Loi per­met­tant aux étu­diants de rece­voir l’enseignement dis­pensé par les éta­blis­se­ments de niveau post­se­con­daire qu’ils fré­quentent / Les groupes sociaux appellent à par­ti­ci­per à la mani­fes­ta­tion du 22 mai

Montréal, 21 mai 2012 – La Coalition oppo­sée à la tari­fi­ca­tion et à la pri­va­ti­sa­tion des ser­vices publics invite la popu­la­tion à par­ti­ci­per à la mani­fes­ta­tion le 22 mai orga­ni­sée par la CLASSE. Suite à l’adoption hon­teuse de la Loi per­met­tant aux étu­diants de rece­voir l’enseignement dis­pensé par les éta­blis­se­ments de niveau post­se­con­daire qu’ils fré­quentent, le 18 mai der­nier, la Coalition affirme sa volonté de pour­suivre la lutte contre la tari­fi­ca­tion et la pri­va­ti­sa­tion des ser­vices publics notam­ment en ayant recours au droit à la liberté d’expression et à la mani­fes­ta­tion. Ainsi, la Coalition réitère son appui au mou­ve­ment étu­diant et annonce un plan de riposte à la révo­lu­tion tari­faire.

Une loi « très » spéciale

Cette loi spé­ciale bafoue les liber­tés fon­da­men­tales pro­té­gées par les Chartes cana­dienne et qué­bé­coise des droits et liber­tés ; les liber­tés d’expression, de réunion paci­fique et d’association. La loi spé­ciale limi­tera for­te­ment les citoyenEs dans leur droit de mani­fes­ter leurs opi­nions à l’endroit qu’ils dési­rent et elle inter­dira tout type d’exercice spon­tané de la liberté d’expression ou de réunion paci­fique. « Cette loi est une attaque majeure aux droits fon­da­men­taux ! On a rare­ment vu quelque chose de cette ampleur au Québec ! » s’insurge Francis Lagacé, vice-pré­sident du Conseil cen­tral Montréal métro­po­li­tain de la CSN et res­pon­sable des dos­siers édu­ca­tion.

Appel à une riposte sociale

La Coalition appelle la popu­la­tion à ne pas céder à la cam­pagne de peur orches­trée par le gou­ver­ne­ment Charest et à être nom­breuse dans les rues de Montréal à l’occasion de la mani­fes­ta­tion étu­diante de demain. Les membres de la Coalition seront effec­ti­ve­ment nom­breux lors cette mani­fes­ta­tion.

La Coalition pré­pare par ailleurs une riposte sociale à la révo­lu­tion tari­faire impo­sée depuis plus de 2 ans par le gou­ver­ne­ment libé­ral. Une jour­née natio­nale d’actions, par­tout à tra­vers le Québec, ainsi qu’une cam­pagne d’éducation popu­laire mas­sive sont pré­vues dans les pro­chaines semaines. Les membres de la Coalition se sont éga­le­ment donnés comme mandat de réflé­chir sérieu­se­ment à la pos­si­bi­lité d’une grève sociale dans chacun des groupes de bases et des regrou­pe­ments. « Ce gou­ver­ne­ment, qui dit vou­loir rame­ner la paix sociale avec sa loi spé­ciale, ne fait qu’exacerber la grogne popu­laire. Dans ce contexte où le gou­ver­ne­ment laisse craindre une dan­ge­reuse dérive auto­ri­taire, il est de notre devoir de ne pas nous taire et d’exiger un débat public non seule­ment sur le res­pect des droits fon­da­men­taux, mais sur la fis­ca­lité, les poli­tiques sociales et l’avenir de notre société ! » conti­nue Véronique Laflamme, du Front d’Action popu­laire en réamé­na­ge­ment urbain (FRAPRU).

La Coalition rap­pelle que, avec la hausse des frais de sco­la­rité de 1625$ sur 5 ans ou de 1778$ sur 7 ans, le gou­ver­ne­ment libé­ral ira cher­cher, à terme, 265 mil­lions de dol­lars par année alors que depuis plus de deux ans, la Coalition pro­pose plu­sieurs alter­na­tives fis­cales per­met­tant d’aller cher­cher des reve­nus beau­coup plus impor­tants pour l’État. À titre d’exemple, ajou­ter un seul palier d’imposition per­met­trait d’aller cher­cher 950 mil­lions $ par année. « Au lieu de limi­ter les droits de toute la popu­la­tion y com­pris des étudiantEs et de haus­ser les frais de sco­la­rité, le gou­ver­ne­ment aurait dû effec­tuer une réforme juste et équi­table de la fis­ca­lité » conclut Alexa Conradi, pré­si­dente de la Fédération des femmes du Québec.

-30-

Renseignements :
Véronique Laflamme, FRAPRU : 418- 956-3403
Nastasia Deleville, FFQ : 514-717-4847

La Coalition oppo­sée à la tari­fi­ca­tion et à la pri­va­ti­sa­tion des ser­vices publics regroupe quelques 140 orga­ni­sa­tions com­mu­nau­taires, étu­diantes, fémi­nistes et syn­di­cales ayant des assises dans toutes les régions du Québec. Elle a été fondée à l’automne 2009. Pour plus d’information, visi­tez le site web au http://​www​.nonaux​hausses​.org/ .

Les commentaires sont fermés.