS consi­dère, même très timi­de­ment, la pos­si­bi­lité d’une alliance tacite ou ouverte avec le PQ afin de battre Charest et/​ou de gagner quelques sièges de plus à l’assemblée natio­nale.

Cela fait depuis 1975, donc un an avant l’élection du PQ, que je suis syn­di­ca­liste, socia­liste et indé­pen­dan­tiste et ça fait 37 ans que je me fais servir la même soupe par les péquistes : « hors du PQ point de salut, les sou­ve­rai­nistes sin­cères ne peuvent envi­sa­ger de former un autre parti poli­tique tant et aussi long­temps que le Québec n’est pas un pays car toute divi­sion des votes est inad­mis­sible et fait recu­ler la sou­ve­rai­neté ». Trente sept ans c’est long avec la même soupe indi­geste qui a servi à noyer tous les pro­jets d’organisation ouvrière et popu­laire indé­pen­dan­tiste, sou­ve­rai­niste socia­liste de toute teinte. C’est d’autant plus long qu’au fil de ces 37 ans le PQ a eu le temps de deve­nir un véri­table parti néo­li­bé­ral tota­le­ment dévoué aux poli­tiques de libre échange et la sou­ve­rai­neté péquiste a perdu toute saveur sociale pour s’auto-limiter à la défense de la langue. On peut tout perdre aux mains des poli­tiques néo­li­bé­rales en autant que c’est en fran­çais qu’on recule… Pas très moti­vant comme poli­tique.

QS est, de par sa for­ma­tion, son exis­tence, l’expression qu’autre chose est néces­saire, qu’une autre façon de faire de la poli­tique est néces­saire, qu’un autre pro­gramme est nécessaire,et, l’idée de faire une alliance, ou même donner l’impression qu’on serait peut-être prêts à en faire une tra­duit un manque de vision de ce que ça veut faire de la poli­tique autre­ment.

La Châtelaine de l’Ïle Perrot (Marois) est aux abois. Elle a choisi ouver­te­ment et en toute connais­sance de cause d’envoyer un mes­sage clair au monde patro­nal de droite en s’associant à la lie du néo­li­bé­ra­lisme soit le tandem Labaume-PKP pour le crisse d’auditorium construit à nos frais et au profit de PKP. La Castafiore était même prête à perdre 5 dépu­tés piliers de son parti pour envoyer son mes­sage clair au monde des affaires et à la droite en géné­ral : doré­na­vant, on est en busi­ness au PQ….l’influence des groupes popu­laires et syn­di­caux au PQ c’est chose du passé…

Même pour un parti habi­tué à avaler des cou­leuvres, celle-là a très mal passé et depuis, la Reine du PQ ne cesse de voir son étoile pâlir. Du coup, comme par magie, elle s’accommode de rumeurs de pos­si­bi­li­tés d’alliance avec QS. Tiens donc…quel hasard ! La même Marois qui a écrasé sans état d’äme le Club poli­tique des syn­di­ca­listes (Laviolette et Pierre Dubuc), dans la plus pure tra­di­tion de défense de « l’unité du parti », se trouve, spon­ta­né­ment, de l’ouverture, elle se fait sou­dai­ne­ment ras­sem­bleuse…. Non mais vous fumez quoi au juste chers cama­rades pour mordre à une si gros­sière manoeuvre ?

Car dites-vous bien qu’il ne s’agit que d’une manoeuvre cir­cons­tan­cielle, Qs sera flushé encore plus vite que le club de Laviolette lorsque la crise interne sera passée. Quiconque entre­tien l’illusion que le PQ renonce à ses « droits de pro­prié­tés exclu­sifs sur la sou­ve­rai­neté » a besoin d’une douche froide…. La rumeur ne vivra pas au delà des aléas des luttes internes au PQ et, chers cama­rades, vous vous lais­sez deve­nir de vul­gaires pions dans ce jeu interne au PQ et aux échecs, des pions c’est fait pour être sacri­fiés pour sauver la reine, un point c’est tout.

Qs ne peut que perdre sa légi­ti­mité à lais­ser flot­ter de telles rumeurs car si le PQ est fré­quen­table alors pour­quoi voter QS après tout ?

Personne n’a donc pris de notes lorsque les conser­va­teurs ont pro­fité du projet d’alliance des libé­raux avec le NPD sous l’oeil consen­tant du Bloc pour s’affirmer comme les seuls « lea­ders ayant des prin­cipes » ?

Plus grave à mons sens est le fait que cela tra­duit un manque de com­pré­hen­sion du fait que l’électorat en a ras le bol des poli­ti­ciens qui virent de bord, et/​ou qui ajustent leur dis­cours au gré du vent. On vient de perdre une crisse de belle occa­sion de dire qu’on est au dessus de toute cette peti­tesse oppor­tu­niste.

Vraiment, le parti ne se construira jamais de cette façon, ceux et celles qui entre­tiennent l’espoir de rac­cour­cis viennent de se ral­lon­ger la route…. car il y a un prix à payer sur­tout pour les pro­gres­sistes dans ces jeux mal­adroits.

Jean-Pierre Daubois

À titre d’information, et en pré­ci­sant que mon opi­nion n’engage que moi et non mon orga­ni­sa­tion, je vous pré­cise que je suis Conseiller syn­di­cal à la Fédération de la santé et des ser­vices sociaux de la CSN.

Les commentaires sont fermés.