ENtete_1070x128pxpx

INFOLETTRE des NCS

9 mai 2021
Merci de partager largement

NUMÉRO SPÉCIAL

grande-transition-2021-titre
grande-transition-2021-logo

La Grande transition en ligne du 20 au 23 mai

CONSTRUIRE L'UTOPIE

Une des leçons politiques les plus profondes de la conjoncture actuelle est de mettre en lumière la crise de la gauche radicale. L’usage des termes « antiracisme », « anticapitalisme », « changer le système (pas le climat!) » ou « un autre monde est possible » exprime dans tous les cas une impulsion politique négative qui illustre la difficulté à formuler un projet positif, à la fois désirable, viable et possible. L’heure n’est plus aux bilans. Le monde en crise exige de nous un travail de construction d’utopies. C’est dans cette perspective que La Grande transition vous invite à une grande conférence pour alimenter la réflexion sur des modèles alternatifs et de nouvelles stratégies politiques adaptées à notre contexte. Au programme, plusieurs sessions portant sur l’internationalisme radical, les alternatives au capitalisme numérique, l’économie politique du handicap et la démocratisation des syndicats.

Consultez le programme et les modalités d'inscription

Où on s’en va ?

La crise de 2007-08 a débouché sur une crise de légitimité du néolibéralisme. Ainsi, de nouvelles forces de contestation ont émergé: on peut penser au mouvement des places (Printemps arabe, Indignados, Occupy Wall Street), à #Moiaussi, à Black Lives Matter, à la lutte pour le 15$/h, aux vagues de grèves générales, sans oublier la montée de nouveaux partis de gauche. Toutefois, malgré un rejet des politiques néolibérales, la crise n’a guère mis en déroute les élites politiques et économiques. Une des leçons politiques les plus profondes de la conjoncture est de mettre en lumière la crise de la gauche radicale. L’usage des termes « antiracisme », « anticapitalisme », « changer le système (pas le climat!) » ou « un autre monde est possible » exprime dans tous les cas une impulsion politique négative qui illustre la difficulté à formuler un projet positif, à la fois désirable, viable et possible. C’est pourquoi une tâches urgente de la gauche au 21e siècle est de s’atteler au travail de refondation d’une alternative à un monde plus que jamais façonné par des rapports sociaux patriarcaux, capitalistes et racistes. Afin de passer des multiples résistances à une offensive convergente, il est impératif d’élaborer un projet de transition hors du capitalisme en s’appuyant sur les savoirs critiques produits tant à l’université que dans les mouvements sociaux. LGT invite donc tous citoyens-nes, activistes, syndicalistes, membres d’un parti politique, étudiant-e-s ou travailleurs-ses à réfléchir au renouvellement des débats de stratégie et à imaginer de nouveaux futurs.

Consultez le programme

Des sessions à surveiller


Parmi les sessions où le collectif des NCS est impliqué, plusieurs méritent votre attention.

Amérique latine : Contre-pouvoirs, stratégies, solidarités

L’Amérique latine demeure un grand laboratoire où se redéfinissent les enjeux des luttes anticapitalistes, anti-impérialistes et anticoloniales. Le surgissement du mouvement des femmes (Argentine et au Chili) secoue l’édifice du pouvoir capitaliste-patriarcal. Les mobilisations autochtones et paysannes (en Bolivie, en Équateur, au Brésil) remettent en question le capitalisme extractiviste. Les gauches tentent de réarticuler mouvements et luttes dans des processus de recomposition du politique (le mouvement pour la constituante au Chili), alors que le capitalisme en Amérique latine est plongé dans une vaste « crise des crises », affectant l’économie et la gouvernance, aggravée par la crise de la pandémie et la détérioration dramatique sur le plan environnemental et climatique. Les discussions alimentées par des camarades du Brésil, d’Argentine, du Chili, du Venezuela, de France et du Québec aborderont des questions centrales : Comment les mouvements populaires entendent-ils relancer leurs luttes ? Quelles sont les stratégies pour construire des blocs contre-hégémoniques aptes à réaliser la convergence entre les classes populaires en tenant compte des grandes mobilisations en cours du côté des Autochtones, des paysans, des femmes, des jeunes ? Et comment peut-on redéployer les solidarités altermondialistes et internationalistes ? (samedi 22 mai à 10h)

Les mobilisations populaires en Haïti et la solidarité à construire

La décennie 2010-2020 marque une période douloureuse dans l’histoire du peuple haïtien, qui a connu un séisme dévastateur le 12 janvier 2010. Depuis, le Core Group renouvelle le mandat pour « bandit légal » de Jovenel Moïse. C’est une décennie de péripéties pour le peuple haïtien qui ne cesse de se soulever et se mobiliser contre ce régime caractérisé par la corruption, le pillage, le vol, le viol, la destruction des institutions, la gangstérisation du pays. Les mouvements populaires continuent à lutter au prix du sang et de la vie. Les organisations de divers secteurs de la société haïtienne ne cessent de solliciter la solidarité des peuples et des organisations progressistes du monde entier afin de parvenir à renverser le régime dictatorial et de rétablir une démocratie qui priorise les droits fondamentaux du peuple et assure le droit à l’autodétermination et à la souveraineté populaire. Des témoins en première ligne de Port-au-Prince seront au rendez-vous avec des camarades haïtiens-québécois et québécois qui tentent de relancer le mouvement de solidarité avec le peuple haïtien. (samedi 22 mai à 17h30)

L’écosocialisme : une stratégie politique pour le 21e siècle?

Le 27 septembre 2019, un demi-million de personnes sont descendues dans les rues de Montréal pour exiger des gouvernements une action énergique afin de combattre les changements climatiques. C’est une des plus fortes mobilisations sociales de l’histoire du Québec. Au fil de cette mobilisation, le mouvement écologiste a avancé des revendications qui se regroupent autour du grand thème de l’absolue nécessité d’une transition écologique et sociale comme réponse à l’urgence climatique. Comment gagner cette transition ? Est-ce par le lobbyisme auprès des gouvernements et des grandes entreprises ou bien par la mobilisation sociale ? Comment accroitre l’impact du mouvement auprès des classes populaires ? Comment le lier aux grandes luttes contre le racisme et pour la décolonisation ? Quel rôle devrait jouer la propriété publique et démocratique dans la transition ? Comment faire en sorte que la transition ne serve pas à faire du « greenwashing » mais ouvre la porte à une sortie du système actuel, le vrai responsable de la dégradation environnementale ? En quoi l’écosocialisme pourrait être une réponse à la double crise environnementale et sociale du capitalisme ? (samedi 22 mai à 10h)

La décroissance : un état des lieux

Voilà bientôt vingt ans que l’appel explicite à une « décroissance soutenable » a été lancé dans le débat politique, et dix ans qu’a été publié au Québec « Décroissance versus développement durable » (Écosociété). Cette table ronde sera l’occasion d’esquisser un bilan des apports et des limites de la décroissance comme mouvement social et politique dans la perspective d’une sortie du capitalisme, dans le but d’identifier les stratégies à privilégier pour les objecteurs de croissance dans les années qui viennent. (samedi 22 mai à 15h30).

Les enjeux de l’altermondialisme aujourd’hui

La conjoncture politique a beaucoup changé ces dernières années, ce qui ne manque pas d’interroger le présent et le futur des luttes altermondialistes dans le Nord global comme dans « les Suds ». Parmi les changements notables, on peut citer, d’une part, l’émergence de gouvernements de droite radicale un peu partout dans le monde, ainsi que le repli des partis politiques sur les frontières nationales, comme en témoigne le nationalisme qui accompagne l’actuelle course aux vaccins. D’autre part, on constate l’affirmation de nouvelles revendications antisexistes, décoloniales et antiracistes et la montée en puissance des luttes pour la justice environnementale. Comment articuler les luttes pour une meilleure répartition de la richesse avec l’ensemble les luttes pour une transition environnementale et sociale ? Quelles sont les nouvelles lignes d’alliance des mouvements sociaux en temps de COVID-19 et dans l’après-COVID ? (dimanche 23 mai à 9h30)
ENtete_1070x128pxpx

Présentement en librairie et kiosque

Couvert-NCS-25-de-1-4

Les NCS en format numérique

Il est maintenant possible de s’abonner à la revue les Nouveaux Cahiers du socialisme (NCS) sous format numérique PDF (25 $/an) ou d'acheter un numéro au format numérique PDF (14 $) directement sur le site des NCS :

Les NCS sur Érudit

Depuis le n° 14, les NCS sont disponibles via les bibliothèques des cégeps et des universités abonnés à la plate-forme ÉRUDIT. Celle-ci est devenue l’un des véhicules importants pour la diffusion électronique des revues savantes et culturelles dans les milieux collégial et universitaire.

Pour nous suivre

Le site des NCS : www.cahiersdusocialisme.org
Page Fa­ce­book : CapNcs
Groupe Fa­ce­book : De­venez membre
Vidéos NCS : YouTube/CAPNCS
Capsule Vidéo de La Fabrique culturelle : L'avenir du socialisme

Pour s'abonner aux NCS

Fi­na­le­ment, il est tou­jours temps de vous abonner à la revue et de re­ce­voir les NCS au format papier à votre do­mi­cile : nous avons de très bons ta­rifs pour les étu­diantes et les étu­diants et des ra­bais pour les abon­ne­ments de deux ans. La livraison est incluse dans le prix.

À noter éga­le­ment : il est maintenant pos­sible de se pro­curer en ligne et à l'unité les an­ciens numéros papier des NCS encore disponibles sur notre site ou en­core en pas­sant à la Coop-UQAM qui tient tous les nu­méros.

L’équipe des NCS
cap@cahiersdusocialisme.org
facebook youtube 
Nouveaux Cahiers du socialisme
Collectif d’analyse politique
CP 35062 Fleury, Montréal, QC, Canada H2C 3K4
site web : www.cahiersdusocialisme.org
courriel : cap@cahiersdusocialisme.org
Vous recevez cette Infolettre parce que vous nous avez communiqué votre courriel lors d'un événement organisé par les NCS, lors d'un achat ou abonnement de la revue ou bien vous vous êtes abonné directement sur notre site. Vous pouvez en tout temps résilier votre abonnement à notre Infolettre en cliquant sur l'un des lien ci-bas.