Suivez-nous sur Facebook

Numéro 6, Automne 2011

Écosocialisme ou barbarie

Couverture du numéro

À propos de ce numéro

Notre époque est marquée par une crise d’une grande ampleur qui fait craindre le pire pour l’avenir, à moins d’un changement profond et radical de société.

Ce numéro des Nouveaux Cahiers du socialisme tente de comprendre et d’analyser l’acharnement actuel à compromettre l’avenir de l’humanité par la dégradation l’écosphère. Il postule qu’on ne peut le saisir qu’à partir d’une analyse d’ensemble d’un système pour lequel la nature comme l’humain sont d’abord l’objet d’une exploitation profitable. Le mode de production capitaliste privatise la nature et ses ressources et socialise les coûts écologistes et humains. Son productivisme, qui se traduit dans une hyperconsommation, menace désormais la vie. Car nous subissons une crise écologique sans précédent. Ce contexte rend urgent la nécessité de repenser le monde, de changer de paradigme.

Après avoir fait la genèse de l’écosocialisme et de sa nécessité, notre dossier explore des pistes de réflexion transitionnelles pour sortir du capitalisme et préserver l’écosphère. Bien qu’acteurs importants, les mouvements et les partis verts ne se définissent pas nécessairement comme écosocialistes et plusieurs s’adaptent au capitalisme, qu’il s’agirait de verdir. Est-ce possible? N’est-ce pas une grave erreur de perspective? Si oui, pourquoi? L’analyse de quelques enjeux environnementaux et des mobilisations sociales importantes qu’ils suscitent permet de mieux répondre à ces questions.

Au coeur de la préoccupation des auteurEs : face à cette crise historique sans précédent, quelles sont les voies permettant d’empêcher la barbarie écocidaire de s’approfondir?

Table des matières

DOSSIER

• Crises écologiques, inégalités sociales et écosocialisme, Richard Poulin

Regards théoriques et historiques : du socialisme à l’écosocialisme
• Plus d’éco à gauche, Andrea Levy
• Les fondements d’une stratégie écosocialiste, Daniel Tanuro
• Cinq thèses sur l’écosocialisme, Joel Kovel
• L’humanité fait face à sa plus grande menace, Maude Barlow
• Capitalisme, normativité et nature, Éric Martin
• Développement dit durable, décroissance et écologie, Serge Latouche
• La décroissance : un écosocialisme qui combat l’aliénation, Louis Marion

La nécessaire transition
• Écosocialisme et planification démocratique, Michael Löwy
• Écosocialisme et réduction du temps de travail, Nathalie Guay
• Syndicats, travail et écologie – autour d’André Gorz, Philippe de Grosbois
• Planification, écologie et démocratie, Simon Tremblay-Pépin
• Proudhon et le fédéralisme, Philippe Hurteau

Les verts
• Ces groupes écologistes qui marchandent notre avenir, Johann Hari
• Les Verts en Europe sont-ils une force alternative ? Bernard Dreano et Eros Sana
• Adversaires ou alliés de la gauche, Pierre Beaudet

Quelques enjeux
• L’enjeu de la biodiversité. Une perspective autochtone, Ellen Gabriel
• Gaz de schiste : la mobilisation citoyenne, Lucie Sauvé et Pierre Batellier
• L’impensable dans la poursuite alimentaire, Raj Patel
• « Justice climatique » et Accords de Cancún ? René Audet et Patrick Bonin

BILAN DE LUTTES

• Bilan de la Coalition contre la tarification... Marie-Ève Rancourt
• Qui a vu quoi à Dakar ? Raphaël Canet, Janet Conway et Pascale Dufour

PERSPECTIVES

• Relire la révolution vietnamienne, François Houtart
• Le pari mélancolique de Daniel Bensaïd, Jacques Pelletier
• Le soin des possibles – entrevue avec Isabelle Stengers, Erik Bordeleau

NOTES DE LECTURE

Articles en lien avec ce numéro

Consultez en ligne le nu­méro 6
10 octobre 2013
Cahiers du socialisme
Nouveaux Cahiers du socialisme - No. 6, Automne 2011
Crises écologiques, inégalités sociales et écosocialisme
Texte intégral d'introduction au dossier principal du numéro 6 des Nouveaux Cahiers du socialisme

Des partis poli­ti­ques bour­geois se parent de valeurs envi­ron­ne­men­ta­lis­tes ver­tueu­ses. Or, par leurs acti­vi­tés et leur idéo­lo­gie de la crois­sance capi­ta­liste, ces partis ont promu pen­dant des décen­nies des poli­ti­ques qui ont concouru à la dégra­da­tion de l’environnement. Simple déma­go­gie de leur part ? Non, sans doute pas, même si cela s’avère sou­vent le cas, par­ti­cu­liè­re­ment lorsqu’il est ques­tion de l’exploitation extrê­me­ment pol­luante des sables bitu­mi­neux[1], des gaz de schiste[2] ou du nucléaire[3].

More...