Alléger le fardeau de la classe moyenne, c’est une question de choix !

Par Mis en ligne le 12 février 2012

Le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, dépo­sera d’ici quelques semaines son budget 2012-2013. En confé­rence de presse, l’Alliance sociale l’a enjoint de dépo­ser enfin un budget favo­rable à la classe moyenne et aux plus dému­nis, dure­ment atta­qués lors des der­niers exer­cices bud­gé­taires. L’Alliance sociale estime que les hausses de tarifs tous azi­muts ne res­pectent pas la capa­cité de payer de la majo­rité de la popu­la­tion québécoise.

En par­ti­cu­lier, la hausse des droits de sco­la­rité de 1625 $ et la taxe santé de 200 $ par contri­buable sont des attaques fron­tales contre la classe moyenne et les plus dému­nis. Toutes les études sérieuses le disent : la hausse des frais de sco­la­rité réduira l’accessibilité aux études supé­rieures. Qui plus est, cette hausse injus­ti­fiée tou­chera de plein fouet non seule­ment les étu­diants et les étu­diantes, mais éga­le­ment leurs parents qui, pour une bonne part, défraient déjà les coûts asso­ciés aux études de leurs enfants. Il s’agit d’une dépense sup­plé­men­taire qui s’ajoute au far­deau de ces familles. L’Alliance sociale demande au gou­ver­ne­ment le retrait des hausses pré­vues au cours des pro­chaines années.

L’Alliance sociale exige éga­le­ment une nou­velle fois le retrait de la taxe santé, qui ne tient pas compte de la capa­cité de payer de chacun. En clair, cela signi­fie qu’une per­sonne qui gagne 15 000 $ par année paie le même mon­tant qu’un mil­lion­naire. De sur­croît, comme leurs reve­nus sont moins élevés, cette taxe péna­li­sera davan­tage les femmes. Pour une mère mono­pa­ren­tale à bas salaire, ces 200 $ peuvent être pré­cieux pour ache­ter de la nour­ri­ture, des médi­ca­ments ou pour sub­ve­nir à d’autres besoins de ses enfants. Selon l’Alliance sociale, cette mesure injuste défie le bon sens et doit être retirée.

Afin de finan­cer les ser­vices publics, le gou­ver­ne­ment doit aller cher­cher l’argent là où il se trouve : dans la poche des contri­buables les plus riches et des entre­prises ren­tables. Lors de sa ren­contre pré­bud­gé­taire de l’an der­nier (le ministre a refusé de rece­voir l’Alliance sociale cette année), le regrou­pe­ment avait pro­posé de res­ser­rer les cré­dits et les congés fis­caux des entre­prises et de haus­ser sub­stan­tiel­le­ment les rede­vances minières. Par ailleurs, contrai­re­ment à la tari­fi­ca­tion des ser­vices qui touche tous les por­te­feuilles de la même façon, l’impôt prend en compte la capa­cité de payer des contri­buables. L’Alliance sociale pro­pose donc l’ajout d’un qua­trième taux d’imposition de 28 % pour les reve­nus de plus de 127 000 $ par année. Enfin, l’Alliance pro­pose l’introduction d’une taxe sur les biens de luxe et une baisse du prix des médicaments.

Vous trou­ve­rez les pro­po­si­tions de l’Alliance sociale dans la sec­tion Documents de sa page Internet au www​.allian​ce​so​ciale​.org.

Profil de l’Alliance
Fédération des tra­vailleurs et tra­vailleuses du Québec (FTQ), Confédération des syn­di­cats natio­naux (CSN), Centrale des syn­di­cats du Québec (CSQ), Centrale des syn­di­cats démo­cra­tiques (CSD), Syndicat de la fonc­tion publique du Québec (SFPQ), Alliance du per­son­nel pro­fes­sion­nel et tech­nique de la santé et des ser­vices sociaux (APTS), Syndicat de pro­fes­sion­nelles et pro­fes­sion­nels du gou­ver­ne­ment du Québec (SPGQ), Fédération étu­diante uni­ver­si­taire du Québec (FEUQ), Fédération étu­diante col­lé­giale du Québec (FECQ)

FTQ : Jean Laverdière, 514 893-7809 ; CSN : Jacqueline Rodrigue, 514 773-0060 ; CSQ : Marjolaine Perreault, 514 235-5082 ; CSD : Jacques Désy, 514 231-1273 ; SFPQ : Éric Lévesque, 418 564-4150 ; APTS : Francis Boucher, 514 609-2906 ; SPGQ : Michel Monette, 418 254-9218 ; FEUQ : Mathieu Le Blanc, 514 609-3380 ; FECQ : Charlotte Watson, 514 554-0576.

Les commentaires sont fermés.