À propos du CAP et des NCS

Déclaration de principe Projets Membres Nous joindre

Déclaration de principe

Le Collectif d’analyse politique : pourquoi, pour qui ?

Le Collectif d’analyse politique (CAP) est né de l’initiative de personnes impliquées depuis plusieurs années dans le mouvement social et la gauche politique au Québec. Il est par ailleurs sans affiliation politique particulière. Le Collectif a des objectifs à la fois modestes et ambitieux. Nous sommes impliqués dans le mouvement social et nous voulons contribuer à ces débats. En même temps, nous voulons développer une réflexion de fond sur le capitalisme contemporain et au-delà, sur ce qui s’esquisse comme un socialisme du XXIe siècle.

Le nouveau cycle du capitalisme

Le capitalisme que nous connaissons sous sa principale forme contemporaine, le « néo-libéralisme », restructure le monde dans lequel nous vivons.

  • Il « globalise » l’économie mondiale en élargissant le processus d’accumulation à l’échelle planétaire par l’intégration des économies nationales (accords de libre-échange), par la financiarisation (domination du secteur financier), par l’insertion de nouvelles technologies qui émiette le travail salarié et délocalise des entreprises.
  • Il redéfinit l’État en recentrant son rôle sur ses fonctions sécuritaires et en diminuant son rôle au niveau social tout en privatisant une partie importante de ce qui était jusqu’à récemment le domaine public.
  • Il impose une idéologie conservatrice au niveau social et culturel qui infiltre dans la conscience populaire l’idée que « tout le monde est contre tout le monde », qu’il n’y a pas d’alternative et que les hiérarchies doivent être renforcées et rétablies comme principe de base dans nos sociétés.

La dérive vers la droite

Pour renforcer sa domination, le néolibéralisme mine les fondements de la gestion keynésienne qui avait été pendant plus de 50 ans la forme dominante du capitalisme dans nos sociétés. En pratique donc, le néolibéralisme pour achever cette transformation a besoin de détruire les acquis sociaux arrachés de chaude lutte par les mouvements sociaux et syndicaux depuis 50 ans.

Dans cette évolution turbulente, il faut constater que le néolibéralisme a l’ascendant dans nos sociétés capitalistes. Les résultats sont frappants sur le plan politique. Ce qui était traditionnellement la « droite » devient une « ultra droite », agressive, vulgaire, à l’image des Bush, Harper, Sarkozy et de leurs divers projets de « guerre globale » et de « guerre des civilisations ». Mais ce n’est pas tout. Ce qui était le « centre-gauche », la social-démocratie, se recentre à droite dans une posture qu’on peut qualifier de social-libérale. C’est la « troisième voie » (de Tony Blair) et d’autres projets qui font en sorte que la social-démocratie intègre les thématiques fondamentales du néolibéralisme, quitte à lui donner un « visage humain » (« éco-capitalisme », « troisième voie », etc.).

Résistances

Devant tout cela, des mouvements sociaux de toutes sortes, « anciens » comme « nouveaux », expriment un même refus. Travailleurs immigrés aux États-Unis, paysans autochtones du Mexique, altermondialistes de Seattle, étudiant-es en lutte contre la marchandisation de l’éducation au Québec, féministes de la Marche mondiale des femmes, piqueteros d’Argentine, jeunes pacifistes du monde entier, tous ensemble élaborent un mouvement alternatif complexe, riche, diversifié, duquel ressortent de nouvelles perspectives anti et post capitalistes. Et à travers ces luttes, de nouvelles valeurs, de nouvelles identités, de nouveaux dialogues, qui posent les jalons de ce qui devient une nouvelle culture politique de gauche, pluraliste, critique et autocritique, capable de se dépasser et de créer. Au-delà des revendications pour bloquer les impacts les plus visibles du néolibéralisme, ces mouvements et ces résistances réclament une refonte du pouvoir et de la façon de l’exercer, bref réinventent et redéfinissent une démocratie citoyenne dans toutes les dimensions du terme.

Le CAP : un projet à long terme

Partie prenante et composante de ce mouvement, le CAP se donne trois grands axes d’intervention.

  1. D’abord, analyser la dimension structurelle du capitalisme contemporain.
  2. Ensuite, élaborer une perspective anti et post capitaliste, propositionnelle, concrète, pratique.
  3. Enfin, participer à l’élaboration de nouvelles alternatives pour alimenter le mouvement social et la gauche politique.

Certes, il ne s’agit pas de « réinventer la roue ». Les résistances des périodes précédentes nous ont légué un riche héritage qu’il faut valoriser, sans « s’asseoir dessus », et sans non plus ignorer les dimensions historiquement limitées du socialisme du XXe siècle sous ses différentes formes.

Ainsi le Collectif veut contribuer, par une réelle appropriation de la théorie et de la pratique, à l’ensemble des préoccupations qui traversent les mouvements de résistances et de luttes contre le capitalisme.

C’est donc sur plusieurs chantiers simultanés que nous entendons travailler, et ce dans une perspective de longue durée, en réconciliant la nécessité de participer aux luttes existantes avec l’impératif d’une réflexion critique, par le biais d’un travail intellectuel et politique rigoureux.


Projets concrets en cours :

  • publication des Nouveaux Cahiers du socialisme,
  • organisation annuelle d’une « université populaire » d’été,
  • publication quotidienne sur le site Web des NCS de textes d’analyse et de débats de toute provenance,
  • organisation d’ateliers et de conférences,
  • participation à divers forums de discussion.

Pour les membres du Collectif d’analyse politique

 Statuts, règlements et cotisations


Nous joindre

Nous contacter : cap@cahiersdusocialisme.org
Nous lire : cahiersdusocialisme.org

Adresse postale

Collectif d’analyse politique
CP 35062 Fleury
Montréal
H2C 3K4