Thème

Écologie

Contre l’insécurité, la souveraineté alimentaire

6L’auteur part d’un constat, « la hausse bru­tale des prix ali­men­tai­res » qu’il qua­li­fie de tem­pête. Tempête, non natu­relle, mais créée par les poli­ti­ques de la Banque mon­diale (BM) et du Fonds moné­taire inter­na­tio­nal (FMI) : « les pro­gram­mes d’ajustement struc­tu­rel impo­sés par la Banque mon­diale et le Fonds moné­taire inter­na­tio­nal (FMI) aux pays en déve­lop­pe­ment, qui ont gra­ve­ment réduit le sou­tien public à l’agriculture et fait bais­ser la pro­duc­tion agri­cole ; les sub­ven­tions mas­si­ves qui détour­nent des cultu­res ali­men­tai­res de vastes super­fi­cies de terres céréa­liè­res, en par­ti­cu­lier aux États-Unis, pour les orien­ter vers la pro­duc­tion de matiè­res pre­miè­res pour les bio­car­bu­rants ; la spé­cu­la­tion des mar­chés finan­ciers sur les den­rées ; enfin, la résis­tance crois­sante des insec­tes aux pes­ti­ci­des et le refus des sols à réagir à l’intensification de l’usage des engrais ».

Lire la suite...
Dette, extractivisme, gâchis, aux racines de l’injustice globale
samedi 15 septembre 2012
Écologie, Inégalités / Classes sociales

Il faut chan­ger toute l’organisation basée aujourd’hui sur l’extractivisme, le pro­duc­ti­visme, le consu­mé­risme et les pro­fits. C’est en impo­sant un prix aux objets, pre­nant en compte les coûts cachés comme la raré­fac­tion des matiè­res pre­miè­res, l’augmentation des déchets, des pol­lu­tions, du réchauf­fe­ment, des désas­tres envi­ron­ne­men­taux causés par l’extraction et de la pau­vreté de plus de la moitié des habi­tants de la pla­nète, que nous pour­rons sortir de ce sys­tème.

Lire la suite...
Reprendre nos esprits

mettre le déses­poir en joue
bra­quer sur l’immonde
le barillet de sa beauté
rester en elle
ne recu­ler devant rien
tout réap­pren­dre du manie­ment des larmes
- Fernand Durepos

Nous assis­tons dans le Québec à ce que l’américain Christopher Lasch appe­lait « La révolte des élites » ; celles-ci ont entamé une guerre de dépos­ses­sion sans merci contre le peuple et la chose com­mune, la res publica. « Il fut un temps, disait Lasch, où ce qui était sup­posé mena­cer l’ordre social et les tra­di­tions civi­li­sa­tri­ces de la culture occi­den­tale, c’était la Révolte des masses. De nos jours, cepen­dant, il semble bien que la prin­ci­pale menace pro­vienne non des masses, mais bien de ceux qui sont au sommet de la hié­rar­chie ». Ainsi en va-t-il chez nous, où la classe domi­nante a décidé de détruire les valeurs de la Révolution tran­quille, les ser­vi­ces publics, et de passer à tabac ceux qui pré­ten­dent contes­ter, allant jusqu’à sus­pen­dre des liber­tés civi­les fon­da­men­ta­les avec la loi 78. 

Lire la suite...
Réindustrialisation écologique, nouvelles coopérations

Il peut paraî­tre para­doxal de parler de réin­dus­tria­li­sa­tion alors que l’essor de l’industrie s’est his­to­ri­que­ment accom­pa­gné d’une explo­sion des dépen­ses d’énergie et des émis­sions de CO2. Mais cette for­mule de « réin­dus­tria­li­sa­tion éco­lo­gi­que » n’est pour­tant pas un oxy­more, tout sim­ple­ment parce que toute mesure contre le réchauf­fe­ment cli­ma­ti­que impli­que des inves­tis­se­ments maté­riels, qu’il s’agisse par exem­ple d’énergies renou­ve­la­bles ou d’isolation des loge­ments. Le para­doxe n’est donc qu’apparent, et cette appro­che permet au contraire de dres­ser un pont vers un nou­veau mode de déve­lop­pe­ment qui consti­tue une alter­na­tive cohé­rente à la faillite du capi­ta­lisme.

Lire la suite...
Marx écologiste

MARX ÉCOLOGISTE de John Bellamy Foster, aux édi­tions Amsterdam

Marx éco­lo­giste ? L’opinion cou­rante est que Marx et le mar­xisme se situent du côté d’une moder­nité pro­mé­théenne, anthro­po­cen­trée, qui ne consi­dère la nature que pour mieux la domi­ner et l’exploiter, selon une logi­que pro­duc­ti­viste qui fut celle tant du capi­ta­lisme que du socia­lisme his­to­ri­que. L’écologie, comme dis­ci­pline scien­ti­fi­que et comme poli­ti­que, aurait ainsi à se construire en rup­ture avec l’héritage mar­xiste ou, du moins, au mieux, en amen­dant consi­dé­ra­ble­ment celui-ci pour qu’il soit pos­si­ble de lui adjoin­dre des pré­oc­cu­pa­tions qui lui étaient fon­da­men­ta­le­ment étran­gè­res.

Lire la suite...
Au risque du politique : l’écologie radicale

Titre du livre : L’écologie radi­cale
Auteur : Frédéric Dufoing
Éditeur : Infolio
Collection : Illico
Date de publi­ca­tion : 03/05/12
ISBN : 2884749446

Résumé : Un ouvrage syn­thé­ti­que et riche offrant un pano­rama de l’écologie, cou­rant sol­li­cité et cri­ti­qué de toute part car mal com­pris.

Lire la suite...
Vers une déclaration universelle du bien commun de l’humanité

Le projet de décla­ra­tion qui suit, encore pro­vi­soire, est le fruit d’un tra­vail d’élaboration inter­na­tio­nale de juris­tes et de diri­geants sociaux. Il est pré­senté par le Forum mon­dial des alter­na­ti­ves (FMA) aux mou­ve­ments sociaux et aux orga­ni­sa­tions pré­sen­tes au Sommet des peu­ples de Rio de Janeiro de juin 2012.
Leurs obser­va­tions et pro­po­si­tions sont atten­dues avant sa pré­sen­ta­tion for­melle lors du Forum social mon­dial (FSM) prévu en 2013 en Tunisie.

Lire la suite...
communiqué de presse - pour diffusion immédiate
Délégation québécoise au sommet des peuples de RIO+20

Rio de Janeiro, Brésil, 25 juin 2012 – De larges pans de la société civile mon­diale réunis en marge de la Conférence des Nations Unies sur le déve­lop­pe­ment dura­ble (Rio+20) ont fait valoir des alter­na­ti­ves popu­lai­res et des solu­tions ori­gi­na­les face à la crise sociale et envi­ron­ne­men­tale qui affecte l’humanité. Le Sommet des peu­ples pour la jus­tice sociale et envi­ron­ne­men­tale, contre la mar­chan­di­sa­tion de la vie et pour la défense des biens com­muns, un pro­ces­sus ouvert et par­ti­ci­pa­tif qui s’est tenu du 15 au 22 juin, a permis à des dizai­nes de mil­liers de per­son­nes d’exprimer leurs convic­tions et leur solu­tions dans des termes qui sor­tent du cadre res­treint des négo­cia­tions inter­gou­ver­ne­men­ta­les de l’ONU.

Lire la suite...
RIO + 20 : le tragique carnaval

« Quand l’homme aura fait tomber le der­nier arbre, conta­miné le der­nier ruis­seau, pêché le der­nier pois­son, il s’apercevra que l’argent n’est pas comes­ti­ble ! »
— Proverbe indien

Pendant près d’une semaine, la pla­nète des cré­du­les a été tenue en haleine par des médias qui nous ont pré­senté le Sommet de Rio comme le sommet de la der­nière chance. Mieux, nous avons eu en prime le com­mu­ni­qué final avant la réunion des grands de ce monde. Cependant, et curieu­se­ment, en l’espace de deux mois, trois rap­ports venant de la Banque mon­diale, de l’OIT et du Pnue ont minu­tieu­se­ment mis en condi­tion l’opinion inter­na­tio­nale sur la conver­gence quant à la néces­sité d’aller vers l’économie verte. Nous allons les pré­sen­ter après un état des lieux, 20 ans après Rio.

Lire la suite...
Le capitalisme peut-il être vert ?
vendredi 22 juin 2012
Écologie

Nous publions ci-des­sous l’entretien que Daniel Tanuro accorda àLa Libre Belgique, à l’occasion de Rio+20 et de la réédi­tion au format de poche de son livre « L’impossible capi­ta­lisme vert ».

Lire la suite...