Suivez-nous sur Facebook
Publications et événements
NUMÉRO 15, HIVER 2016
LANCEMENT : Jeudi 25 février 2016 à 18 h

Bandeau-fb-ncs-15

NCS-15-lancement-Mtl-grandLancement artistique, politique et festif !

Jeudi 25 février 2016 à 18 h

Au Café l’Artère, 7000, avenue du Parc, Montréal

NetArt, lectures poétiques, théâtrales, théoriques, slams, intervention artistique, et paroles libres avec le public…

Avec Steve Giasson (artiste conceptuel), Vincent Filteau (poète), Pierre Robert (théoricien), Yves Rochon (auteur engagé) et Isabelle St-Pierre (slameuse).

N.B. : Des bouchées seront servies sur place.

Les enfants sont les bienvenus !

Introduction au dossier

NCS-15-couverture« Nous ne vivons plus dans le beau » dira le sociologue Guy Rocher [1] en parlant de ce Québec aux formes austéritaires. Notre rapport à l’esthétique, au politique, au commun, à la diversité des formes d’expression artisticopolitique n’a cessé de nous questionner tout au long de la préparation de ce dossier. Si notre génération porte en elle la mémoire du Refus global, c’est-à-dire de l’apport central des arts accompagnant nos décisions collectives, le printemps rouge des étudiantes et des étudiants est venu raviver ce souffle contestataire, nous invitant de nouveau dans « la beauté de la colère », le refus du paternalisme étatique, l’effervescence de la création dans la reconquête des espaces publics, la beauté d’exister en ces temps postréférendaires. De Speak white à Speak red, l’histoire d’une révolte créative se dresse encore, reconfigurant irrémédiablement les pourtours d’un monde à construire, à parfaire. Si la révolte contre l’autorité jugée illégitime amalgame le juste et le beau, en des temps plus paisibles, la conjugaison entre les arts et le politique demeure sujette à interprétation y foulant d’innombrables territoires et axes d’analyse.

Suite...
 

Articles récents

Un extrait du livre de Matthieu Renault
« C. L. R. James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir » »
Théorie: La question nationale et le marxisme
4 février 2016
Non classé

 

Renault_James_couv

Matthieu Renault, C. L. R. James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir »,

Paris, La Découverte, 2016, 232 p., 19,5€.

Avant-Propos

Pensée du mouvement, pensée en mouvement

«Le temps passerait, les anciens empires s’effondreraient et de nouveaux prendraient leur place, les relations entre pays et entre classes se modifieraient avant que je ne découvre que ce n’était pas la nature des biens ni leur utilité qui importait, mais le mouvement, non pas où vous êtes et ce que vous avez, mais d’où vous venez, où vous vous rendez et à quel rythme vous y allez.1»

Suite...
Trois jours sans eau, et c’est la mort !
3 février 2016
Non classé

Drinking water is poured into a glassL’humain peut vivre plusieurs semaines sans manger, mais il ne peut pas vivre plus de trois jours sans eau. En matière de sécurité civile, une faille dans l’approvisionnement en eau potable d’une communauté urbaine majeure est un enjeu jugé critique. C’est une priorité absolue!

Imaginez maintenant qu’on doive fermer l’approvisionnement en eau de la grande région de Montréal pour une durée indéterminée. Les autorités savent que les réservoirs gravitationnels de la ville de Montréal ne leur donnent que quelques jours, tout au plus. Les dirigeants n’ont qu’un certain nombre d’heures pour organiser un approvisionnement alternatif en eau potable pour des millions de personnes. C’est la pagaille, on doit éviter que les gens se ruent et vident les commerces de leurs cruchons d’eau. Le grand Montréal est arrêté, plus rien ne fonctionne, même les pompiers n’ont plus d’eau… Doit-on évacuer Montréal et ses banlieues ?

Suite...
Passions autour de la question des migrants
2 février 2016
Non classé

Dans un monde où n’importe quel sujet semble désormais susciter de profonds clivages à l’intérieur des pays et entre eux, celui des migrants s’impose assurément comme celui qui rencontre aujourd’hui l’écho le plus fort et le plus étendu. À l’heure actuelle, tous les regards sont focalisés sur l’Europe où les débats sont virulents quant à la réponse que les pays qui la composent devraient apporter à l’afflux de réfugiés, en particulier syriens mais aussi irakiens et érythréens.

migrants

Le débat public en Europe s’est résumé, pour aller au fond des choses, à une discussion entre, d’une part, partisans de la solidarité et de la morale qui souhaitent accueillir de nouveaux migrants et, d’autre part, partisans de l’autodéfense et de la protection de l’identité culturelle qui souhaitent fermer les portes pour juguler l’afflux. L’Europe est actuellement sous les feux de la rampe mais des débats similaires ont cours depuis longtemps dans le monde entier, des États-Unis au Canada jusqu’à l’Afrique du Sud, l’Australie, l’Indonésie et le Japon.

Le facteur déclencheur qui a précipité ce débat européen est l’exode massif de Syriens dans un pays où la dégradation du conflit a créé une situation dramatique pour un pourcentage très élevé de la population qui se sent en danger. La Syrie est devenue un pays vers lequel il [est] devenu illégal, au regard du droit international, de renvoyer ses émigrés. Le débat s’est donc déplacé vers la question de savoir quoi faire face à cette situation.

Suite...
Guerre infinie
29 janvier 2016
Non classé

boy scouts nyc.large (1)

Figure centrale du marxisme contemporain, Ellen Meiksins Wood est décédée le 14 janvier dernier. Elle laisse une œuvre importante dont une partie a récemment été traduite en français, notamment L’origine du capitalisme (2009), Des citoyens aux seigneurs (2013), L’empire du capital (2013), et Liberté et propriété (2014), ouvrages tous publiés aux éditions Lux. Nous republions ici un texte paru en 2002 dans le n° 3 de la revue Contretemps papier, et traduit par Daniel Bensaïd. Datant d’il y a presque quinze ans, il fait écho à l’actualité… Un autre texte d’Ellen Meiksins Wood, intitulé « Le mouvement ouvrier, les classes et l’ État dans le capitalisme global », vient également d’être traduit et publié dans le numéro 28 de Contretemps papier.

Suite...
Les négociations du Front
Les résultats étonnants d’une lutte qui ne veut pas mourir
21 janvier 2016
Non classé

arton24834-abccbAprès de longs mois de préparation, des mobilisations dans tous les secteurs d’activités, dans toutes les régions et des négociations ardues, une entente est intervenue au grand plaisir des directions syndicales du Front commun satisfaites du résultat alors qu’une composante majeure de la CSN, la FSSS propose à ses 110 000 membres de rejeter cette entente. Pourquoi ce revirement inattendu ?

Suite...
Numéro 21, janvier 2016
Les nouvelles des NCS
8 janvier 2016
Non classé

Les NCS en 2016

Le numéro 15 des NCS, qui paraîtra prochainement, marquera la 8e année de la revue. Le collectif, quant à lui, entre dans sa 10e année. Comparaison n’est pas raison, mais cela nous dit quelque chose de savoir que notre revue a « dépassé », au moins sur la longévité, nos « ancêtres » tels les Cahiers du socialisme, Parti pris, Mobilisation… Outre l’effort et la qualité des auteurs-es et de ceux et celles qui font le travail (dans l’ombre), il y aussi la réalité d’un mouvement social qui persiste et signe au Québec. Depuis la Marche des femmes contre la pauvreté et la violence (Marche du pain et des roses, 1995), la dynamique populaire s’est inspirée des convergences écologistes, étudiantes, communautaires, féministes, altermondialistes, syndicalistes. L’année 2015 n’a pas dérogé à cette « règle ». Aussi, les nombreux exercices de bilans et perspectives que plusieurs mouvements populaires font en cette période font ressortir de grands défis. Au-delà de l’esprit de résistance qui nous anime, le dispositif du pouvoir reste puissant, passant de la coercition (répression aiguisée par toutes sortes de lois et règlements liberticides) à l’hégémonie (qui distille dans nos consciences l’idéologie du tout-le-monde-contre-tout-le-monde).

Pour continuer dans ce qui est un véritable marathon, il ne faut pas avoir peur de sortir des sentiers battus et de se poser des questions (parfois embarrassantes). Dans tout cela, le devoir des « jeunes de cœur », comme on peut les appeler, est d’aider, modestement, les autres à prendre leur place. Ce n’est pas seulement pour être politiquement correct. Notre « génération 1968 » est montée « au ciel », selon l’expression consacrée. Elle a fait basculer la révolution pas-si-tranquille vers des avancées importantes. En même temps, elle s’est enlisée dans les méandres d’un socialisme encore ancré dans le passé, en reproduisant des schémas dogmatiques et des pratiques autoritaires. Aujourd’hui heureusement, le je-sais-tout-isme n’a plus la cote : les jeunes (de cœur) ne vont pas faire la même erreur. Quant aux jeunes d’âge, ils sont trop malins pour répéter les mêmes erreurs. Le grand défi des NCS est donc d’assurer que cette « rencontre des générations », qui est une grande transition, soit encore plus créative et courageuse.

Pierre Beaudet

Suite...
Élections Législatives au Venezuela
Le creux de vague se concrétise
Paru d'abord sur le site Alternatives
27 décembre 2015
Non classé

Depuis quelques mois, la thèse de l’épuisement de la vague de gauche en Amérique latine agite la toile. La récente défaite des chavistes aux élections législatives vénézuéliennes semble confirmer ce ressac. Ils n’avaient perdu qu’un seul vote de la vingtaine d’élections et de référendums tenus depuis la victoire initiale de Chávez en 1998.

Au lendemain des élections, les principaux dirigeants perdants du chaviste PSUV (Parti Socialiste unifié du Venezuela) autant que les gagnants de la principale coalition d’opposition MUD (Table de l’unité démocratique) célébraient la démocratie. En maudiront-ils les résultats dans l’année à venir alors que les tensions politiques s’installeront au cœur même de l’État, entre le législatif et l’exécutif ? Car malgré une victoire écrasante de la MUD aux législatives, l’exécutif est toujours dirigé par le successeur de Chávez, Nicolas Maduro.

Suite...
Un peu d’histoire autour de la négociation du secteur public
Le printemps 1972 : le moment ascendant et courageux d’une longue lutte
15 décembre 2015
Non classé

Avant la Révolution tranquille, nos grands-mères travaillaient pour des salaires de misère et devaient remercier le curé qui leur avait fait l’« honneur » de les embaucher. Nos pépés qui étaient dans une fonction publique rabougrie devaient cacher la corruption systémique des voyous qui géraient la belle province pour l’intérêt d’une poignée de trusts canado-américains. Les travailleurs des mines, de la construction et des forêts ainsi que les ouvriers dans les manufactures se tuaient à l’ouvrage dans des conditions moyenâgeuses.

 

Qu’est-ce qui fait bouger le Québec ?

Suite...
La lutte du Front commun et la lutte contre l’austérité
14 décembre 2015
Non classé

Il semble possible que le Front commun du secteur public ainsi que d’autres syndicats concernés soient à la veille de parvenir à un règlement. Ces derniers jours, le gouvernement a reculé sur plusieurs questions importantes concernant les conditions de travail. Il est encore tôt pour évaluer ce que sera le résultat au bout de la ligne. Évidemment, le gouvernement voudrait bien changer quatre trente sous pour une piasse : changer le rythme et la forme des ajustements salariaux, et rien de plus ! Les meilleurs négociateurs disent, « on ne parvient jamais à obtenir par la négociation davantage que ce que le rapport de force impose sur le terrain ».

Dans notre société capitaliste, cette question des salaires reste fondamentale. La politique d’austérité, l’autre nom du néolibéralisme, veut relancer l’accumulation sur l’aplatissement des couches moyennes et populaires, bref, aggraver les écarts. Le capitalisme contemporain, contrairement à celui du passé, ne peut pas consolider le système en redistribuant et en augmentant la capacité de consommer, ce qui était à la base des politiques keynésiennes.

Suite...