ENtete_1070x128pxpx

INFOLETTRE des NCS

6 novembre 2021
Merci de partager largement

Lancement du no 26 réussi, le 7 octobre 2021

bamdeau-ncs-26

Nous remercions chaleureusement les autrices et auteurs invités :


    • Claude Lessard, professeur, sociologue et ex-président du Conseil supérieur de l'éducation au moment du rapport Remettre le cap sur l'équité (2016)
    • Chloé Domingue-Bouchard, enseignante de formation et conseillère syndicale
    • Élyse Bourbeau, enseignante, féministe et syndicaliste
    • Wilfried Cordeau, conseiller syndical et candidat à la maîtrise en éducation
    • Jean Trudelle, ex-président de la FNEEQ-CSN, professeur à la retraite, militant de Debout pour l'école!

    Nous remercions également les personnes qui se sont déplacées pour ce sympathique lancement.

    lancement-1
    lancement2
    lancement3
    lancement4
    lancement5
    lancement6
    lancement7

    Présentement en librairie et kiosque

    NCS-26-Couverture

    Présentation du numéro

    Quarante années de néolibéralisme ont grandement érodé L’État-providence. L’idéologie du « tout au marché » et la recherche effrénée de productivité ont graduellement gangrené les systèmes d’éducation et aggravé les inégalités que l’école publique, après la période d’après-guerre, était censée compenser. La gestion de l’école publique a aussi été transformée en profondeur. Alors que l’éducation est un domaine relationnel, les normes de la nouvelle gestion publique sont destinées souvent à n’être que l’instrument d’une efficience à tout prix, définie exclusivement à partir de critères quantifiés.

    C’est avec cette toile de fond que le dossier du dernier numéro des NCS s’est construit : les promesses sociétales sur lesquelles l’école québécoise, fleuron de la Révolution tranquille, s’est modernisée, tiennent-elles encore le coup ? Entrevoit-on des perspectives ou des voies alternatives, ou de résistance ?
    La convergence des textes des différents auteurs et autrices tire la sonnette d’alarme sur ce que l’on pourrait appeler le gâchis néolibéral. Il est urgent d’agir.

    Le combat de l’école est indissociable du combat politique. Aussi est-il temps de repolitiser l’éducation et de la remettre au cœur de la lutte pour la justice sociale.

    ENtete_1070x128pxpx

    Résister pour les générations à venir

    Jean Trudelle, Le Devoir 12 octobre 2021
    L’école québécoise va mal. De larges pans du système scolaire se dégradent peu à peu depuis longtemps, résultat d’une incurie systématique. Les problèmes abondent et ils sont graves : l’inacceptable ségrégation scolaire ; la lourdeur de la tâche des personnels scolaires qui en amène plusieurs à abandonner la profession en pleinepénurie de personnel ; la démocratie défaillante des institutions scolaires ; l’envahissement mercantile et sans balises des technologies de l’information et de la communication (TIC) ; l’insuffisance de moyens pour soutenir les élèves les plus démunis ; le piètre état du parc immobilier ; le matériel scolaire insuffisant ; le peu de considération et de moyens dévolus à l’éducation des adultes et à la formation professionnelle…

    Comment résister ?

    Ces dégradations ont suscité, au cours des dernières années, plusieurs mouvements spontanés de résistance citoyenne, des regroupements volontaires motivés par l’indignation face à un aspect ou à un autre de la situation actuelle et mus par la volonté de réveiller les consciences… mais avec, chacun, fort peu de moyens.

    Le mouvement Je protège mon école publique a été le premier de ces regroupements spontanés, et probablement celui qui, jusqu’ici, a eu le plus de résonance avec ses chaînes humaines autour de l’école pour la protéger symboliquement des attaques. L’idée a fait boule de neige et, au fil des mois, plus de 125 000 personnes ont participé à des manifestations semblables dans près de 600 écoles.

    Pour la suite :
    https://www.ledevoir.com/opinion/idees/639603/ecole-publique-resister-pour-les-generations-a-venir

    Les élections municipales à Montréal,
    un point de vue de gauche

    Eric Shragge , Jason Price, Mostafa Henaway, co-auteurs de La politique urbaine à Montréal : Guide des citoyen.ne.s, Black Rose Books, 2021

    On est au milieu d’une campagne électorale à Montréal pour la mairie et le conseil municipal qui semble être une répétition de la dernière campagne, avec un Denis Coderre rebaptisé qui défie Valérie Plante. Balarama Holness est à la tête d’une troisième équipe, le Mouvement Montréal. Et au niveau des arrondissements, plusieurs partis locaux se disputent des postes.

    Il y a beaucoup en jeu dans cette élection, à la fois pour répondre aux conditions d’avant la pandémie et pour réparer ses conséquences. Il y a urgence pour l’avenir de la ville et de la planète. Les défis fondamentaux sont le changement climatique, les inégalités socio-économiques et sociales, y compris de race et de genre, et la nécessité de construire une véritable démocratie urbaine.
    Tant les partis en compétition que les autres candidat.e.s qui se présentent doivent être mises au défi de répondre à ces problèmes. Les leçons importantes de notre livre nous amènent à examiner l’interaction entre les structures et le contexte spécifique qui façonnent les problèmes et les options, ainsi que l’action des citoyennes et des citoyens dans leurs quartiers, dans les lieux de travail, ainsi que dans les mouvements sociaux qui luttent pour leurs revendications.

    Le pouvoir inégal

    Le pouvoir est inégalement partagé. Une part importante est entre les mains du capital privé, lui permettant de façonner le paysage urbain. Cependant, les chapitres de notre livre démontrent le contre-pouvoir que les syndicats, les organisations communautaires et les mouvements sociaux peuvent exercer pour contester le processus de développement capitaliste, force dominante qui façonne la ville.

    Pour la suite :


    Comment renouveler la solidarité avec Haïti ?


    Évènement organisé vendredi 12 novembre à 17h par la Commission altermondialiste de Québec Solidaire à la Maison d’Haïti à Montréal
    Les dernières semaines ont été très mouvementées en Haïti, comme c’est le cas depuis maintenant plus d’un an! Dans la capitale de Port-au-Prince, les gangs armés enlèvent, volent, cambriolent, violent et tuent sans inquiétude. Si le kidnappe des religieux américains a fait les manchettes, les informations en provenance d’Haïti indiquent des centaines d’enlèvements de citoyens-nes de la place depuis un an.

    Quelle est la situation réelle en Haïti? Après le tremblement de terre en août, c’est le blocage des réfugiés au Texas par l’administration américaine en septembre, puis les enlèvements en octobre qui font les manchettes internationales sur Haïti.

    Au Québec, la population et plusieurs réseaux veulent et tentent de se solidariser avec le peuple haïtien. Qui devons-nous aider? Comment pouvons-nous le faire? À qui faire confiance? Même l’aide humanitaire est politisée par les gouvernements occidentaux pour leur permettre de dire qu’ils font «tout ce qu’ils peuvent». Pendant ce temps, au conseil de sécurité de l’ONU, Haïti est objet de controverse entre la Chine et les États-Unis, qui finissent toutefois par s’entendre pour reconduire la force onusienne sur place, qui est dénoncée en Haïti pour son inaction!

    Dans une rencontre en présence et en ligne, nous voulons faire le point sur la situation en Haïti et sur la solidarité à développer. D’une part, une présentation succincte pourrait partager quelques caractéristiques de la situation et de répondre aux questions de l’auditoire. D’autre part, dans une deuxième partie, un portrait rapide de la solidarité qui s’est développée au Québec depuis des années, permettrait d’introduire les formes possibles de solidarité dans le contexte actuel en Haïti et en donnant, entre autres, la parole à des réseaux qui sollicitent l’appui de la population à partir de campagnes réalisées soit ici ou à partir d’Haïti.

    Nous pensons à KORAL, GISROMH, Tèt Kole Ti Peyisan Ayisyen, d’autres à venir. Nous souhaitons offrir à la fois une plate-forme à différents réseaux d’ici et d’Haïti et de présenter l’action qu’ils mènent et différentes façons d’aider la population à faire face à la crise dans laquelle elle se retrouve.

    À propos de la crise climatique

    Les NCS en format numérique

    Il est possible de s’abonner à la revue les Nouveaux Cahiers du socialisme (NCS) sous format numérique PDF (25 $/an) ou d'acheter un numéro au format numérique PDF (14 $) directement sur le site des NCS :

    Les NCS sur Érudit

    Depuis le n° 14, les NCS sont disponibles via les bibliothèques des cégeps et des universités abonnés à la plate-forme ÉRUDIT. Celle-ci est devenue l’un des véhicules importants pour la diffusion électronique des revues savantes et culturelles dans les milieux collégial et universitaire.

    Numéros récents

    Vous recevez cette Infolettre parce que vous nous avez communiqué votre courriel lors d'un événement organisé par les NCS, lors d'un achat ou abonnement de la revue ou bien vous vous êtes abonné directement sur notre site. Vous pouvez en tout temps résilier votre abonnement à notre Infolettre en cliquant sur l'un des lien ci-bas.
    facebook youtube 

    Pour nous suivre

    Le site des NCS : www.cahiersdusocialisme.org
    Page Fa­ce­book : CapNcs
    Groupe Fa­ce­book : De­venez membre
    Vidéos NCS : YouTube/CAPNCS
    Capsule Vidéo de La Fabrique culturelle : L'avenir du socialisme

    Pour s'abonner aux NCS

    Fi­na­le­ment, il est tou­jours temps de vous abonner à la revue et de re­ce­voir les NCS au format papier à votre do­mi­cile : nous avons de très bons ta­rifs pour les étu­diantes et les étu­diants et des ra­bais pour les abon­ne­ments de deux ans. La livraison est incluse dans le prix.

    À noter éga­le­ment : il est pos­sible de se pro­curer en ligne et à l'unité les an­ciens numéros papier des NCS sur notre site ou en­core en pas­sant à la Coop-UQAM qui tient tous les nu­méros.

    L’équipe des NCS
    cap@cahiersdusocialisme.org
    Nouveaux Cahiers du socialisme
    Collectif d’analyse politique
    CP 35062 Fleury, Montréal, QC, Canada H2C 3K4
    site web : www.cahiersdusocialisme.org
    courriel : cap@cahiersdusocialisme.org